Définitions du contrôle de gestion et objectifs du contrôle

By 27 March 2012

Définition et objectifs du contrôle de gestion
1- Définition et objectifs du contrôle de gestion

Il existe de nombreuses définitions du contrôle de gestion. Avant de faire le point sur celles-ci, il apparaît nécessaire de s’interroger au préalable sur la signification du terme CONTROLE lui-même. Ce dernier fonde la spécificité du domaine et induit la définition du contrôle de gestion.

1.1. Définitions du contrôle de gestion
Le contrôle n’est pas la vérification, même s’il est nécessaire de vérifier en temps utile. Au sens anglo-saxon du terme, le contrôle doit être entendu comme étant l’action de maîtriser, de piloter, c’est-à-dire comme le fait de dominer ou à tout le moins, d’avoir une certaine emprise sur un système. Le contrôle de gestion est trop souvent réduit au calcul des coûts et à la gestion budgétaire. S’il est vrai que le management par les chiffres a assuré il y a quelques années, l’expansion mondiale de certaines grandes sociétés, de nos jours l’environnement a profondément changé et ne s’y prête plus. Le contrôle de gestion est encore mal cerné, aussi bien dans sa fonction que dans son contenu. Extrêmement vaste dans son champ d’action, varié dans ses attributions, son exercice se cache souvent sous des dénominations diverses dans l’entreprise : DFC, directeur des budgets etc. Ceci justifie qu’en préalable à toute étude à caractère technique, il est nécessaire de bien circonscrire la fonction contrôle de gestion. La maîtrise ne s’exerce pas seulement à un niveau spécifique, mais peut et doit s’étendre à l’organisation, il s’agit d’un acte de management.

« Le management est l’art de réaliser les objectifs organisationnels de manière efficace et efficiente, à travers la planification, l’organisation, la direction et le contrôle des ressources de l’organisation » D’après R.L. DAFT (1993°). En fait, il s’agit d’un processus qui avant une action l’oriente, en cours d’action l’ajuste et une fois l’action réalisée, évalue ses résultats pour en tirer les enseignements utiles.

Un processus peut être défini comme un enchaînement d’activités organisés dans le temps et orientées vers un objectif commun. Ces activités correspondent respectivement à la finalisation, au pilotage et à l’évaluation.

La finalisation consiste à définir des objectifs pertinents, c’est-à-dire accessibles et adaptés aux buts poursuivis. Elle implique ensuite la détermination des ressources en hommes, en matériel et en temps, ainsi que la manière dont ces ressources seront agencées de manière optimale. Elle nécessite enfin, de préciser les instruments de mesure de la performance.

Le pilotage consiste à observer le déroulement des opérations, contrôler sa bonne exécution et faire le point sur les actions restant à mener, de manière à prendre éventuellement les mesures nécessaire en cas de dérives. Les décisions correctives qui en découlent peuvent porter sur les moyens à mettre en œuvre, mais peuvent aussi déboucher sur une remise en cause des objectifs si ceux-ci s’avèrent mal définis.

L’évaluation est la mesure des performances atteintes. Son objet est de déterminer l’efficacité des responsables (ont-ils atteint leurs objectifs ?), l’efficience des moyens mis en œuvre (quels résultats par rapport aux moyens engagés ?) et l’économie des ressources (c’est-à-dire le coût de ces dernières).

Qu’est-ce que le contrôle de gestion donc ?
– pour certains, il s’agit de faire des économies, d’atteindre l’efficience par la surveillance
– pour d’autres, il s’agit d’abord d’être efficace, et de piloter au mieux l’organisation pour lui faire atteindre ses objectifs.

Ainsi, selon KHEMAKHEN (2001), le contrôle de gestion est le processus mis en œuvre au sein d’une organisation pour s’assurer d’une mobilisation efficace et permanente des énergies et des ressources en vue d’atteindre les objectifs que vise cette organisation. Un système de contrôle de gestion ne peut exister que s’il existe dans l’entreprise une stratégie identifiant des objectifs à très long vision ou terme, des objectifs stratégiques à long terme, moyen terme et à court terme et des tactiques pour atteindre ces objectifs.

Pour (C.Grenier, 1990), le contrôle de gestion cherche à concevoir et à mettre en place les instruments d’information destinés à permettre aux responsables d’agir en réalisant la cohérence économique globale entre objectifs, moyens et réalisations. Il doit être considéré comme un système d’information utile au pilotage de l’entreprise, puisqu’il contrôle l’efficience et l’efficacité des actions et des moyens pour atteindre les objectifs. Mais dans la mesure où les modes en management tendent à mettre l’organisation sous tension par le biais d’une forte délégation et d’une responsabilisation grandissante des acteurs, le contrôle des comportements devient indispensable.

Par conséquent, le contrôle de gestion devient ainsi, un système d’incitation dans lequel les individus trouvent le développement de l’entreprise et le leur. Dans un contexte d’économie ouverte marquée par la complexité et l’incertitude, les sources de performance sont nécessairement plus larges et la définition de Fiol & Lebas (1995) présentant le contrôle de gestion comme le management de la performance individuelle et collective met l’accent sur la contribution centrale du contrôleur de gestion : l’aide au maintien et au développement de la performance.

Enfin, une synthèse des définitions est donnée par R.N. ANTHONY (1965), pour qui, le contrôle de gestion est le processus par lequel les gestionnaires s’assurent que les ressources sont obtenues et utilisées de manière efficace et efficiente dans la réalisation des objectifs organisationnels. En somme, le contrôle de gestion n’est donc pas que le contrôle budgétaire, il doit aller plus loin, en s’assurant que les actions ont été menées de façon économique, efficace et efficiente.

Définition et objectifs du contrôle de gestion1.2. Objectifs du contrôle de gestion
Dans la mise en œuvre des stratégies, le contrôle de gestion vise :
L’efficacité,
L’efficience,
L’économie.

a- L’efficacité
Elle se définit par rapport à un objectif donné
Elle indique à quel point l’objectif est atteint
Elle est complètement indépendante du coût. L’évaluation de l’efficacité

ne tient aucunement compte des frais de gestion ni des coûts de production.

Exemple : un système de production qui doit fabriquer 10.000 unités/semaine, d’une qualité donnée, est considéré comme efficace s’il respecte cette norme.

b- L’efficience
Elle représente la capacité de minimiser les moyens mis en œuvre pour atteindre un objectif. L’efficience peut généralement se mesurer à l’aide d’un ratio, c’est-à-dire un rapport entre deux grandeurs.

Un système de production est efficient s’il produit un nombre donné d’unités, d’une qualité donné, au moindre coût. S’il produit au moindre coût, mais sans tenir compte de la qualité, il est « économique », mais pas forcément efficient.

c- L’économie
Est dite économique toute acquisition de ressources qui correspond aux critères suivants :
– Moindre coût ;
– Quantité et qualité conforme à la norme établie ;
– Moments et lieux opportuns
L’économie touche l’acquisition des ressources
L’efficience, leur transformation.

LES OBJECTIFS DU COURS :
Les visées du contenu de ce cours sont entre autres de vous permettre de :
1. Définir le contrôle de gestion,
2. Comprendre son évolution,
3. Le situer dans le processus de management des organisations,
4. Définir et analyser les coûts dans un contexte de prise de décision
5. Comprendre et maîtriser le processus budgétaire,
6. Concevoir des tableaux de bord de gestion,
7. Définir et mesurer la performance dans les organisations.

Lire le mémoire complet ==> (Le contrôle de gestion cours complet)