Généralités sur le crédit bancaire

By 3 February 2012

Relation Banque – Entreprise – PARTIE II :
Introduction :
La relation Banque-Entreprise est une relation basée sur une meilleure et bonne qualité de service, le point qui est précisément reproché aux banques marocaines à nos jours.

En effet, la relation Banque-Enterprise est une relation complexe, tout simplement parce que cette relation est établie et construite à partir de plusieurs éléments qui ne recoupent pas souvent, et aussi elle naît dans un cadre légal et réglementaire, qui est cependant une particularité qui n’est pas prise en considération par les analystes lorsqu’ils traitent de la relation Banque-Entreprise, c’est que cette relation n’est jamais située dans son véritable contexte qui est celui d’une économie d’endettement, car le marché de crédit dans notre économie est essentiellement bancaire, c’est-à-dire que les entreprises n’ont pas d’autre alternatives que le système bancaire pour satisfaire leur besoin d’autofinancement à court, moyen et long terme.

C’est ainsi que les chantiers bancaires essayent depuis ces dernières années de produire une nouvelle réforme, qui va se focaliser sur une relation Banque-Entreprise. Et qui ont pour finalité, la reconfiguration des systèmes d’informations des banques, d’améliorer cette relation et de la rendre transparente.

 Chapitre I : Le crédit et les risques bancaires
Le développement économique et social, les progrès techniques, l’évolution des échanges commerciaux nationaux et internationaux ont engendré la transformation et la multiplication des besoins de l’Etat, des établissements publics, des entreprises et des particuliers : besoins en investissements accrus, production et stockage pour une consommation future …

Ces transformations qui se sont répercutées en casade sur toute les branches et sous branche d’activité ont entraîné parallèlement la diversification des opérations bancaires   et expliquent que le domaine de crédit soit aujourd’hui très vaste.

Pour ceci nous traiterons dans ce chapitre :
-La définition et classification de crédit
-Les grandes catégories des risques bancaires

Section 1: Généralités sur le crédit bancaire
Sans le crédit et les facilités bancaires, il serait difficile à la plupart des Entreprises de continuer à produire et à vendre.

A- Définition et évolution de crédit
1- Définition de crédit :
Le crédit peut être défini en tant qu’un échange dans le temps et échange entre deux personnes :

a- le crédit échange dans le temps
Keynes appelle le crédit : «  tout échange de biens réalisé de manière à la prestation actuelle de l’un, une promesse future de l’autre »[1]. Pour Ferrara, « le crédit est l’échange d’une valeur actuelle avec la promesse d’une valeur future ».[2]

Les définitions qui adoptent ce sens présentent entre elles des nuances non négligeables.  Keynes parle en effet d’échange de bien au sens «  réel » mais Ferra «  de valeur ».

En général, ce qui permet de reconnaître que les opérations de crédit peuvent avoir également pour objet , outres les services, des crédits préexistants .

b- le crédit échange entre deux personnes.
A l’aide d’autre définitions, plusieurs auteurs ont voulu souligner la fonction de transfert de capitaux entre les individus .

Sismonde avait déclaré que « le crédit … ne fait que donner à celui qui le possède la disposition d’une richesse déjà existante »[3].

Pour les auteurs français le crédit est « en général la facilité de faire usage de puissance d’autrui »[4] .

En fin , le crédit est synonyme de confiance mais avec la prise d’un certain nombre de précautions notamment l’appréciation du risque.

2- Evolution de crédit au Maroc
A l’issue de l’exercice 2006, les concours des établissements de crédit ont marqué une hausse de 16.4 % contre 12.8 % en 2005, pour atteindre 351.6 milliard de dirhams soit 61.6% du PIB.

Cette évolution a concerné aussi bien les prêts bancaires, qui constituent 85.1% du total des crédits que les concours de sociétés de financement.  Ces deux catégories de crédit ayant connu des rythmes de progression proches de 17% au lieu respectivement de 12.5% et de 10.8% en 2005.

Les prêts accordés par les associations de micro crédit ont continué leur expansion atteignant un montant de 3.5 milliards de dirhams qui a plus que doublé en un an après l’essor de 75% réaliser en 2005.

B- Classification et domaine du crédit
La répartition des crédits bancaires selon le nouveau plan comptable entré en vigueur en l’an 2000 peut être faite selon l’objet , le terme et selon le secteur d’activité .

1- Classification par rapport à l’objet
Cette classification permet de faire la destination entre :
Le crédit de banque qui est un prêt en argent et le crédit commercial qui est consenti par un fournisseur à son client à l’issue d’une vente de marchandises et qui correspond au délai de règlement accordé par le premier au second .
Répartition des crédits bancaires selon leur objets :

En million de dirhams 2004 2005 2006
Montants Montants Variations en% En % du total Montants Variations en % En% du total
Comptes débiteurs crédit de mémoires 67.311 78326 +16.4 28.2 97.811 +24.9 29.9
Crédit à l’équipement 56.671 65166 +15.0 23.4 79.381 +21.8 24.2
Crédit immobilier 45.869 57215 +24.7 20.6 73328 +28.2 22.4
Crédit à la consommation 23725 26699 +12.5 9.6 33214 +12.4 10.1
Créances diverses sur la clientèle 5644 7121 +26.2 2.6 8017 +12.6 2.4
Créances en soffrance 48070 43605 -9.3 15.7 35606 -18.3 10.9
Total des crédits des banques 247290 278132 +12.5 100.0 327357 +17.7 100.0

Source : Rapport BANK AL MAGHEB exercice2006.

Les crédit de trésorerie dont la part avoisine prés de 30% du total des concours . se sont accrus de 24.9% contre 16.4 % en 2005 pour leur part, les prêts à l’équipement qui ont représenté une hausse de 21.8% contre 15% en 2005 pour atteindre 79.4 milliards de dirhams. Parallèlement les crédits immobiliers qui ont enregistré la plus  forte hausse avec un rythme de 28.8% contre 24.7 % en 2005 se sont élevées à 73.7 milliards.

« L’évolution des crédits immobiliers en 2006 indique que les crédits à l’habitat d’un montant de 66.5 milliards ont représenté plus de 90% du total en hausse de 26% , le reliquat ayant bénéficié à la promotion immobilière.

crédits immobiliers La répartition régionale des crédits immobiliers montre une concentration au niveau des régions de Casablanca et de Rabat salé Zemmour Zaer.

S’agissant des taux d’intérêt ils ont varié entre 6% et 8% pour 56% des crédits d’habitat contre 46% en 2005, ceux supérieurs à 8% ayant été appliqués à 29% de ces crédits contre 48% un an auparavant .

Quand aux crédits à la promotion immobilière 50% ont été assortis de taux variant entre 6% et 8% au lieu de 30% en 2005, alors que 30% seulement ont vu leur taux dépasser 8% contre 65 % l’année précédente »[5].

S’agissant des crédits à la consommation, ils ont inscrit une hausse de 6.5 milliards ou 24.4% pour atteindre 33.2 milliards de dirhams .

Les créances en souffrance ont de nouveau enregistré un recul de 8milliard ou 18.3% pour s’établir à 35.6 milliards . A ce niveau elles représentent 10.9 % du portefeuille de crédits des banques au lieu de 15.7% un an auparavant .

2- Classification des crédit par terme
Cette distinction permet de différencier :
-Les crédits à court terme destinés à suppléer aux besoins des entreprises ou aux besoins de consommation des particuliers et dont la durée d’un an à  2 ans .
-Les crédits à moyen terme ayant pour objet de compléter le financement de projet d’investissement et la durée varie de 2 ans à 7ans .
-Les crédits à long terme dont l’objet est analogue à celui des crédits à moyen terme mais dont la durée est de plus de 7ans .

Répartition des crédits bancaires par terme

En million de dirhams 2004 2005* 2006
Montants Montants Variations en% En % du total Montants Variation s en % En% du total
Crédit à court terme 103252 114993 +11.4 41.3 138.55 +20.1 42.2
Crédit à moyen et long terme 95968 119543 +24.6 43.0 153.696 +28.6 47.0
Crédit à moyen terme 43354 56688 +37.7 21.5 69.115 +15.8 21.1
Crédit à long terme 52614 59846 +13.7 21.5 84581 +14.3 25.8
Créances en souffrance 48070 43605 -9.3 15.7 35.606 -18.3 10.9
Total des crédits des banques 247290 278132 +12.5 100.0 327357 +17.7 100.0

Source : Rapport BANK AL MAGHEB exercice2006.

En 2006, les crédits à court terme, d’un montant de 138.1 milliards ont inscrit une hausse de 23.1 milliards ou 20.1 % contre 11.4 % réalisé en 2005.

L’encours des crédits à moyen et long terme, chiffré à 153.7 milliards , s’est renforcé de 34.2 milliards ou 28.6% après celle de 24.6% réalisée en 2005, en liaison principalement avec la progression des crédits à long terme de 41.3%.

3- Classification des crédits par secteurs d’activité
Cette classification permet aux banques et aux organisme financiers spécialisés de connaître leur pénétration dans les différentes branches l’évolution des financements de celles ci et d’orienter en conséquence leur politique respective.

Répartition des crédits bancaires par  secteur d’activités

En million de dirhams 2004*

2005*

2006

Montants Montants Variations en% En % du total Montants Variation s en % En% du total
Secteur primaire 20259 17971 -11.3 6.5 18636 +3.7 5.7
Agriculture 17799 15805 -11.2 5.7 15698 -0.7 4.8
pêche 2460 2166 -12.0 0.8 2938 35.6 0.9
Secteur secondaire 66341 81032 20.6 28.8 90850 +13.5 27.8
Industries extractives 2473 2346 -5.1 0.8 2812 +19.9 0.9
Energie 5249 6692 +27.5 2.4 10663 +59.3 3.3
Industrie manufacturières 41212 49725 +20.7 17.9 53511 +7.6 16.3
Bâtiment et travaux publics 17407 21269 +22.2 7.6 23864 +12.2 7.3
Secteur tertiaire 160690 180129 +12.6 64.8 217871 +21.0 66.6
Hotellerie 9163 8332 -9.1 3.0 7281 -12.6 2.2
Transport et communication 8088 12966 +60.3 4.7 17528 +35.2 5.4
Commerce 190051 21677 +13.8 7.8 21997 +1.5 6.7
Activité financier 26406 28158 6.6 10.1 38369 +36.3 11.7
Ménages 65996 75351 +14.2 27.1 88841 +17.9 27.1
Autres services 31986 33645 +5.2 12.1 43857 +30.4 13.4
Total des crédits des banques 247290 278132 +12.5 100.0 327357 17.7 100

Source : Rapport BANK AL MAGHEB exercice2006.

En 2006, la répartition des concours bancaires selon l’activité fait ressortir la prédominance du secteur tertiaire ,lequel a bénéficie des deux tiers des crédits distribués , les parts des secteurs secondaires et primaire ayant représente respectivement 27.8% et 5.7 %.

En effet, les prêts en faveur du secteur tertiaire sont passés de 180.1 milliards à 217.9 milliards de dirhams, en hausse de 37.7 milliards ou 21% faisant suite à celle de 12.1 % enregistrée en 2005, cette augmentation s’explique par le développement des crédits attribués aux activités financières, de transport, de communication et aux ménages . Quand aux crédits alloués aux activités commerciales, ils ont enregistré une hausse de 1.5% seulement au lieu de 13.8 % en 2005 tandis que ceux consentis à l’hôtellerie ont de nouveau fléchi de 12.5 %.

S’agissant des crédits aux secteurs secondaire, ils ont atteint 90.9 milliards marquant un accroissement de 10.8 milliards ou 13.5%, rythme moins rapide que celui de 20.6% réalisé un an auparavant. Ce ralentissement reflète la baisse du rythme de progression des prêts accordés aussi bien aux industries manufacturières qu’a l’activité du bâtiment et travaux publics ,après les fortes augmentations observées en 2005.

L’encours des crédits bénéficiant au secteur primaire, après avoir diminue de 11.3% en 2005 c’est élevé à 18.6 milliards en hausse de 3.7 % .Cette évolution s’expliquent surtout par l’accroissement de 35.6 % des prêts aux activités de la pêche, alors que les crédits octroyés à agriculture, qui constituent  l’essentiel des crédits au secteur primaire avec près de 85% sont demeurés quasiment inchangés après la baisse de 11.2% enregistrée en 2005.

Lire le mémoire complet ==> (Banque – entreprise : pour quels types de relations ?)
Mémoire de fin d’études – Relations Banque-Entreprise
– Structure et organisation du système bancaire Marocain

______________________________
[1] – le crédit dans l’économie moderne : Amebec commio
[2] – I dem
[3] – De la richesse I p : 111.
[4] -Le crédit dans l’économie moderne : Anedi cambins
[5] – Enquête menée par BANK AL Maghreb auprès du système bancaire sur l’évolution des crédits immobiliers en 2006.
* -Chiffre révisé
* -Chiffres révisés