Les mécanismes de financement et la promotion de la qualité

By 16 July 2011

§2: Utilisation des mécanismes de financement et promotion de la qualité.
A-Mécanismes de financement : Quels bilans –
En matière de financement, plusieurs instruments ont été déployés, notamment dans le cadre de la contribution de la caisse centrale de garantie (CCG), des fonds spécialisés et des lignes de crédit étrangères (voir Annexe II).

Afin avril 2003, la caisse centrale de garantie CCG a financé 57 projets au titre du FOGAM, 17 pour le FODEP et 21 pour le fonds de garantie français.

– Pour FOGAM, la caisse centrale de garantie CCG a approuvé 57 projets d’un montant global de 118 millions de DH, le textile-habillement est le premier secteur bénéficiaire avec 47% des engagements.

– Le FODEP a été utilisé dans sa quasi-totalité. il a concerné 17 projets pour un investissement global de 110 millions de DH. L’agroalimentaire a bénéficié de 39% des engagements.

Toutefois, et en dépit de l’accroissement du taux d’utilisation des garanties agrées par la caisse centrale de garantie CCG, sur la période 1998 –2001, à 70% en moyenne annuelle les engagements de la CCG envers les PME restent insuffisants:

– Les garanties distribuées par la caisse centrale de garantie CCG ont profité à seulement 6.6% des PME nationales (433 unités) contre 30% des grandes entreprises (97 unités).

– Les conditions d’éligibilité des garanties appliquées par la caisse centrale de garantie CCG aux PME ne tiennent pas compte des caractéristiques de leur activité telles que la saisonnalité, le besoin de développement. ….

En outre, la plupart des lignes de crédits européennes accusent, jusqu’à mai 2003, une sous – utilisation:

*la ligne PME/PMI française est engagée à hauteur de 50%. Son décaissement effectif est de 35% contre seulement 10% débloqués par le FASEP- garantie.
*la ligne PME/PMI espagnole est utilisée à hauteur de 12%.
*La ligne italienne est engagée à hauteur de 25%.
*la ligne portugaise n’a jamais été débloquée.

Toutefois, l’évaluation de ces dispositifs financiers montre une difficulté d’accès des PME aux crédits bancaires malgré les efforts fournis.

Répartition sectorielle et géographique des engagements de la caisse centrale de garantie CCG (à fin d’avril 2003)
Textile –habillement : 47% Casablanca : 447%
IMME : 14% Tanger-Tétouan : 10%
Agroalimentaire : 16% Rabat-Kénitra : 30%
Autres : 23% autres : 13%
Sources : CCG

B– la promotion de la qualité.
En matière de la qualité, le système de normalisation et de la qualité, mis en place en 1972, s’est développé depuis la moitié des années 90, en particulier avec la mise en œuvre du programme d’appui à la promotion de la qualité dans le cadre du protocole MEDA :

• En 2001, le nombre de normes marocaines homologuées a atteint 3167, durant cette année, le CSIQP approuvé 580 projets de normes, soit une augmentation de 18% par rapport à 2000.

• Le nombre d’entreprises certifiées NMISO 9000, à fin mai 2002, ne dépasse guère 34 entreprises sur les 200 accompagnées (sur un total d’environ 7000 unités) pour une démarche qualité (soit 17% ) et sur 50 unités guidées jusqu’à la certification (68%).

§3 : Témoignages :
Dans ce paragraphe, on va essayer de présenter les témoignages de deux managers qui parlent de ce que leur a apporté la mise à niveau.

• ABDELHAMID EL GLAOUI DG de Globe Marine (société de consignation de navires): « Nous sommes une petite société de services de 15 personnes et travaillons avec des armateurs étrangers que nous occupons de leurs bateaux aux ports marocains.

promotion de la qualité Nous nous sommes lancés dans une opération de mise à niveau qualité avec, en bout de parcours, une certification ISO 9001-2000 obtenu en 7 mois. nous avons procédé, avec le soutien d’EME, au découpage de notre activité en processus. Nous avons introduit des procédures à l’intérieur de chaque processus. Par exemple, chaque demande émanant d’un client devait avoir une réponse au bout de deux heures. Ce qui nous a permis de cerner la tâche de chaque employé et de le responsabiliser. Une telle méthode nous a permis aussi d’avoir une meilleure gestion financière.

De même, au lieu de tenir des réunions d’urgence , on a opté pour des réunions mensuelles aux quelles tout le personnel assiste pour exposer les problèmes qu’il rencontre. Le chiffre d’affaires de la société n’a pas certes explosé mais l’entreprise se porte mieux, et ça ne nous a pas coûté plus de 80 000 DH ».

• ANDRE LIONEL DG de Caroline (textile – habillement) :

« Ce qui nous a fait prendre conscience de la nécessité d’une mise à niveau , c’est le recul de notre niveau de productivité et les marges bénéficiaires faibles réalisées. Nous avons donc sollicité l’accompagnement de EME pour une MAN des méthodes de production, de même que nous avons affiné la formation de notre encadrement à l’ESITH. le résultat s’est vite fait sentir et s’est traduit par une prise de conscience chez le personnel de la nécessité d’améliorer la qualité du produit et la rapidité d’exécution ».

Lire le mémoire complet ==> (L’environnement et la démarche de la mise à niveau de l’entreprise : problèmes et facteurs)Mémoire de fin d’études