Achats des vêtements en famille ou avec des pairs

By 5 May 2012

2. Les achats en famille ou avec des pairs

Les achats sont rarement effectués seuls, mais davantage en famille ou avec des pairs.

Pour les adolescents interviewés, ils sont davantage dans l’harmonie familiale, la confiance, la complicité loin des conflits, mais cherchent à apprendre la liberté. Ils s’engagent progressivement, guidés soit par un adulte (en l’occurrence la mère, moins souvent le père) sous la contrainte des moyens, soit par leurs pairs.

« Ca m’arrive de faire du shopping seul avec mon père, les choses les plus festives, c’est avec lui, les choses les plus détendues, c’est avec ma mère. (ex le sweat à capuche Gap). C’est mieux accompagné par les parents, y a de l’inspiration qui vient de plusieurs. Les parents savent où aller. » (Edouard, 3ème, 15 ans, Neuilly)

Lorsque le parent est présent, il est là pour payer, mais souvent aussi pour valider.

« J’achète plus souvent avec ma mère, quelquefois avec mon père. J’ai acheté ce jean avec mon père. C’est lui qui m’a proposé d’aller chez Levi’s en scooter. Je cherchais un slim, je n’en avais aucun l’année dernière, on a demandé à un vendeur tous les modèles de slim, j’ai essayé. Quand j’ai trouvé la bonne taille, j’ai montré à mon père. Comme il aimait bien, on l’a acheté. » (Axelle, 3ème, 14 ans, Paris)

La présence du parent peut réduire la contrainte financière.

« Je fais du shopping avec Maman de temps en temps, c’est motivé par le budget. C’est moi qui décide et après on voit en fonction du prix. » (Valentine, 2nde, 15 ans, Neuilly)

« Je n’achète pas souvent des vêtements seule, je n’aime pas trop parce que je suis un peu limitée. Quand Maman est là, je peux négocier sur place. En plus, j’ai tendance à tout vouloir. » (Laetitia, 2nde, 16 ans, Paris 16)

La présence du parent peut aussi être liée à la contrainte de mobilité (déplacement en voiture versus en transports en commun quand ils sont avec leurs amis). Nos adolescents sont maintenus dans un lien de dépendance économique et souvent spatiale.

Plutôt désinvestis dans leurs achats vestimentaires, Dan et David peuvent déléguer ces achats à leur mère, après indication de la taille et de la couleur ou sur envoi de la photo de l’objet désiré sur le portable. L’engagement est minime puisque «elle prend un truc que l’on peut se faire rembourser».

« Maman peut acheter sans moi, je lui envoie la photo de ce que je veux sur le portable. Ma dernière acquisition, ce sont des Converse noires. C’est ma mère qui est partie les acheter, elle avait ma taille. » (David, 1ère, 16 ans, 93 Gagny)

Le shopping entre amis est un plaisir partagé par de nombreux adolescents, il fournit l’occasion de quitter le domicile familial et de partager des moments entre amis. Effectué seul, il peut s’avérer « ennuyant ».

« Comme je ne cherche pas de vêtement spécial, j’y vais plus pour voir des amies et me balader avec elles. » (Axelle, 3ème, 14 ans, Paris)

Laurence effectue, de préférence, ses propres achats seule alors qu’elle aime partager le moment du shopping de ses amies. Parmi les hypothèses concevables, elle ne veut pas être influencée par ses amies ou elle souhaite limiter les exhibitions de son corps qu’elle considère comme trop lourd et qu’elle a longtemps caché sous des tenues hippies.

« Je préfère faire le shopping seule, ça me permet d’être au calme, un peu dans mon monde. On est libre, on fait ce qu’on a envie de faire. » (Laurence, 1ère, 17 ans, Perpignan)

Lire le mémoire complet ==> (Modes vestimentaires chez les adolescents)
Modes vestimentaires chez les adolescents : Construction de l’identité et du lien social
Mémoire de recherche Master 2