Structures et mesure d’encadrement des PME

By 26 February 2012

Structures, avantages, contraintes et stratégies des petites et moyennes entreprises PME – Chapitre 2:
Ce chapitre consiste à identifier les faits et les réalités des petites et moyennes entreprises PME à travers :
Dans un premier temps, l’analyse des structures et des mesures d’encadrement : à savoir, les structures d’informations, des mesures spécifiques en faveur des les petites et moyennes entreprises PME et la place de ces dernières dans l’économie marocaine.

Dans un second temps, les avantages et les atouts des petites et moyennes entreprises qui se manifeste par l’existence d’un certains nombres d’institutions, groups et associations qui fournissent un ensemble d’outils d’aides et des services pour assurer leurs bonne marche.

Ensuite, on va citer les contraintes essentiels qui se pressentes comme des entraves au développement des petites et moyennes entreprises PME à savoir les contraintes économiques, administratives, sociales et humaines, techniques et financières.

Et en fin, l’action sera mise sur les stratégies possibles mise à la disposition des petites et moyennes entreprises PME.

Section1 : Structures et mesure d’encadrement
L’absence de structures cohérentes et décentralisés chargé de l’orientation et de la promotion des PME au Maroc ne sont pas pour facilité l’épanouissement de ces unités dans notre pays.
Un certains nombres de structures sont nécessaires pour le lancement de la petite et moyenne entreprise PME et sa réussite.

§1 – Les structures d’informations :
A)- La prise de contact avec la population :
L’un des moyens de la sensibilisation et d’encadrement est d’organiser des rencontres avec les populations dans l’ensemble du territoire national qui doit être le champ de compagnes d’informations fréquentes et régulières d’explications, de démystification de la notion d’industrialisation et de vulgarisation de la la petite et moyenne entreprise PME. Cette vulgarisation pourrait être facilité par la contribution des collectivités décentralisées à établir un programme à cette fin.

B)- les organes de mass-media :
Pour ce faire, la présentation de l’environnement de la petite et moyenne entreprise PME et des objectifs de celle-ci 1 devrait être menée de front par tous les organes de mass-média et ce par étapes, permettant des phases d’assimilation continues et répétitives toutes les explications nécessaires relatives à la petite et moyenne entreprise PME.

C)- Conclusion :
Il va soi qu’un environnement propice et favorable devrait préalablement être mis en place pour faciliter la réussite de ces genres d’activités. A cet effet l’Etat doit prendre à sa charge le développement de la réalisation de l’environnement infrastructurel convenable, utile, opportun et suffisant pour ouvrir la voie à un développement intégré, harmonieux et audacieux.

§2 – La mise en place d’un diagnostic national global :
A)- Contenu :
Cette tache devra être attribué à un organisme public qui sera en outre chargé du conseil, de l’orientation et du contrôle de la PME au Maroc sous forme d’un centre de recherche et de développement technologique.

Une étude de faisabilité globale permettra de déterminer les possibilités techniques, économiques et financières qui s’offrent selon les secteurs et les régions aux promoteurs potentiels.

B)-raisons :
Cette étude trilatérale sera un véritable tableau de bord permettent une détection et un éclairage convenable pour toute initiative d’implantation d’une entreprise. Elle permettra de déterminer notamment le nombre maximal des sociétés pouvant s’installer dans un créneau ou dans une zone déterminée ainsi que les secteurs où leur viabilité est certaine.

§3 –Mesures spécifiques en faveur des petites et moyennes entreprises PME :
Nos petites et moyennes entreprises PME ne pourrait assurer leur survie en compte seulement sur leurs efforts et capacités intrinsèques qui du reste demeurent fiables. Nous énumérons ci-après une liste, non exhaustive des mesures dont les petites et moyennes entreprises PME pourrait bénéficier.

A)- Mesures générales :

  • Mesures fiscaux et tarifaires ;
  • Mesures spéciales destinés à favoriser les exportations de leurs produits.
  • Incitation à la sous traitance par l’attribution par les grandes industries aux petites d’un certains nombres de primes ;
  • Organisation d’associations coopératives de petits producteurs qui serait un canal de matières premières pour les petites et moyennes entreprises PME ;
  • Nécessité d’instituer des échanges entre les petites et moyennes entreprises PME sous-traitantes afin de créer une dynamique industrielle.
  • Les institutions de l’Etat doivent donner gratuitement les conseils.

Structures et mesure d’encadrement des PMELa guiche unique :
– Manuel des procédures : à l’occasion du montage d’un projet, les promoteurs ne savent pas à qui s’adresser, ni quoi, ni comment faire. Je pense 2qu’il serait aisé d’établir un fascicule énumérant
– exhaustivement les différentes opérations à réaliser et étapes à franchir pour la concrétisation d’un projet déterminé.
– exhaustivement les différentes opérations à réaliser et étapes à franchir pour la concrétisation d’un projet déterminé.
– Banque de données : il est nécessaire d’instituer une banque de données, d’idées susceptibles d’être réalisées et de projets immédiatement concrétisables.
– Taux d’intérêt réduit : dans de nombreux pays développés, il existe  des réglementation spécifiques aux services publics, semi-publics et privés orientés spécialement vers les entreprises de petites taille.

B)- Mesures locales et régionales :
– Constitutions de fonds de garantie régionaux ;
– Participation des collectivités territoriales dans le capital des Sociétés de développement régional et des sociétés de financement.
Aide à l’aménagement des zones d’activités, industrielles et des Bâtiments relais ;
– Encouragement à la constitution des sociétés régionales ou Provinciales de capital risque.
– Animation du développement local par les gouvernements en relation avec les élus locaux ;
– Renforcement des structures bancaires locales

C)- PME petites et moyennes entreprises et développement local :
Dans les années 70, la question du développement local fondé sur les petites et moyennes entreprises PME s’est cristallisée autour du débat sur les districts industriels3. Ce modèle dérive d’Alfred Marshall, qui estime que des économies externes peuvent être obtenues

par la concentration d’un grand nombre de petites firmes œuvrant dans un même secteur industriel-y compris des industries qualifiées « d’auxiliaires », comme la production des machines- dans une aire géographiquement délimitée. Ce concept marshallien a été réutilisé pour interpréter le développement des régions du centre et du nord-est de l’Italie, « la Troisième Italie », caractérisé par des ensemble de PME.

Quatre caractéristiques pour préciser ce « modèle » :
– la spécialisation flexible, qui traduit la capacité d’adaptationet d’innovation des firmes du strict.
– une spécificité organisationnelle : les firmes sont reliées par unedivision spécialisée du travail et sont complémentaires; une sorte d’interdépendance organique existe donc, permettant la réalisation des économies externes;
– des relations inter-firmes de conflit/coopération : une caractéristique essentielle du strict réside dans des formes diversifiées de coopération inter-firmes, par exemple dans le domaine de l’innovation technologique;
– un système globalisé : le strict doit être considéré comme un tout. Des relations étroites existent entre les différentes sphères économique, sociale et politique.

Toutefois, ce type de développement local ne doit pas être considéré comme un modèle idéal qu’il conviendrait de suivre, mais bien comme forme particulière du développement localisé appuyé sur les petites et moyennes entreprises PME.

D)- PME petites et moyennes entreprises et développement régional :
Au Maroc l’une des sources de nos maux provient du déséquilibre entre les villes et les compagnes. Les résultats chiffrés dégagés à l’issu de 18 années de financement de la PME4 au Maroc démontrent que le déséquilibre régional en matière de développement des différents pôles de développement économiques est encore omniprésent.
L’issue irréversible passe par la nécessité d’ouvrir clairement la possibilité aux collectivités territoriales d’intervenir en matière socio-économique.

Lire le mémoire complet ==> (Les performances des P.M.E marocaines: Etude empirique)
Mémoire de licence en sciences économiques et gestion
______________________________________________
1– Azouzi BOUZID« PME et stratégie de développement au Maroc ».
2– Azouzi BOUZID« PME et stratégie de développement au Maroc ».
3– Marchessnay« Gestion de la PME/PMI ». Edition NATHAN9. Paris 1997.P :264