Du travail de terrain au mémoire de recherche appliquée

By 7 April 2012

II – Du travail de terrain au mémoire de recherche appliquée

1 – Conditions générales de l’enquête

L’étude s’est déroulée entre les mois d’Août et de Décembre 2008. Le temps consacré à chaque communauté était de deux mois. Le choix des localités à étudier a été réalisé par l’Amucss qui a favorisé le contraste social, économique et historique présent dans chacune des deux communautés. Situées dans deux états différents du Mexique (Guerrero et Oaxaca), elles appartiennent toutes deux au sud-ouest du pays et font partie des régions les plus pauvres. En effet, cette zone, largement rurale et montagneuse présente des taux de marginalité parmi les plus élevés du pays, avec le Chiapas. Toutefois, les deux localités divergent sur de nombreux aspects qui seront largement détaillés par la suite.

Les deux communautés disposent d’une microbanque appartenant au réseau de l’Amucss. Les IMF étaient plus un repère qu’un véritable relais pour l’étude. Entre le siège de l’Amucss à Mexico et l’agence rurale présente dans la communauté, il existe très peu de liens. Les microbanques ayant favorisé un mode de gestion autonome, les employés du réseau local n’ont pas de contact et peu de connaissance sur l’entité Amucss.

Sur le terrain, la production des données s’est réalisée essentiellement, grâce à deux outils : les entretiens et l’observation. Les entretiens ont été réalisés auprès de différents acteurs clés, se regroupant parfois sous la forme de « groupes stratégiques » tel que l’entend Olivier de Sardan : soit « une agrégation d’individus qui ont globalement, face à un même « problème », une même attitude, déterminée largement par un rapport social similaire à ce problème (il faut entendre ici « rapport social » au sens large, qui peut être un rapport culturel ou symbolique comme politique ou économique) ». (Olivier de Sardan, 2009, p 81) Comme il le souligne « la notion de groupes stratégiques est essentiellement d’ordre empirique ». (ibid)

Ici, la constitution de ces agrégations d’individus s’est réalisée en fonction de la position familiale, sociale, et d’après l’expérience ou le rapport que la personne avait avec la migration. On arrive alors à la distinction de 6 groupes constitués par :
– Les familles transnationales (au moins un membre à l’étranger)
– Les anciens migrants
– Les familles paysannes (sans membre émigré)
– Les « anciens » du village
– Les jeunes
– Les leaders (politiques, économiques, sociaux ou religieux)

Dans chaque communauté, une cinquantaine d’entretiens ont été réalisées parmi les acteurs des différents groupes stratégiques cités. Le choix des enquêtés a donné lieu à des enchaînements imprévisibles. Ce recensement subjectif s’exécute au gré des rencontres et des personnes interrogées. Les groupes de personnes interviewées se sont organisés en fonction des informations acquises à chaque entretien jusqu’à arriver à « saturation », c’est à dire lorsque les entretiens n’apportaient plus de nouvelles informations.

mémoire de recherche appliquéeLa confrontation des données a été un principe méthodologique essentiel dans le travail d’enquête. Ce principe s’accorde avec celui désigné comme le principe d’itération qui permet ce va et vient entre la problématique et les données qui émergent peu à peu du terrain. Olivier de Sardan distingue deux itérations : « une itération concrète (l’enquête progresse de façon non linéaire entre les informateurs et les informations) et l’itération abstraite (la production de données modifie la problématique qui modifie la production de données qui modifie la problématique) » (Olivier de Sardan, 2009, p82). La progression de cette enquête correspond davantage à une itération concrète. Cette méthode qui révèle l’incapacité (et le refus) pour le chercheur de savoir ce qu’il va trouver accorde toute sa place à l’émergence de nouvelles problématiques, retournements, questionnements…

Chaque communauté a présenté des situations différentes et la comparaison des deux communautés est apparue comme un principe méthodologique présent tout au long de l’enquête empirique ainsi que de l’analyse a posteriori. La mise en perspective de ces deux localités apparaît ainsi, dans ce mémoire comme le fil conducteur de notre analyse. C’est le contraste des lieux et des populations qui nous a conduit à notre problématique et qui pourra étayer notre argumentaire.

Quand la microfinance cible les migrants
Université de Provence Aix-Marseille 1 – Département d’Anthropologie
Master professionnel « Anthropologie & Métiers du Développement durable » – Mémoire de recherche appliquée