La PQR et le média Internet : Concurrence renouvelée

By 20 April 2012

I.1.d. Une situation de concurrence renouvelée

L’émergence du média Internet dans la diffusion de l’information de proximité crée une situation de concurrence renouvelée pour la PQR. Outre les concurrents traditionnels, apparaissent aujourd’hui d’autres concurrents plus nombreux et variés. Tout d’abord avec les médias audiovisuels locaux, télévision et radio, ensuite avec la presse hebdomadaire locale qui inquiétait déjà très fortement la PQR en investissant également le Web.

Le facteur rendant la concurrence frontale est la convergence de médias et de structures disparates vers un même support, Internet. Le Web réunit tous les protagonistes exploitant auparavant l’information de proximité avec des moyens spécifiques. Les quotidiens régionaux font donc face sur l’Internet à la montée de la presse hebdomadaire locale, notamment grâce au succès dans les grandes agglomérations de magazines entièrement dévoués à la vie urbaine. Les journaux gratuits d’annonces se sont multipliés et les émissions locales de télévision généralisées.

La PQR doit surtout tenir compte du rapprochement de trois acteurs : les prestataires de contenu éditorial et audiovisuel, les opérateurs de réseaux (télécommunications) et les start-up financées par des banques ou capitaux-risqueurs. Ces nouvelles structures souhaitent ainsi disputer aux médias traditionnels le marché de l’information et des services de proximité sur Internet. Mais la PQR a su rester compétitive et incontournable pour alimenter en contenu et services locaux les portails nationaux. France Télécom a par exemple passé des accords de rachat de contenu avec Le Progrès, Sud Ouest ou La Provence pour alimenter son portail www.voila.fr

Au-delà de ces partenariats qui illustrent finalement la complexité de la convergence entre les différents secteurs de la communication, apparaissent également des propositions de contenu jusqu’ici inédites puisque nées avec l’implantation du Web auprès du grand public. Ces concurrents directs pour les quotidiens régionaux ont déjà intégré la nouvelle dimension spatiale de l’Internet pour le local : leur stratégie est en effet de dupliquer une formule unique de services locaux (information, renseignements culturels et pratiques) sur un réseau de plusieurs villes contrairement aux zones de couverture limitées de la PQR. Webcity ou Cityvox sont les principaux acteurs de ces réseaux centralisés à facettes locales.

Un « territoire » de concurrence à redéfinir

Le territoire constitue précisément le deuxième facteur de renouvellement de la concurrence. Les frontières physiques de la zone de diffusion papier des quotidiens régionaux ne correspondent plus aux limites d’accès à ces contenus locaux sur le Web. On trouve deux cas de figure possibles, selon que les journaux adoptent une position passive ou offensive.

Dans cas d’une stratégie Internet focalisée sur leur territoire de prédilection, les quotidiens régionaux accèdent déjà à un espace de diffusion potentiellement bien plus large que celui de leur édition papier. Des lecteurs situés habituellement hors de la zone de diffusion papier peuvent en effet accéder sur Internet à ces contenus. Aucune étude précise n’a été entreprise ou communiquée jusqu’à présent sur la consultation de sites de la PQR par des lecteurs hors de la zone de distribution. Il est cependant fort probable que ce profil d’utilisateur ne soit pas marginal : les lecteurs expatriés, souhaitant garder un contact avec leur ville d’origine sans pour autant s’abonner à un quotidien dont la distribution est souvent plus lente que la diffusion sur le site Internet représentent un potentiel non négligeable d’expansion.

D’autres quotidiens régionaux ont en revanche choisi de mener une action offensive en étendant leur couverture médiatique sur le Web. C’est-à-dire qu’ils développent une politique volontariste d’intrusion dans d’autres espaces géographiques pour en devenir les médiateurs Internet locaux. Des réseaux de sites reliés de façon plus ou moins directe à des entreprises de PQR débordent ainsi du strict cadre de la diffusion papier. En ce qui concerne la France, Le Télégramme avec Viva non seulement implanté en Bretagne mais aussi à Metz (en partenariat avec Le Républicain Lorrain), Ouest France avec MaVille présent à la fois dans le Grand Ouest et dans les Bouches-du-Rhône avec Spir (Aix-en-Provence, Marseille), et Viapolis ont clairement choisi cette voie.

Cette stratégie est toutefois en train de subir un contrecoup : les réseaux mal implantés en terme de collecte d’information et de communication publicitaire ne sont pas parvenus sur le Web à déloger les leaders historiques se partageant la France, si bien que la majorité des programmes offensifs ont été gelés ou abandonnés. La nouvelle économie n’a sur ce point pas dérogé aux vieilles règles de la concurrence.

Les modalités de la concurrence sur Internet

En premier lieu, la presse subit les effets d’une sur-représentation identique à celle que l’on avait pu constater sur le Minitel. De nombreux services se recoupent avec la fin du cloisonnement géographique (météo, horoscope, conseils immobiliers…) et il n’est pas rare que deux journaux aient le même partenaire commercial pour une prestation en ligne.

Avec la structure réticulaire de l’Internet, la PQR doit adopter une vision beaucoup plus coopérative de la médiation, une structuration qu’elle maîtrise déjà au niveau interne avec ses multiples correspondants et agences locales, mais qu’elle doit désormais élargir à l’extérieur en tissant des liens nombreux avec des partenaires qui parfois, travaillent sur le même terrain de l’accès à l’Internet local.

Dans cette configuration de réseau caractérisée par la multiplicité des sources d’information, la presse régionale a souvent eu tendance à vouloir se poser en tant que fédérateur, c’est-à-dire en tant que site portail orientant vers les autres, volonté d’incarner une porte d’entrée unique sur Internet. Au-delà d’une position symbolique de domination de l’accès à l’Internet local, ce sont également des raisons économiques qui expliquent ce type de stratégie : les sites placés en situation de portails sont ceux qui génèrent le plus de trafic, donc les plus rentables.

Cette position d’intermédiation acquiert d’autant plus d’importance au niveau de l’accès à l’Internet local, car la non dimension du « territoire Internet » évoqué précédemment rendent primordiales les fonctions d’identification, de sélection, de classification et de promotion réciproque au sein de la PQR des ressources de proximité.

Lire le mémoire complet ==> Mutation de la presse issue de l’émergence des NTIC – Internet
Mémoire de DESU, diplôme d’études supérieures universitaires
Réseaux câblés et technologies de communication
Université Paris VIII – Vincennes – St Denis