Les anémies : Définition et Classification des anemies

By 22 March 2012

Les anémies – Chapitre III:

1. Définition des anemies :

baisse de l’hémoglobine (Hb) circulante en deçà des valeurs normales pour l’âge
Homme < 13 g/dl
Femme < 12 g/dl
Enfant < 11 g/dl
Nouveau-né < 14 g/dl

2. fausses anémies :

– femme enceinte à partir de 3 – 4 mois
– splénomégalie (fait partie de l’ « hypersplénisme »)
– les grandes hyperprotidémies (essentiellement gammapathies monoclonales et surtout pics IgM, par augmentation de la pression oncotique du plasma)
– insuffisance cardiaque.

3. Présentation clinique générale:

Signes fonctionnels

Fonction de l’âge, rapidité d’installation, activité physique, pathologie sous jacente :
– Signes cardiovasculaires : dyspnée, palpitations, lipothymies, douleurs thoraciques
– Signes neurosensoriels : acouphènes, vertiges, céphalées,

Signes généraux

Asthénie physique puis intellectuelle.

Signes physiques

– Pâleur cutanéo-muqueuse
– Souffle d’IM anorganique
– Signes évocateurs d’un mécanisme (cheveux secs, ongles cassants, chéilite : anémie ferriprive ; ictère : hémolyse ; glossite, troubles neurologiques : carence en vitamine B12 ; hypotrophie, retard staturo-pondéral, hippocratisme congénital : origine congénitale).

4. Classification des anémies :

L’hémogramme donne aussi d’autres paramètres importants et qui sont pris en considération lorsqu’on veut classer les anémies.

Ce sont :
Le volume moyen globulaire (VGM) qui permet, chez l’adulte, de qualifier une anémie en :
normocytaire : si le VGM est compris entre 80 et 100 fL
microcytaire : si le VGM < 80 fL
macrocytaire : si le VGM > 100 fL

La concentration corpusculaire moyenne en hémoglobine (CCMH) normalement entre 32 et 36 g/dL ; permet alors de qualifier l’anémie de normochrome.

L’anémie est hypochrome si la CCMH < 32 g/dL

Le taux des réticulocytes :
Une anémie est dite régénérative si les réticulocytes sont>120 Giga/L
Une anémie est dite arégénérative si les réticulocytes sont

Il permet d’affirmer la nature centrale (arégénérative) ou périphérique (régénérative) de l’anémie.

5. Démarche diagnostique devant une anémie

L’hémogramme, ou NFS, étudie les cellules du sang.

Il comporte :

– une étude quantitative des cellules : numération des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes, mesure ou calcul de l’hématocrite, dosage de l’hémoglobine, étude des constantes ou indices érythrocytaires et plaquettaires.
– une étude qualitative des cellules : formule leucocytaire, étude de la morphologie des cellules sanguines.

Nouveau-né < 14 g/dl
A 6 mois < 9.5 g/dl
A 12 ans < 11 g/dl
Femme adulte < 12 g/dl
Grossesse < 11 g/dl
Homme adulte < 13 g/dl
Homme >70 ans < 12.5 g/dl
Femme >70 ans < 11.5 g/dl

Diagnostic positif :

Si l’Hb:
Le diagnostic étiologique de l’anémie repose prioritairement sur le VGM. Il rend compte de la taille des globules rouges. Le VGM est normalement compris entre 80 et 100 µ3 (fl).

Puis la TCMH et la CCMH qui sont la quantité moyenne d’hémoglobine contenue dans un GR et la quantité d’hémoglobine contenue dans 100 ml d’hématies respectivement.

Leucocytes et thrombocytes: une diminution des leucocytes et des thrombocytes avec la présence d’anémie sans augmentation des réticulocytes indique une perturbation au niveau de la cellule souche (anémie aplastique, myélodysplasie ou infiltration de la moelle). Une anémie avec une thrombopénie (et réticulocytose) peut signifier un mécanisme auto-immun (complication de syndrome lymphoprolifératif ou collagénose) ou une microangiopathie.

Frottis du sang périphérique : l’examen des GR sur le frottis sanguin aide fortement au diagnostic pour l’anémie ferriprive (anisocytose se manifestant plus précocement que la microcytose et la diminution de CCMH), plusieurs hémoglobinopathies (thalassémie, drépanocytose) et les anomalies de la membrane érythrocytaire (sphérocytose, ovalocytose, elliptocytose). La présence de neutrophiles hyperségmentés est plus sensible que le VGM pour détecter une carence en acide folique ou vitamine B12, car la macrocytose peut être masquée par une thalassémie ou une carence en fer surajoutées.

Réticulocytes : Le taux de réticulocytes sert à apprécier l’état de la production érythrocytaire de la moelle osseuse. Une anémie régénérative (réticulocytes > 120000/mm3) indique une origine périphérique comme une spoliation ou une hémolyse. Des réticulocytes < 120000/mm3 en présence d’anémie signifient une origine centrale (carentielle, aplasie médullaire ou érythroïde).

Anémie microcytaire et ou hypochrome :

VGM < 80 fl chez l’adulte (< 75 fl chez l’enfant) CCMH < 27 g/dl.

L’existence d’une microcytose traduit une anomalie de synthèse de l’hémoglobine, et dans la grande majorité des cas, est la carence en fer. Le dosage du fer nous permettra de différencier les anémies microcytaires à fer bas et les anémies microcytaires à fer normal.

Exploration du fer :

Soit le dosage de la ferritinémie, soit le dosage de fer sérique + CFT (TIBC) + CS.

La ferritine: est la principale protéine conservant le fer dans le corps. La concentration de la ferritine dans le sérum est directement proportionnelle aux mises en réserve du fer total dans le corps.

(VN: H=16-200 μg/l. F=12-70 μg/l)

Le fer sérique:c’est le dosage du fer circulant (lié aux protéines). Le taux adulte normal est :
Chez l’homme : 80 à 180 μg/ l
Chez la femme : 60 à 160 μg/ l
Le fer sérique doit être dosé de préférence le matin, après un jeûne strict de 12 heures.

LA CFT: est la mesure de la capacité des protéines sériques, et principalement la transferrine, à lier le fer. C’est la concentration en fer maximale que les protéines sériques peuvent lier. (VN: 250-450 μg/dl).

Le CS:c’est un examen clé pour le dépistage des surcharges en fer.
Le CS

CS= (VN: 25 à 40%).

Anémie par carence martiale ou anémie ferriprive :

La carence en fer se traduit par une anémie microcytaire, hypochrome hyposidérémique.
La ferritinémie est abaissé
Le fer sérique est abaissé
LA CFT est augmentée
Le CS diminue

Anémies inflammatoires :

Les anémies inflammatoires sont fréquentes et peuvent s’observer au cours de nombreuses pathologies.
La ferritinémie est normale ou augmentée N ou
Le fer sérique est abaissé
LA CFT est normale ou abaissée N ou
Le CS est normal ou pas aussi diminué N ou

Confirmer par un bilan inflammatoire :

La VS est accélérée.
La CRP est élevée (N< 3mg/l)
Fibrinogène peut augmenter jusqu’à 3 fois (N = 2-4 g/l)
Haptoglobine est élevée (N = 1-2g/l)

Thalassémie :

Les thalassémies sont des maladies héréditairesde l’hémoglobine caractérisées par la diminution ou l’absence de production de l’une des chaînes de globine normales (le plus souvent β ou α).

La ferritinémie est normale ou augmentée N ou
Le fer sérique est normalou augmentéN ou
LA CFT est normale N
Le CS est normal ou augmenté N ou
Confirmer par l’électrophorèse de l’hémoglobine:

β thalassémie mineur:
HbF = 50 à 95 % (cette Hb a une affinité accrue pour l’O2)
Hb A2 = 3 à 7%

β+ thalassémie major:
Hb F = 50 à 80%
Hb A = 5 à 45 %
Hb A2 = 3 à 7 %

α thalassémies: rare en Algérie.

Anémies régénératives : Taux de réticulocyte > 120000/mm3

Ou anémies d’origine périphérique: le plus souvent un mécanisme précis détruit précocement les GR, et la moelle osseuse compense ou essaie de compenser cette perte par une augmentation de production.

On recherchera en premier lieu un syndrome hémorragique et une hyperhémolyse, les deux seules causes de réticulocytose élevée. En l’absence de ses deux causes, on évoquera une réparation d’une insuffisance de l’érythropoïèse (dans ce dernier cas, le contexte est le plus souvent évident telle une chimiothérapie).

Syndrome hémorragique

Il est souvent évident (trouble de l’hémostase, anticoagulant, AINS), parfois plus difficile si l’anémie n’est pas extériorisée (intérêt du toucher rectal). On recherchera un contexte évocateur, des signes de choc, des signes d’anémie aiguë (pâleur, soif, vertiges, asthénie).

Les anémies hémolytiques :

Ce sont des anémies liées à la destruction excessive des hématies par une:
anomalie corpusculaire (héréditaire).
anomalie extracorpusculaire (acquise).

* Haptoglobine effondrée ou diminuée .
* Elévation de la bilirubine libre sérique .
* Elévation des LDH .

Hémolyse extracorpusculaire :

L’hématie est normale, détruit par un agent qui lui est extérieur. Les causes sont :

Infectieuses: Parasitaires (paludisme)
* Frottis sanguin
* Goutte épaisse

Bactériennes (Bartonella, Clostridium perfringens)
* Hémoculture
ToxiquesToxiques: Causes toxiques chimiques et médicamenteuses.
Toxiques professionnels ou accidentels
• Hydrogène arsénié
• Chlorate
• Aniline
• Nitrobenzène
• Naphtalène
• Paradichlorobenzène
• Sulfate de cuivre
• Plomb

Médicaments
• Actuellement surtout : disulone et ribavirine
Autres thérapeutiques
Eau distillée, oxygène hyperbare
Toxines

• Venins de certains serpents (vipère, crotale, cobra), morsures d’araignées.
• Toxines de certains champignons, piqûres de guêpes.

L’exploration au laboratoire basée sur le dosage de ces éléments.

Mécaniques ou par fragmentation des hématies:
Elles sont dues à la destruction de GR dans la circulation soit sur des turbulences provoquées par des prothèses, soit lors du passage dans les vaisseaux profondément altérés.

* Frottis sanguin: une anomalie morphologique caractéristique: la schizocytose.
Immunologique : trois types d’anémie hémolytique immunologiques existent:
– auto-anticorps (avec parfois un syndrome cryopathique)
– allo-anticorps (transfusion, mal. hémolytique du nné Rh+ mère Rh-)
– anticorps immuno-allergiques d’origine médicamenteuse.

Mise en évidence d’anticorps anti-érythrocytaire par le test de Coombs Cette étude précise la nature de l’auto-AC fixé IgG, IgM.

Tests immunologiques :

* le test decoombsdirect(TCD) détecte les anticorps situés à la surface des GR par un anticorps anti-Iglo. (anti-IgG, antiIg-A, anti-C’), dépiste une auto-immunisation anti-érythrocytaire

* le test decoombsindirect (TCI) détecte les anticorps sériques libres dans le sérum, dépiste des agglutinines irrégulières (allo-immunisation).

* Elution si coombs positif:
S’effectue après le test de Coombs. Elle permet d’isoler l’auto-anticorps, en le dissociant des GR, et de déterminer sa spécificité antigénique en le testant contre un panel de GR; révélation par une IgG animale anti IgG humaine.

Hémolyse corpusculaire:
Elle peut être due à des anomalies de membranes, de l’Hb ou enzymatiques.

Anomalies de membranes :

– Sphérocytose héréditaire (maladie de Minkowski-Chauffard).
– Elliptocytose héréditaire. (Affection génétique de transmission).
* Frottis sanguin.
* Étude de la résistance osmotique immédiate et après 24 h.
* Electrophorèse des protéines membranaires.

Anomalies de l’hémoglobine :

– Drépanocytose ou hémoglobinose S. (Hb A2 3%; Hb S 80%; HbF15-20%)
– Hémoglobinoses autres: C, D, E, H, SC, M.

* Frottis sanguin.
* Le test de falciformation consiste à provoquer la polymérisation de l’HbS en soumettant les hématies qui en contiennent à l’hypoxie. Après quelques minutes, les globules rouges drépanocytaires prennent leur forme caractéristique de “faux” ou faucilles.
* Electrophorèse de l’hémoglobine.

Anomalies enzymatiques :

– Déficit en G6PD.
* Dosage de G6PD .
– Déficit en PK .
* Dosage de PK .

Anémies arégénératives : Taux de réticulocyte < 120000/mm3

Elles sont les plus fréquentes. L’absence de régénération ne peut être affirmée que si le phénomène évolue depuis au moins une semaine (temps nécessaire pour que la moelle produise un nombre suffisant de réticulocytes). Ce sont desAnémies normochromes, normocytaires ou macrocytaires.

Anémies macrocytaires:

Correspondent chez l’adulte à un VGM >100fl.

Chez le nouveau-né, la macrocytose est physiologique (105-125 fl), avec baisse progressive pour atteindre 100 fl après 3 à 6 semaines. Chez l’enfant (2 mois-12 ans), on parle de macrocytose si VGM > 95 fl.

Nécessitant la réalisation d’un myélogramme
Carence en vit B12 ou en acide folique (les anémies mégaloblastiques)
* Frottis sanguin: présence de granulocytes neutrophiles géants avec noyau polylobé (> 6 lobes, jusqu’à 12)

* Myélogramme: Moelle richement cellulaire, paraissant « bleue » au faible grossissement du fait de nombreuses proérythroblastes; mégacaryocytes présents (nombre diminué; souvent difficile d’apprécier les modifications de taille).

Mégaloblastose portant sur les érythroblastes et sur la lignée granulocytaire.
* Dosage de la vit B12sérique.
* Dosage de l’acide folique.
* Test de Schilling: ce test permet de distinguer l’anémie de Biermer de la malabsorption de vit B12.

Les syndromes myélodysplasiques (SMD): Maladies retrouvées essentiellement chez l’adulte après 50 ans.
* Hémogramme: Leucopénie avec neutropénie

Thrombopénie fréquente
* Myélogramme: En général la moelle est richement cellulaire; érythroblastopénie; diverses anomalies morphologiques sont observables.

Les aplasies médullaires :

* Myélogramme: moelle pauvre ou dépourvue de cellulesde l’hématopoïèse
*Biopsie ostéo-médullaire.

Anémies normocytaires: VGM normal (80-100fl)
la moelle osseuse ne produit qu’un nombre réduit de GR, insuffisant pour maintenir l’hémoglobine sanguine à un niveau normal.

Les causes sont :
L’insuffisance rénale: l’absence ou à la diminution de la sécrétion d’érythropoïétine.
* Dosage de la créatinine .
* Dosage de l’urée .
* Dosage de l’EPO .

L’insuffisance endocrine: (thyroïde, hypopituitarisme, corticosurrénale)
* Dosage de T3 .
* Dosage de T4 .
* Dosage de TSH .

Maladies hépatiques: Les ¾ des patients avec cirrhose présentent une anémie.
* Dosage de transaminases (TGP et TGO) .
* Dosage de la bilirubine libre .
* Le TP élevé .

Myélodysplasie :
* Myélogramme.
Méthodologie :
Le présent mémoire consiste à faire une étude pratique en vue de l’obtention du diplôma d’état de laborantin.
Lieu de l’enquête:
L’enquête a été menée au niveau de deux établissements, EPSP et EPH du Bordj-Bonnaàma.
Population d’étude:Nombre de personnes ciblées: 50.
Population No 01: 30 médecins.
Population No 02: 20 laborantins.
Technique de l‘enquête:

La technique ou l’outil utilisé dans cette enquête est le questionnaire constitué de:
Questions ouvertes
Questions fermées.
Questions à choix multiples.
Un questionnaire constitué de 13 questions distribue aux médecins.

Un questionnaire constitué de 15 questions distribue aux laborantins.

Les caractéristiques de la population concernée:
Population No 01: Les médecins.
Présentation selon l’âge et le sexe:

Sexe / Age 20-30ans 30-40ans 40ans et plus Total %
Masculin 02 07 02 11 36.66
Féminin 04 14 01 19 63.33
Total % 06 20 21 70 03 10 30 100

L’âge moyen de la populationNo 01 est compris entre 30 et 40 ans.

La majorité de la population est de sexe féminin.

Présentation selon l’ancienneté et le grade:

Grade Ancienneté
05à10ans 10à15ans 15ans et plus Total %
Spécialistes 03 01 00 01 05 16.66
Médecins G 08 09 05 03 25 83.33
Total % 11 36.66 10 33.33 05 16.66 04 13.33 30 100

La majorité de la population est d’ancienneté inferieur à 10 ans.

Population No 02: Les laborantins.

Sexe / Age 20-30ans 30-40ans 40ans et plus Total %
Masculin 01 09 01 11 55
Féminin 05 03 01 09 45
Total % 06 30 12 60 02 10 20 100

Présentation selon l’âge et le sexe:

L’âge moyen de la populationNo 02 est compris entre 30 et 40 ans.

La majorité de la population est de sexe masculin.

Présentation selon l’ancienneté et le grade:

Grade / Ancienneté 05à10ans 10à15ans 15ans et plus Total %
Lab. Principaux 00 00 00 02 02 10
Biologistes 02 01 01 00 04 20
Lab. D.E 05 03 04 00 12 60
Lab. Brevetés 00 01 01 00 02 10
Total % 07 35 05 25 06 30 02 10 20 100

La majorité de la population est d’ancienneté inferieur à 10 ans.

La majorité de la population sont des laborantins diplômés d’état.

Interprétation et analyse du questionnaire adressé aux médecins:Question N001:

L’anémie est elle définie communément par tous les praticiens?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 27 90%
Non 03 10%

D’après les résultats obtenus de la question N001 on remarque que:

La majorité des médecins 90% définissent l’anémie communément.

Question N002:

Les principaux critères de classification des anémies son- ils connus par tous?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 24 80%
Non 03 10%
Aucune réponse 03 10%

Les résultats obtenus démontrent que 80% citent tous les critères de classification; 10% donnent des réponses incomplètes ou erronées, et les autres n’ont pas répondu.

Question N003:

La prise en charge d’une anémie est elle:

Commune ………………

Spécifique à chaque type……………

Nombre de réponses Pourcentage
Commune 05 16.66%
Spécifique à chaque type 25 83.33%

On note que la majorité absolue des praticiens soit 83.33% confirment une prise en charge adéquate des cas d’anémie selon la spécificité du type.

Question N004:

Les premiers examens biologiques demandés en cas de suspicion d’anémie sont: (cocher les réponses)

NFS Frottis sanguin Taux de réticulocytes

Bilirubine TGO. TGP

Nombre de réponses Pourcentage
NFS 30 100%
Frottis sanguin 15 50%
Taux de réticulocytes 12 40%
Bilirubine 09 30%
TGO. TGP 09 30%

Selon la lecture du tableau, on relève que la majorité des médicaux se contentent d’une simple NFS pour poser le diagnostic d’une anémie.

Question N005:

Les cas d’anémie sont ils répertoriés?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 00 00%
Non 06 20%
Aucune réponse 24 80%

Dans le tableau ci-dessus on constate l’absence de statistiques relatives à l’anémie (cas non recensés) ce qui ne permettra pas l’adoption d’une prise en charge planifiée et organisée.

Question N006:

Existe-t-il un protocole de prise en charge médicale?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 27 90%
Non 03 10%

D’après les résultats obtenus; on remarque que 90% affirment qu’il ya un protocole de prise en charge médicale et les autres disent non.

Question N007:

La démarche diagnostique et les analyses spécifiques à chaque type sont elles identifiées?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 03 10%
Non 09 30%
Aucune réponse 18 60%

Selon les résultats, on note que la démarche diagnostique reste confuse nécessitant une nette précision.

Question N008:

Pour un diagnostic différentiel, le bilan demandé est:
Standard ………
Succint …………
Elargi ………….
Autres ………….

Nombre de réponses Pourcentage
Standard 00 00%
Succint 00 00%
Elargi 12 40%
Autres 18 60%

D’après les résultats obtenus, on remarque que 40% disent le bilan est élargi, 60% disent que ce n’est pas leurs pouvoirs, il faut orienter vers les spécialistes.

Question N009:

La coordination avec les laborantins est:

Satisfaisante ……….

Médiane ……………

Médiocre ………………

Nombre de réponses Pourcentage
Satisfaisante 00 00%
Moyenne 23 76.66%
Médiocre 07 23.33%

On constate que la plupart des médecins 76.66% affirment que la coordination avec les laborantins est moyenne, 23.33% affirment qu’elle est médiocre. On déduisant que la coordination entre médicaux et laborantins n’est pas au niveau tolérable.

Question N010:

Les bilans demandés sont satisfaits (réalisés):
Totalement ……………….
Partiellement ……………..

Nombre de réponses Pourcentage
Totalement 00 00%
Partiellement 20 66.66
Insuffisamment 10 33.33%

Insuffisamment …………..

66.66% des médecins affirment que les bilans demandés sont réalisés partiellement, 33.33% disent insuffisamment, ce qui se traduit par une réticence sur la décision médicale.

Question N011:
Le recours aux laboratoires privés est lié à:
Un manque de moyens ………………
Une rupture en réactifs ………………
Une absence de motivation ………….
Une incompétence des agents ………..

Nombre de réponses Pourcentage
Un manque de moyens 21 70%
Une rupture en réactifs 21 70%
Une absence de motivation 03 10%
Une incompétence des agents 02 6.66%

70% des réponses affirment que Le recours aux laboratoires privés est lié à un manque de moyens et à une rupture en réactifs; 10% affirment qu’il est lié à une absence de motivation, et 6.66% affirment qu’il est lié à une incompétence des agents.

Question N012:

Êtes-vous pour l’adoption d’une stratégie de prise en charge thérapeutique des cas d’anémie?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 30 100%
Non 00 00%

Tous les médecins sont d’accord pour l’adoption d’une stratégie de prise en charge thérapeutique standardisée des cas d’anémie selon une fiche technique établie.

Proposition de solutions des médecins:
Une répertoriation des cas d’anémie avec classification.
Une schématisation du tableau thérapeutique.
Une dotation des laboratoires en moyens humains et matériels.

Interprétation et analyse du questionnaire adressé aux laborantins:

Question N001:

Êtes-vous capable de définir une anémie?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 09 45%
Non 11 55%

On constate que la majorité des laborantins (55%) sont incapables de définir une anémie d’où la nécessité d’un perfectionnement.

Question N002:

Pour vous, les principaux critères de classification des anémies sont ils identifiés?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 08 40%
Non 06 30%
Aucune réponse 06 30%

Les résultats obtenus démontrent que 40% citent tous les critères declassification; 30% donnent des réponses incomplètes ou erronées, et les autres n’ont pas répondu.

Question N003:

Le bilan demandé par les médecins en cas de suspicion d’une anémie est:

Standard …………..

Elargi ………….

Anarchique …………

Autres …………..

Nombre de réponses Pourcentage
Standard 16 80%
Elargi 01 05%
Anarchique 00 00%
Autres 03 15%

D’après les résultats obtenus, on remarque que la majorité 80% disent que le bilan est Standard, 05% disent élargi, 15% disent que ce n’est pas leurs affaires.

Question N004:

Êtes-vous capable de classer les analyses médicales spécifiques selon chaque type d’anémie?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 06 30%
Non 11 55%
Aucune réponse 03 15%

L’interprétation du tableau a fait ressortir que la majorité des laborantins saisis (55%+15%) ont répondu par la négative, ce qui confirme la limitation des connaissances.

Question N005:
Est-ce que les analyses suivantes sont pratiquées au niveau de votre laboratoire? (mettre une croix)
NFS Taux de réticulocytes Frottis sanguin Frottis médullaire
Bilan martial
La ferritinémie Le fer sérique La CFT (TIBC)

Bilan inflammatoire
CRP VS Fibrinogène
Exploration d’Hb
Electrophorèse d’Hb Test de falciformation
Bilan hémolytique
Haptoglobine Bilirubine LDH La résistance osmotique
Electrophorèse des protéines membranaires

Infectieuse
Goutte épaisse Hémoculture

Immunologique
Test de coombs direct Test de coombs indirect

Enzymatique
Dosage de G6PD Dosage de PK

Exploration des vitamines
Dosage de la vitamine B12 Dosage de l’acide folique Test de schilling

Bilan rénale
Créatinine Urée Dosage de l’EPO
Endocrine
Dosage de T3 Dosage de T4 Dosage de TSH
Hépatique
TGO.TGP TP

Nombre de réponses Pourcentage
NFS 13 65%
Frottis sanguin 03 15%
CRP.VS.Créat.Urée.TGO.TGP.TP 20 100%
Bilirubine. Hémoculture. Fibrinogène 11 55%
Autres (23analyses) 00 00%

Les laborantins affirment queNFS est 65% pratiquée dans les laboratoires, le frottis sanguin 15%, CRP.VS.Créat.Urée.TGO.TGP.TP 100%, Bilirubine. Hémoculture. Fibrinogène sont pratiqués 55%’ et les autres ne sont pas disponibles, et les autres 23 tests ne sont pas disponibles aux laboratoires.

Question N006:

Votre laboratoire est il:

Bien équipé ……….

Peu équipé ………..

Mal équipé ………..

Nombre de réponses Pourcentage
Bien équipé 04 20%
Peu équipé 16 80%
Mal équipé 00 00%

Selon le tableau, la majorité 80% affirment que les laboratoires ne sont pas équipés convenablement afin d’assurer un ensemble de prestations.

Question N007:

Votre commande en réactifs est honorée?
Totalement ………….
Partiellement ………..
Insuffisamment ………..

Nombre de réponses Pourcentage
Totalement 05 25%
Partiellement 15 75%
Insuffisamment 00 00%

25% des laborantins affirment que la commande en réactifs est honorée totalement, et la majorité 75% disent partiellement.

Question N008:
Les laborantins exerçant dans laboratoire sont ils insuffisants?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 13 65%
Non 07 35%

On a constaté par ces réponses que 65% affirment que les laborantins exerçant dans laboratoire sont insuffisant, 35% disent non.

Question N009:
Avez-vous reçus les connaissances nécessaires pendant votre formation initiale pour une bonne prise en charge?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 18 90%
Non 00 00%
Aucune réponse 02 10%

On constate que la plupart des laborantins 90% affirment qu’ils ont reçus les connaissances nécessaires pendant leurs formations initiales, et 10% n’ont pas répondu.

Question N010:
Souhaiteriez-vous avoir une formation complémentaire spécialisée sur une stratégie de dépistage biologique et une prise en charge?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 19 95%
Non 01 05%

Selon une première lecture des données, on note que l’ensemble des laborantins souhaitent renforcer leurs connaissances théoriques et pratiques dans le cadre de la formation continue.

Question N011:
Existe-t-il un registre spécial pour les cas d’anémie?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 00 00%
Non 20 100%

Absence de statistiques relatives aux anémies.

Question N012:
La coordination avec les médecins est:
Excellente ……………….
Moyenne …………………
Autres …………………….

Nombre de réponses Pourcentage
Excellente 02 10%
Médiane 16 80%
Aucune réponse 02 10%

On a constaté par ces réponses que 10% affirment que la coordination avec les médecins est excellente, 80% disent moyenne, et 10% n’ont pas répondu. On déduisant que la coordination entre médicaux et laborantins n’est pas au niveau tolérable.

Question N013:
Existe-t-il une coopération avec un mouvement associatif?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 00 00%
Non 20 100%

L’absence d’un mouvement associatif a eu sa répercussion en matière de sensibilisation des malades.

Question N014:
Êtes-vous d’accord pour l’adoption d’une stratégie de prise en charge?

Nombre de réponses Pourcentage
Oui 20 100%
Non 00 00%

Tous les laborantins sont d’accord pour l’adoption d’une stratégie de prise en charge des cas d’anémie.

Proposition de solutions des laborantins:
Amélioration des connaissances théoriques et pratiques des laborantins.
Renforcement en moyens humains (laborantins).
Renforcement en équipements.
Amélioration de la sensibilisation par l’organisation des journées d’études et l’intégration du mouvement associatif.

Suggestion :
A l’issue de notre stage pratique à plein temps et dans le but de la réalisation d’un mémoire de fin d’études en qualité d’élève laborantin diplômé d’état, il serait souhaitable d’émettre certains suggestions à savoir:

Le renforcement des laboratoires en:
Moyens humains par recrutement des laborantins diplômés d’état.
Moyens matériels par l’acquisition de nouveaux équipements.

Un renforcement de l’activité et son amélioration par:
L’amélioration des connaissances par l’intégration des nouvelles techniques en organisant des sciences de perfectionnement.
Dotation régulière en réactifs et produits de diagnostic.
Prise en charges des cas d’anémie par des spécialistes hématologistes de même à assurer un encadrement des laborantins.

Procéder à la mise en place:
L’adoption d’une stratégie de prise en charge par la schématisation d’un tableau de dépistage biologique et de suivi thérapeutique.
D’un mécanisme de recensement des malades par l’organisation des journées d’études et l’intégration du mouvement associatif.

Conclusion :
La réalisation de ce thème “l’utilité des analyses médicales pour le diagnostic des anémies” nous a permis de vivre notre première expérience d’élaboration de mémoire, et de suivi d’une situation nouvelle.

Notre objectif étant l’analyse de la situation et faire ressortir les anomalies parmi les quelles nous citons:

Une absence totale de recensement des cas d’anémie où la prise en charge est anarchique.

Une limitation des connaissances théoriques et pratiques des personnels exerçant aux laboratoires, carence liée à un manque de formation continue.
Absence de stratégie à adopter vis-à-vis des cas d’anémie.
Incoordination entre médicaux et laborantins se répercutant négativement sur la bonne prise en charge des malades.

Analyses médicales pour le diagnostic des anemies – le sang
Ecole de Formation ParaMédicale de Tiaret (EFPM)

Sommaire du mémoire :

  1. Les anémies : Définition et Classification des anemies
  2. L’érythropoïèse et les globules rouges

Bibliographie:
A. DONART et J.BOURNENF – Nouveau Larousse médicale – 1990.
Bachir DOR – Le sang – 1988.
Bernard LONGPRE – Les anémies – 1994.
Gérard SEBAHOUN – Hématologie clinique et biologique – 2005.
PRVY – Guide de bonne exécution des analyses de biologie – 2001.

Sites d’internet:
http//www.med.univ-rennes1.fr/galesne/hemato-cancéro/classificatio.htm
http://www.med.univ-angers.fr/discipline/lab_hema/index.shtml