Les outils l’audit – les techniques de l’audit

By 23 March 2012

3)- Les outils et les techniques de l’audit
Une fois l’objet, et les objectifs d’une mission d’audit définis, l’auditeur devra choisir la meilleure technique pour les atteindre.

Les outils, dont dispose l’auditeur pour conduire sa mission

Sont classés en deux catégories :

3-1)- Les outils et les techniques non spécifiques :

A chaque métier correspondent des instruments de mesure physique, des instruments de calcul, des modèles et modes de Contrôle.

Et à chaque outil correspondent des normes, des référentiels. Ainsi que des règles d’utilisation.

Généralement utilisés par les auditeurs externes et les commissaires aux comptes. Ses outils sont :
Les états de rapprochement.
Représentation graphique ou par tableau.
Classement des documents.
L’inventaire.
Observation physiques de toute natures sur
Les biens corporels ou incorporels.

3-2)- Les outils et les techniques propres à l’audit :

a- les interviews :

L’interview vise l’obtention d’informations précises qui Permettront de se faire une opinion sur les observations et hypothèses émises à priori.

Les étapes de l’interview sont :
– la préparation et la prise de rendez-vous.

– l’entrée en contact par la présentation de l’auditeur, ou de l’équipe d’audit, le rappel de l’objectif et l’instauration d’un climat du dialogue.

– faire apparaitre des aspects non-dits en faisant réagir sur des points non exprimés, approfondir l’opinion de l’audité Sur les solutions proposées.

– la conclusion : la synthèse de ce qui a été dit, la vérification de l’accord de l’audité et si éventuellement, il a autre chose à ajouter. Pour que l’interview soit efficace l’auditeur doit :

– bien connaitre le contexte, le rôle et la fonction de l’audité.

– préparer les questions à poser et les points à clarifier.

– créer un état d’esprit coopératif.

– vérifier la bonne compréhension des points de vue et l’état d’esprit de l’audité

– faire progresser l’entretien (question, relance, etc.……..)

– éviter de critiquer l’audité, le service, le superviseur, etc.

– déconnecter les problèmes et personne auditées

b- les questionnaires d’audit (check liste) :

Le questionnaire de base utilisé dans les travaux d’audit est structuré autour de cinq questions :
1-QUOI ? Question orientée sur le travail.
2-QUI ? Question orientée sur l’exécution.
3-OU ? Question orientée sur le lieu d’exécution.
4-QUAND ? Question orientée sur le moment d’exécution
5-COMMENT ? Question orientée sur la méthode de travail

Le questionnaire répond au besoin de formaliser, normaliser l’approche de l’audit par un ensemble d’auditeurs

Le questionnaire n’exonère pas l’auditeur de procéder à la vérification des données collectées

Le questionnaire permet de faire des synthèses par nature de risque, et de performance.

c- la feuille de révélation et d’analyse de problème (FRAP) :

FRAP est un document de synthèse qui s’intègre dans la méthodologie générale d’analyse du contrôle interne et qui permet de :
les techniques de l’auditRésumer la nature du problème.
Formaliser la nature du risque du secteur d’activité audité
Apprécier la cause, puis les conséquences
Proposer des recommandations

d- les sondages :

apportent une garantie de normalisation de la communication écrite et du travail de terrain de l’audit.
Réduire les couts de la mission d’audit

Optimiser les ressources.

e- les enquêtes :

l’enquête consiste à :

Observer : Signifie regarde- prendre note-formuler un jugement.

Interroger : Poser des questions orales.

Analyser : Faire apparaitre des qualités et causes – établir des relations significatives – faire des mesures précises.

Vérifier : Démontrer la vérité – déterminer l’exactitude d’une information – établir la vérité sur une opération – Déterminer les actions correctives

f- les teste :

C’est une méthode qui consiste :
– à comparer les opérations ou procédures à étudier.
– à rapprocher les résultats obtenus avec des normes fixées.

Le teste se fait comme suit :

1- détermination des normes

2- définition de la population

3- le choix de l’échantillon :

– le choix est fait suivant un plan bien précis
– il faut qu’il soit adapté aux objectifs de l’audit.

4- Examen des opérations :

-a- l’observation
-b- l’interrogation : la technique la plus pénétrante que l’auditeur peut utiliser pour examiner les opérations
-c- l’analyse : analyse implique un examen approfondi.
-d- la vérification.
-e- l’investigation : c’est la recherche pour découvrir des faits, d’établir la vérité.
-f- l’évaluation : elle implique

-l’intention de peser ce qui a été analysé.
– pour juger l’adéquation, la compétence et l’efficacité
– elle amène à formuler un jugement

3-3) les recherches de preuve

Les techniques de recherche de preuve sont :

– L’examen physique :

Il ne faut pas dissocier le contrôle physique du support documentaire qui justifie la propriété.

-la confirmation indépendante :

se fait par un tiers, pour attester de l’existence : d’un passif, d’un actif, d’un engagement contractuel ou cautionné.

– la vérification sur document :

C’est la recherche de la justification des écritures comptables à travers l’examen des documents

– le contrôle mathématique :

Pour s’assurer de la bonne qualité numérique des comptes.

– le contrôle de vraisemblance :

S’assurer à priori de la validité des informations chiffrées.

3- 4)- technique comptable d’audit :

Les techniques comptables de l’audit vérifient les postes du bilan, du tableau de comptes de résultat ainsi que les annexes.

Chapitre 1 : Généralités sur l’audit

Lire le mémoire complet ==> (L’historique et l’évolution de l’audit bancaire en Algérie)
Mémoire de fin d’études sur l’audit bancaire