L’impact de la crise financière sur l’économie marocaine

By 17 September 2011

L’impact de la crise financière international sur l’économie marocaine – Deuxième partie :

Il ne l’a pas clairement dit, mais le Centre marocain de conjoncture tire déjà, quoique de manière feutrée, la sonnette d’alarme: le Maroc ne sera pas à l’abri de la crise financière qui secoue la planète: «Les mécanismes de transmission des effets de la crise emprunteront les circuits réels portant sur les échanges commerciaux et les apports en investissements directs plutôt que les flux à caractère purement financier», lit-on dans une note dudit centre relative à ce sujet. Une situation très en rapport avec le degré d’intégration du Maroc au système financier mondial.

Le Centre marocain de conjoncture CMC considère, et ce n’est un secret pour personne: « N’ayant pas encore atteint le seuil critique d’intégration aux marchés financiers internationaux malgré ses tendances de plus en plus marquées à l’ouverture, le marché financier national demeure encore dans sa globalité assez réduit avec des flux d’échanges limités avec l’extérieur. Même le développement important du crédit immobilier ces dernières années ne peut être considéré dans la conjoncture présente comme une source d’inquiétude du fait qu’il se conforme au potentiel économique et que son expansion se conforme aux règles prudentielles les plus strictes».

Par conséquent, la crise financière ne manquera pas de se manifester à d’autres niveaux. Il s’agit, en premier lieu, du comportement de la demande extérieure adressée à la production nationale en liaison avec les développements de la conjoncture internationale. Les flux d’investissement étrangers directs auront aussi un impact sur le processus d’accumulation au plan interne et sur le développement des capacités de production. L’économie marocaine sera aussi impactée en matière des transferts d’argent effectués par les Marocains résidant à l’étranger.
Concrètement encore, l’ampleur de la crise se traduira au Maroc par une baisse à moyen terme autour de 1,5 à 2 points de la croissance économique. Cette perte s’accompagnerait, d’après le CMC, davantage de déséquilibre financier interne et externe.

De surcroît, l’affaiblissement de la demande extérieure dans un contexte inflationniste contribuera à l’aggravation du déficit commercial qui a déjà franchi au terme des sept premiers mois de l’année le seuil de 80 milliards de DH. Le repli attendu de la croissance devra aussi se traduire par une pression plus forte sur les ressources de l’Etat qu’impliqueront les programmes de soutien au pouvoir d’achat et à l’activité au moment même où les recettes marquent un certain essoufflement.

l'économie marocaine Le Centre marocain de conjoncture relève, également, que l’exécution du budget général de l’Etat devra dans ces conditions faire apparaître des déficits sensiblement plus importants que les périodes antérieures. Enfin, au chapitre de l’inflation, le repli de l’activité dans un contexte marqué par un renchérissement sans précédent des matières premières, des produits alimentaires et de l’énergie, les prix continueront d’observer un rythme de progression soutenu. Le taux d’inflation devrait franchir le seuil de 4,5 % pour la première fois depuis plusieurs années.

L’affaiblissement de la demande adressée à la production nationale devra se traduire par un repli des exportations, de la production et de l’emploi dans les secteurs les plus exposés dans les branches industrielles, en particulier l’agro-alimentaire, le textile et les IMME. Le secteur touristique risque aussi de vivre une conjoncture d’instabilité et avec lui les activités relatives au transport, à l’hébergement, à la restauration et aux activités de l’artisanat et aux autres services.
L’impact de la conjoncture mondiale affectera également les activités produisant des biens finis de consommation ainsi que les activités liées à la construction de logements.

Lire le mémoire complet ==> (La crise financière actuelle et son impact sur le Maroc)
Mémoire de fin d’étude en sciences économiques et gestion
Faculté de Sciences Juridiques, Economiques et Sociales
______________________________________________
– Page web : CMC et l’impact de la crise financière sur le Maroc –  Reporters sans limites presse révolutionnaire صحافيون بلا قيود- صحافة ثورية –