L’évolution des normes ISO 9000

By 14 June 2011

I- L’évolution des normes ISO 9000
L’entreprise, moteur dynamique de l’activité économique de la nation a connu des mouvements de plus en plus adaptables au turbulence de son environnement au quelle réagit.

Le succès de cette entreprise est conçue pour une amélioration continue des performances tout en répondant aux besoins de toutes les parties intéressées, en s’adaptant à l’évolution des normes ISO.

1- Au niveau international
Les normes de management et d’assurance qualité se sont développées après les années 50, dans les principaux grands pays industriels et dans différents secteurs d’activités, principalement dans le domaine militaire, nucléaire, aéronautique, spatial, et dans une moindre mesure médicale.

En effet, les années 70 furent témoins de l’apparition de déférentes normes nationales d’assurance de la qualité dans plusieurs pays, où chacune avait sa propre norme, ce qui entraînait certaines complications lors des transactions d’affaire entre les pays. [1]

La globalisation des marchés fit naître le besoin de recourir à une norme internationale commune à tous les pays.  C’est donc l’organisation internationale de normalisation (ISO) dont le siège social à Genève, qui se chargea de concevoir cette norme. A cette fin, la série ISO 9000 a été créée au cours des années 80[2], sa première édition a vue sa naissance en 1994, en vue de fournir une base normative pour le management et l’assurance qualité, commune à tous les types d’activités. [3]

La version 2000 va encore ajouter d’autres exigences, alors tranquillement en hausse la barre des exigences, qui ne sont pas nécessairement liées au domaine technique ou au faite qu’on est maintenant sur l’Internet mais au fait qu’on a pas pu – dés le départ – s’entendre entre tous les pays votant sur quelle hauteur mettre la barre.  Maintenant, on va peut être imposer à tout le monde, par exemple, de faire l’analyse des coûts, de faire de l’amélioration continue et d’arriver à des objectifs clairs.

On voit la différence avec l’ISO 14000 qui demande d’avoir, une politique environnementale, des objectifs et des cibles chiffrés. Aussi, il y a de fortes chances qu’on va demander, la même chose dans la prochaine version 9000. Alors, ça évolue dans le sens qui va devenir de plus en plus exigeant.

La série ISO 9000 est un ensemble de normes et de lignes directrices internationales relatives au management de la qualité. Depuis leur première Publication en 1987, ces normes ont acquis une réputation mondiale, environ 300.000 organismes sont certifiés dans le monde, et de nombreux autres mettent actuellement en œuvre des systèmes de management qualité.

2- Au Niveau National
ISO au Maroc, et comme dans tous les pays en voie de développement n’a vu le jour que dans les dernières décennies. Les entreprises marocaines n’ont commencé à s’équilibrer qu’après la période de protectorat, soit à l’aube des décennies 60, mais à cet instant l’objectif de ces entreprises était de satisfaire la demande des clients.

C’est après les années 80 et au début des années 90, que les entreprises ont commencé à s’empirer “même en partie” sur le marché national, vue les   exigences imposées par les consommateurs marocains ainsi par la mondialisation “phénomène du siècle”, les contrats établis par l’administration publique marocaine avec les pays étrangers qui ont bien imposé leurs produits bien sophistiqués sur le marché national.

Même si les entreprises sont obligées de s’adapter à ces changements et à augmenter leur qualité, et bien sûr l’assurer par la norme ISO, notre pays connaît encore un long silence concernant la certification qui est traduit par 20% sur le marché global de la certification nationale et 30% de défaillance du chiffre d’affaire des entreprises industrielles par la non qualité.

Il faut dire que la norme ISO 9000, référentiel adopté pour faciliter les relations entre les fournisseurs et les clients professionnels, couvre le management de la qualité. Cette norme a des déclinaisons locales dans chaque pays.

Depuis 1995, le Maroc membre de l’organisation mondiale de la qualité, seulement quelques entreprises ont été certifiées ISO 9001, 9002 malgré la mise en place de la norme marocaine (NM-ISO 9000). Selon l’enquête de conjoncture de MCIA, le secteur chimique et parachimique viennent majorer avec plus de 26% du total des normes. Dans cette conjoncture morose, il existe heureusement du dynamisme. Les pionniers sont surtout des entreprises leaders dans leurs secteurs, alors que les PME qui constituent la majorité des entreprises marocaines, ne suivent pas.[4]

Sur les 402 entreprises certifiées à ce jour au Maroc [5], 40% relèvent du secteur tertiaire. La plus part des entreprises se limitent à un premier niveau de certification, l’organisation interne, le management de la qualité.

Quelques gros industriels dans le ciment et le rond à béton l’on fait. Sept conserveries de poisson ont obtenu un label Maroc pour leurs produits, mais le gros de la troupe, reste dans la qualité en général. Il faut dire que sur le marché international, la qualité n’est pas un critère de choix puisque, les entreprises engagées ² fournisseurs pour la plus part ² sont tenues des cahiers de charges stricts.

certificationsConstatons que malgré la mise en place d’une norme marocaine, la certification reste un domaine assez ouvert, en fait les dix-huit cabinets qui certifient les entreprises n’ont pas besoin d’agrément pour exercer. Par conséquent, en l’absence de règles, c’est à l’entreprise de choisir. [6]

Pour éviter le risque de bradage des certifications, le ministère est entrain de mettre en place un projet de loi pour restructurer le secteur. A l’arrivée, un agrément sera imposé aux différents cabinets de certification comme c’est le cas partout ailleurs. En plus de l’accréditation, les entités seront en outre tenues de se certifier avant d’exercer, vaste chantier suspendu actuellement au parlement.

Malgré le rôle joué par le gouvernement afin de sensibiliser les entreprises de l’importance de la certification en tant que moteur du dynamisme de la firme, notre pays reste mal classé au niveau du nombre de certificats délivrés par rapport aux pays développés, plutôt les pays africains, puisque on marque la souveraineté de l’Afrique du sud en comptant plus de 2486 entreprises certifiées à la fin de 2004, suivi par l’Egypte de plus de 810 entreprises certifiées.

Pour plus de détail, le diagramme ci-dessous compare l’évolution de la certification dans notre pays par rapport aux autres pays étrangers.

certification iso 9000
Source : Rapport annuel de l’ISO 2001

D’après cette représentation on peut dire qu’il y a une vaste différence entre le Maroc et le reste du monde. En effet, on constate que le Maroc est en dernière position par rapport aux autres pays comparés, ceci en raison du retard des entreprises marocaines à l’adoption de la qualité dans leurs systèmes de management.

Lire le mémoire complet ==> (ISO 9000 Réalités et Perspectives des Entreprises Marocaines)
Mémoire de licence en Sciences économiques
Faculté Des Sciences Juridiques – Economiques et Sociales
_________________________________________________
[1]www.iso.org
[2]www.afnor.fr
[3] La qualité méthodes et outils : Management de la qualité
[4] Aujourd’hui le Maroc le 21/11./2005
[5] Répertoire des entreprises certifiées au Maroc 2005
[6] Espace qualité : n° 26/05