Mise en place d’un reporting de consolidation comptable

By 26 April 2012

Mise en place d’un « reporting » de consolidation – Chapitre 3 :

Compte tenu du caractère récurrent des besoins de la maison mère en matière de remontée de l’information financière des filiales, la mise en place d’un système de « reporting » est une prestation fort appréciée dans le cadre de l’accompagnement d’entreprises françaises à l’étranger. En effet, un tel outil permet la transmission de chiffres homogènes facilitant le suivi des opérations et les travaux de consolidation. Dans le contexte de détention d’une filiale aux Etats-Unis, son intérêt réside essentiellement dans la possibilité d’y intégrer la problématique du passage des normes comptables américaines aux normes comptables françaises.

Section 1 : Cadre d’exercice de la mission

1/ Définition de la mission

Les attentes et exigences de la maison mère à l’égard des informations remontées des filiales étant diverses et variées, différentes prestations peuvent être envisagées pour répondre aux problématiques rencontrées. Il est donc nécessaire de clairement mettre en évidence les besoins du client afin de déterminer le contexte de l’intervention et l’étendue de la mission.

On observe généralement deux types de « reportings » chez des filiales américaines de sociétés françaises : le « reporting » de gestion et le « reporting » de consolidation. L’objectif et les contraintes de ces deux processus étant distincts, il est important de préciser dans quel cadre on se situe.

Le « reporting » de gestion permet à la maison mère de disposer d’un tableau de bord orienté vers l’analyse opérationnelle de l’activité de la filiale répondant aux besoins du contrôle de gestion. La mise en place de cet outil nécessite donc de déterminer des indicateurs pertinents à partir de la comptabilité analytique. Ces considérations dépassant le cadre de ce mémoire, ces travaux ne seront pas abordés dans la suite des développements. Par ailleurs, l’information issue du « reporting » de gestion étant utilisée pour répondre à des contraintes internes, cet outil est souvent élaboré par le contrôleur de gestion de la maison mère, sans recours aux services d’un professionnel comptable américain.

En revanche, les compétences disponibles au niveau de la maison mère ne sont pas toujours suffisantes pour assurer la mise en place du « reporting » de consolidation, notamment en raison de la nécessité de tenir compte du cadre réglementaire applicable à la filiale. L’intervention d’un professionnel comptable américain comprenant les exigences de la réglementation américaine et française peut alors être nécessaire pour proposer un outil pertinent. Selon le processus de consolidation du groupe et les compétences disponibles au niveau de la filiale, cet outil peut être plus ou moins élaboré afin d’intégrer certains retraitements de consolidation. Toutefois, dans la plupart des cas, ces retraitements sont réalisés par le service consolidation.

Il semble utile de souligner que l’étendue de la prestation peut varier en fonction de l’implication de la maison mère dans la conception du « reporting ». Ainsi, alors que certains clients recherchent une prestation globale allant de la conception à la mise en place d’un produit développé par le professionnel comptable, d’autres clients disposent déjà d’un outil au sein du groupe et ne recherchent qu’une prestation d’assistance pour la mise en place de cet outil au niveau de la filiale.

Enfin, l’informatisation étant un élément majeur pour l’efficacité du processus, il est important que cet aspect soit pris en compte lors de la définition de la mission et que le recours à un spécialiste soit envisagé si les compétences informatiques du cabinet ne sont pas suffisantes pour assurer l’ensemble de la prestation.

2/ Ecueils à éviter

Dans le contexte de détention d’une filiale américaine par une entreprise française, un outil de « reporting » permet de faire la liaison entre deux types d’acteurs qui interviennent dans des environnements différents, non seulement sur le plan réglementaire, mais également sur le plan linguistique. En conséquence, il ne faut pas oublier que si la conception du produit est un élément essentiel pour la mise en place d’un outil répondant aux besoins du client, sa compréhension par les utilisateurs est un élément essentiel pour son efficacité. En effet, l’élaboration d’un « reporting » très sophistiqué permettant d’opérer le passage des US GAAP aux normes françaises et comprenant diverses informations nécessaires pour la consolidation est peu utile s’il n’est pas correctement renseigné au niveau de la filiale. Il ne faut donc pas uniquement se focaliser sur les besoins des destinataires de l’information. Au contraire, il est important de prendre en compte les contraintes des utilisateurs et d’intégrer dans la démarche des étapes permettant de s’assurer de leur bonne compréhension de l’outil.

Par ailleurs, la qualité d’un « reporting » reposant sur la fiabilité des informations qu’il contient, il faut chercher à éviter les sources d’erreurs lors de sa préparation. Il est donc souhaitable de limiter les saisies manuelles d’informations qui comportent un risque d’erreur inhérent. De même, il est recommandé d’insérer des contrôles bloquants lors de la conception de l’outil, afin que les éventuels problèmes relatifs au non respect des contraintes imposées pour l’établissement du « reporting » soient identifiés et résolus au niveau de la filiale. Cet aspect est fondamental car si les informations remontées doivent constamment être corrigées par le service consolidation, la perte de temps qui en résulte est contraire à l’objectif recherché lors de la mise en place de l’outil. Ces considérations sont d’autant plus importantes dans le contexte envisagé, car les états financiers français comportent des relations logiques entre certains postes du bilan et du compte de résultat qui ne sont pas toujours évidentes pour des utilisateurs habitués à travailler selon le référentiel américain.

Enfin, il ne faut pas oublier que la prestation doit fournir un outil qui sera utilisé de façon récurrente par la filiale. Ainsi, cet outil doit non seulement tenir compte des retraitements opérés au cours d’une année, mais également des retraitements antérieurs. Il est donc important d’envisager la problématique liée au suivi des écarts de situation nette entre les états financiers remontés et les comptes individuels de la filiale. Cette étape est essentielle car elle constitue un gage du suivi et de la compréhension des retraitements opérés. En outre, elle fournit une indication sur la fiabilité du processus de remontée de l’information financière puisqu’elle permet de s’assurer que les chiffres transmis ne sont pas déconnectés de la comptabilité.

Lire le mémoire complet ==> (Stratégie d’ouverture à l’international du cabinet comptable)