Les labels : Définition et Label Qualité Tourisme

By 11 April 2012

II- Les labels

Dans cette seconde partie, nous allons aborder le thème de la labellisation. Pour cela, nous allons tout d’abord définir le terme de labellisation, nous présenterons ensuite des exemples de labellisation de séjours de stimulation. Enfin nous étudierons les forces et faiblesses de la labellisation.

1) Définition

Au sein de cette première section, nous définirons la labellisation et nous décrirons ses caractéristiques. Les labels répondent à une logique d’identification, de différentiation et de repérage. D’après Clair (2009), les labels « remplissent deux fonctions de la marque : la fonction de repérage et de garantie ». Il s’agit d’une garantie de la standardisation des exigences mais pas sur la qualité des contenus. Le contenu varie d’un label à un autre et ne peut donc être généralisé. La labellisation permet d’obtenir un signe de reconnaissance, un logo, visible par la clientèle. Les labels peuvent être régionaux, nationaux ou encore européen.

Les labels ne bénéficient pas de contrôles indépendants, il s’agit simplement d’engagements de professionnels à respecter. Les contrôles sont souvent externes mais peuvent aussi se faire en interne ou entre pairs. L’appréciation du résultat n’est donc pas toujours objective.

2) Exemple de  labels

Dans cette seconde partie, nous décrirons les labels pouvant être utilisées par les agences réceptives pour labelliser leurs séjours de stimulation. Il n’existe pas de labels spécifiques aux agences réceptives. Cependant les agences réceptives peuvent sélectionner leurs prestataires en fonction des labels auxquels ils sont affiliés. Utiliser des prestataires dont les services sont labellisés est un gage de qualité pour les agences réceptives.

Cela prouve que les prestataires font attention à la qualité de leurs prestations. Voici quelques exemples de labels qui peuvent être sélectionnés par les agences réceptives pour choisir leur(s) prestataire(s) : L’Ecolabel touristique attribué par la Commission européenne limite la consommation d’énergie, d’eau et de déchets des produits touristiques tels que les hébergements touristiques. Le Label Qualité Tourisme a pour objectif d’améliorer l’image touristique de la France. Il récompense la qualité de l’hébergement, des restaurants, des palais des congrès, des transports, des offices de tourisme, des lieux de visites et des activités de loisirs. Les labels que nous venons d’étudier ne s’appliquent pas directement aux agences réceptives mais concernent avant tout leurs prestataires. Nous pouvons donc conclure qu’il existe une carence de label des séjours de stimulation.

3) Les forces et les faiblesses de la labellisation

Dans cette section, nous étudierons les forces et les faiblesses de la labellisation pour les entreprises réceptives.

a) Les forces de la labellisation

Nous allons tout d’abord étudier les forces de la labellisation. Les labels sont portés par une organisation professionnelle ou une association ce qui leur permet d’acquérir une certaine légitimité. Ils permettent d’être reconnu par la clientèle et de bénéficier de stratégies de promotion et de communication collectives. Les labels sont un gage de qualité pour les agences réceptives. Cela signifie que les prestataires labellisés mettent en place des démarches qualité. Afin d’offrir un service de qualité, les agences réceptives doivent s’assurer que leur prestataires ont le même souci de qualité.

Les labels sont donc un bon moyen pour les agences réceptives de connaître le niveau de qualité de leurs prestataires. La labellisation a pour vocation d’améliorer le niveau de qualité des prestations offertes par les prestataires des agences réceptives. Comme nous venons de le voir, la labellisation offre certains avantages aux agences réceptives spécialisées dans le tourisme d’affaires.

b) Les faiblesses de la labellisation

Nous allons maintenant décrire les faiblesses de la labellisation. Les labels sont nombreux et variés ce qui entraîne une forte confusion dans l’esprit des consommateurs. De plus, les labels ne sont pas toujours impartiaux car ils sont portés par des organisations professionnelles ou des associations. Le contenu des labels et les exigences sont souvent peu connus de la clientèle. De plus, ils ne garantissent pas la qualité du contenu mais seulement la standardisation des exigences. Selon Burhin (2011), « les contenus prennent parfois l’allure d’intention plutôt que d’engagements véritables ».

Les labels sont une garantie sur la standardisation des exigences de qualité d’un service. Ils permettent aux agences réceptives de pouvoir contrôler la qualité des services organisés par leurs prestataires. Il n’existe pas de labels s’appliquant directement aux agences réceptives mais ils concernent principalement les prestataires des agences réceptives.

La labellisation des services des prestataires des agences réceptives représente de nombreux avantages : ils sont reconnus par la clientèle grâce à leur signe de reconnaissance, ils garantissent la standardisation du service, et sont un gage de qualité. Cependant, le contenu des labels n’est pas objectif, il s’agit généralement de simples intentions de professionnels. 

Lire le mémoire complet ==> (Gestion de la qualité de stimulation – Agences réceptives
)

Mémoire professionnel présenté pour l’obtention du Diplôme de Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Institut de Recherche et d’Études Supérieures du Tourisme
Spécialité Gestion des Activités Touristiques et Hôtelières