Le patronat marocain : les secteurs-cibles

By 11 July 2011

B- Les secteurs-cibles du patronat marocain :
Au Maroc, le secteur primaire vient au sommet. On entend par secteur primaire le secteur qui regroupe essentiellement les activités liées directement à la transformation du milieu naturel : l’agriculture, la pêche, les activités forestières, et certains auteurs ont inclus les activités extractives (mines).

Ce secteur absorbe 45% de la population active et participe de 15% dans le PNB. Ainsi selon l’enquête de conjoncture trimestrielle dont les résultats publier par le HCP ( haut-commissariat aux plans) , le secteur minier a enregistré une hausse de production des « moineries métalliques » d’environ 15% au 3éme trimestre 2004 et prévoit une hausse de 17% en 4éme trimestre de la même année .

Pour le secteur secondaire, c’est à dire le secteur qui regroupe l’ensemble des activités industrielles, il est à ses débuts, car l’âge moyen des entreprises marocaines ne dépasse guère trois décennies, ce secteur à progrès technique rapide participe pour 25% dans le PNB. Selon l’enquête précédente, la production du secteur industriel a enregistrée au 3éme trimestre 2004, une légère baisse de 1%, cette baisse est observée au niveau des activités du « matériel et appareillage électronique de –50% et prévoit une stagnation en 4éme trimestre. Le secteur du bâtiment et travaux public BTP compte à lui, a affiché une baisse de 33% au 3éme trimestre 2004, cette augmentation est attribuée aussi bien aux activités de travaux publiques qu’à celles du bâtiment.

Le patronat marocainPar secteur tertiaire, on entend tant ce qui n’est pas classé dans les 2 autres secteurs (profession libérale) c’est le secteur à progrès technique tant formé éventuellement des activités de service administration, banque, commerce.

Toutefois, c’est grâce aux secteurs primaire (l’agriculture 83 millions de quintaux, soit 26.8% ) et tertiaire ( tourisme : +22.5% de touristes étrangers et +12% de MRE qui ont visité le pays) et aux transferts des MRE( 31.2 milliards de DH, soit +6% )que l’année 2004 a tiré son épingle du jeu et réalisé un taux de croissance du PIB de 3% au lieu de 3.5% prévus par les autorités financières( ). Nouveau ligne pour le secteur quaternaire, il regroupe les travailleurs dans le secteur des NTIC (nouveaux technologies d’information et de communication).

Certes, selon les résultats du recensement économique réalisé en 2001/2002 par le HCP, publie au 30 décembre 2004, la secteur tertiaire constitue le premier pôle de concentration des établissements économiques au Maroc, avec 54,9% pour le commerce et une participation à l’emploi de 34%, les services regroupement, eux moins d’un quart (23.4%) des unités et emploient près de 27% de l’effectif globale. L’industrie, quant à elle rassemble un cinquième des établissements économiques mais emploie plus d’un tiers des actifs (36.7%), les industriels sont donc les premiers créateurs d’emploi privés, soit environ 822000 personnes.

Quant à la répartition géographique, la région du grand Casablanca domine le tissu économique. Elle se positionne ainsi en tête avec 17.1% des établissements et 29.5% des emplois. Viennent ensuite les régions Massa-Drâa avec 10.5% et 8.3% et Rabat –salé- Zmmour- Zaêr avec 9.3 et 9.8% respectivement. ( )

Toutefois, le développement du tissu économique général du pays reste lié à la taille des entreprises et aux restructurations de l’environnement économique des unités industrielles.

Lire le mémoire complet ==> (L’environnement et la démarche de la mise à niveau de l’entreprise : problèmes et facteurs)Mémoire de fin d’études