Le rôle des NTIC dans l’administration publique

By 20 February 2012

Le rôle des NTIC dans l’administration publique – Section I :

Depuis l’avènement des ordinateurs, et plus récemment d’Internet, la pression exercée sur les administrations pour qu’elles s’acquittent mieux de leurs tâches s’est accrue, et les technologies de l’information et de la communication (TIC) leur ont donné la capacité de le faire grâce à l’administration électronique.

On entend ici par administration électronique « l’utilisation des TIC, et en particulier d’Internet, dans le but d’améliorer la gestion des affaires publiques ». Sa conséquence essentielle réside tout simplement dans une meilleure administration  autrement dit, l’administration électronique est davantage affaire d’administration que d’électronique. Elle permet d’obtenir de meilleurs résultats sur le plan de l’action publique, des services de meilleure qualité et un engagement accru des citoyens. Le jugement porté sur les gouvernements et les administrations publiques demeurera, fort légitimement, fondé sur ces critères reconnus de réussite.

Les initiatives prises en matière d’administration électronique recentrent le débat sur plusieurs questions : comment les organismes publics peuvent-ils collaborer plus efficacement entre eux en vue de résoudre des problèmes complexes communs ? Comment renforcer l’écoute du client et tisser des liens avec des partenaires du secteur privé ? Les administrations publiques doivent apporter des réponses à ces questions pour rester réceptives aux aspirations du public.

I- les NTIC assurent la marche régulière des services publics

L’administration électronique est l’utilisation par l’Etat des nouvelles technologies de l’information et de la communication pour assurer la marche régulière des services publics, tant pour son fonctionnement interne qu’en faveur des usagers. Cette utilisation présente des opportunités réalistes au sein de l’administration mais plus spécifiquement, dans les relations que celle-ci entretient avec les administrés et les entreprises. Elle permet, entre autres, d’améliorer ses prestations en termes d’accessibilité, de qualité et de rapidité, et son image, en termes de transparence et d’efficacité.

I-1- L’administration électronique améliore les relations interdépartementales

Il y a d’une part les relations internes à l’administration «  administration administration  », au sein de laquelle l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication permet d’optimiser les compétences opérationnelles et de favoriser la communication en connectant les collaborateurs. Les NTIC permettent également d’améliorer les relations interdépartementales par le partage d’expériences ou de meilleures pratiques. Cette logique transversale, soutenue par les NTIC, conduira l’administration à mettre de l’ingénierie dans son système d’information et mener des réflexions quant à l’évolution structurelle et organisationnelle de ses départements.

D’autre part, il y a les relations externes à l’administration et qui sont de deux types :
•  Une relation entre l’administration et ses administrés, «  administration-administrés  », avec laquelle ces derniers cherchent les meilleures conditions d’entrer en contact avec l’administration pour accomplir des démarches administratives de tous les jours.
•  Une relation entre l’administration et ses partenaires, «  administration-partenaires  », selon le rôle de chaque entité privée. A travers cette relation, Internet peut, par exemple, soutenir les techniques de recherche de fournisseurs et gérer les processus d’appels d’offres et d’achats, offrir des conditions administratives facilitées, favoriser la constitution de nouvelles sociétés, faciliter l’obtention d’autorisations diverses, etc…

Par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, chacune des relations citées ci-dessus peut être caractérisée, selon le mode de communication et en fonction de la nature d’échange, par un type d’interaction qui la qualifie. On peut distinguer ces différents types d’interaction selon trois fonctions principales qui permettent une évolution par étape, compte tenu des objectifs tracés et qui sont : l’information, la communication ou l’interaction et la transaction.

La fonction «  information  » consiste à diffuser, par Internet, de l’information officielle,actualisée et accessible à tous ; c’est le cas des sites informatifs tels que les données sur la météo, les horaires des vols d’une compagnie aérienne, etc…. La fonction «  communication  » est une interaction qui implique des questions et des réponses entre individus, entreprises ou groupes d’individus ; c’est le cas des services de messagerie électronique ou des forums de discussion, par exemple. Quant à la fonction «  transaction  », elle englobe les procédures à distance qui permettent d’acquérir des services ou de soumettre des données en ligne ; c’est le cas lorsqu’il s’agit de payer ses factures de téléphone ou d’électricité sur Internet, d’acheter sur Internet ou de déclarer ses impôts en ligne, par exemple.

I-2- L’accessibilité à l’information et La souplesse

La mise à disposition de l’information actualisée et uniformisée permet de faciliter son accès, en donnant la possibilité à chacun de rechercher l’information qui lui est nécessaire. Certains services méconnus ou difficilement accessibles sont devenus, à l’aide des possibilités offertes par les NTIC, plus visibles et disponibles de façon transparente.

La prise en charge d’une demande qui nécessite l’intervention de plusieurs services est devenue globale, sans déplacement, à travers un guichet électronique mis à disposition de l’administré et du citoyen où qu’ils se trouvent. Ce guichet n’occasionne pas d’attente dans une file et la majorité de ses services sont accessibles de jour comme de nuit : 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

I-3- La personnalisation et l’efficacité

Les besoins de chaque administré sont uniques. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ,  plus  particulièrement Internet, permettent de construire des systèmes flexibles capables de fournir des produits et services personnalisés. Elles offrent la possibilité aussi bien à l’administration qu’au citoyen de personnaliser l’accès aux prestations et services de l’Etat.

Sur le plan interne à l’administration, les NTIC permettent de dépasser les barrières, d’améliorer la coordination et la circulation de l’information entres les services, les départements et les collectivités publiques et de réduire les coûts administratifs de fonctionnement. Elles déchargent des tâches administratives contraignantes au profit d’un travail de conseil et de support aux administrés.

II- les avantages de l’administration électronique pour les administrations publiques

Depuis l’avènement des ordinateurs, et plus récemment d’Internet, la pression exercée sur les administrations pour qu’elles s’acquittent mieux de leurs tâches s’est accrue, et les technologies de l’information et de la communication (TIC) leur ont donné la capacité de le faire grâce à l’administration électronique. On entend ici par administration électronique « l’utilisation des TIC, et en particulier d’Internet, dans le but d’améliorer la gestion des affaires publiques ». Sa conséquence essentielle réside tout simplement dans une meilleure administration autrement dit, l’administration électronique est davantage affaire d’administration que d’électronique. Elle permet d’obtenir de meilleurs résultats sur le plan de l’action publique, des services de meilleure qualité et un engagement accru des citoyens. Le jugement porté sur les gouvernements et les administrations publiques demeurera, fort légitimement, fondé sur ces critères reconnus de réussite.

Les initiatives prises en matière d’administration électronique recentrent le débat sur plusieurs questions : comment les organismes publics peuvent-ils collaborer plus efficacement entre eux en vue de résoudre des problèmes complexes communs ? Comment renforcer l’écoute du client et tisser des liens avec des partenaires du secteur privé ? Les administrations publiques doivent apporter des réponses à ces questions pour rester réceptives aux aspirations du public.

II-1- L’administration électronique permet de travailler plus efficacement et améliore les services

NTIC dans l’administration publiqueLes TIC permettent de s’acquitter plus efficacement du traitement de grandes quantités de dossiers ainsi que des tâches propres aux administrations publiques. Le recours à des applications Internet peut se traduire par des économiesen matière de collecte et de transmission de données, ainsi que de fourniture d’informations et de la communication avec les clients. Un partage accru des données au sein des administrations et entre elles devrait déboucher dans l’avenir sur des progrès sensibles en termes d’efficience.

L’adoption d’une optique privilégiant le service au client est un point essentiel des programmes de réformes des pays membres. L’efficacité des services offerts dépend de la compréhension des besoins des utilisateurs, et les services en ligne n’échappent pas à cette règle. Une approche axée sur le service au client dispense l’usager de l’obligation de comprendre les structures et les relations complexes des administrations.

Internet peut contribuer à la réalisation de cet objectif, en permettant aux administrations de se présenter comme une organisation unifiée, et de fournir des services en ligne intégrés. Comme tous les services, ceux qui reposent sur l’administration électronique doivent être développés en fonction de la demande et de leur valeur d’usage, dans le cadre d’une stratégie globale des canaux de fourniture.

II-2- L’administration électronique concourt à la réalisation d’objectifs

II-2-1 la réalisation des objectifs précis

Internet peut favoriser l’échange d’informations et d’idées entre parties prenantes, et contribuer à la réalisation d’objectifs politiques précis. Ainsi, la disponibilité d’informations en ligne peut encourager le recours à un programme d’enseignement ou de formation ; l’échange d’informations dans le secteur de la santé peut permettre d’améliorer l’utilisation des ressources et les soins aux patients ; et le partage d’informations entre les administrations centrales et infranationales peut faciliter la mise en oeuvre de politiques environnementales. Cela étant, l’échange d’informations à caractère individuel soulèvera la question de la protection de la vie privée, et il conviendra de peser soigneusement les éventuels avantages et inconvénients de ce type d’échange.

II-2-2 la concrétisation d’objectifs généraux des pouvoirs publics

L’administration électronique contribue à la réalisation d’autres objectifs de politique économique, dans la mesure où elle permet de réduire les dépenses publiques grâce à la mise en oeuvre de programmes plus efficaces et efficients, d’améliorer la productivité des entreprises grâce à la simplification des procédures administratives, et de favoriser le développement de la société de l’information et du secteur des TIC.

II-3- L’administration électronique peut être un instrument de réforme essentiel

Tous les gouvernements de l’OCDE sont confrontés au problème de la modernisation et de la réforme de la gestion publique. Compte tenu des évolutions actuelles – mondialisation, nouvelles exigences budgétaires, sociétés en mutation et renforcement des attentes des clients – ce processus de réforme doit être continu. Les réformes se sont appuyées sur les TIC dans de nombreux domaines.

L’administration électronique peut aider à instaurer la confiance entre administrations et citoyens
Les TIC peuvent y contribuer, en facilitant l’implication des citoyens dans le processus politique, en favorisant l’ouverture et la responsabilisation des administrations publiques, et en contribuant à faire barrage à la corruption. En outre, les TIC peuvent aider un individu à faire entendre sa voix dans un débat général, elles peuvent être mises à profit pour encourager les citoyens à réfléchir de façon constructive aux questions d’intérêt public, et elles peuvent contribuer à l’évaluation des conséquences du recours à la technologie pour décloisonner le processus politique.

Des mesures doivent également être prises en ce qui concerne la qualité de l’information et l’obligation de rendre compte. Néanmoins, peu nombreux sont ceux qui pensent que les dispositifs d’administration électronique remplaceront complètement, dans un avenir proche, les méthodes traditionnellement utilisées en matière d’information, de consultation et de participation du public.

Chapitre1 : Les avantages des NTIC
PREMIER PARTIE:DESCRIPTION DES NTIC

Les NTIC et la modernisation de l’administration au Maroc
Mémoire de fin d’études