Les étapes de l’Audit Qualité

By 14 June 2011

… L’audit est inséparable de la certification, vouloir l’une implique donc d’accepter l’autre. Autant faire en même temps œuvre utile. L’audit permet alors de maintenir dans l’entreprise un esprit d’ordre et de méthode, ce qui n’est pas négligeable. Il peut également aider à résoudre des dysfonctionnements car la critique est parfois plus simple de l’extérieur.

Essayons donc de profiter au mieux de ces audits, en utilisant, tous les apports utiles tout en canalisant les remarques …

II-Les Étapes De L’audit Qualité
L’audit comprend les étapes suivantes :
L’audit comprend les étapes

1- Préparation de l’audit :
Il est nécessaire d’avoir une approche planifiée de l’audit pour couvrir toutes les parties du système qualité et tout les processus, La planification doit prendre en considération la nature critique d’un processus, et il est possible d’augmenter la fréquence de l’audit dans certains domaines.

La planification est généralement réalisée par le représentant de la direction dont les responsabilités comprennent souvent la gestion du processus d’audit.

La phase de préparation comporte les actions suivantes :[1]

  • Prise de contact avec l’entité à auditer : définition des dates, des disponibilités et du lieu;
  • Demande éventuelle de documents;
  • Préparation du questionnaire d’audit : celui-ci peut être communiqué à l’entité auditée;
  • Rédaction du plan d’audit : définition du référentiel, de la durée, du périmètre, du temps imparti par chapitre, demande des disponibilités des personnes concernées, identification des documents de référence, identification des membres de l’équipe d’audit.

Le plan d’audit est un document qui doit être validé par l’entité auditée. Il doit être conçu pour offrir toute souplesse d’adaptation.

Pour le choix des auditeurs, il faut tenir compte des critères suivants :

  • Confidentialité;
  • Objectivité;
  • Aptitude à la communication et à l’écoute;
  • Adaptation aux circonstances;
  • Capacité d’analyse, justice de jugement;
  • Formation dans les domaines de la qualité, les techniques d’audit, les techniques d’entretien et de communication, les codes, les règlements, les normes et avoir une connaissance technique suffisante du domaine audité.

2- Réalisation de l’audit: [2]
La mission de l’audit consiste à vérifier si les procédures sélectionnées pour l’audit sont suivies en pratique.
Les auditeurs utilisent les méthodes suivantes pour cela :

  • Observer, les auditeurs doivent observer le personnel afin de voir si son travail correspond à la procédure;
  • Poser des questions, les auditeurs peuvent s’adresser au personnel afin de vérifier s’il sait ce qu’il doit faire;
  • Vérifier les enregistrements, les auditeurs examinent les enregistrements qui constituent les preuves de réalisation des opérations.

3- Le rapport :
Une fois l’audit est passé, il y a en effet deux phases :

L’auditeur attend les réponses avant d’envoyer son rapport à son siège. Pendant cette période, il peut relever des remarques si la réponse lui parait convaincante, si non, il la joindra au rapport, cette phase durera généralement 15 jours.

Ensuite, le comité de certification de l’organisme certificateur est saisi, c’est lui qui va décider de la suite à donner, qui peut être de trois natures :

  • Soit il accepte la certification ou le maintien de la certification ;
  • Soit il demande un audit de vérification sur certains points ;
  • Soit il refuse ;

Le taux de refus est très faible (moins de 0,3% du plan mondial selon les statistiques publiées par l’ISO).[3]

Les audits de rappel sont également rares, le cas général est l’acceptation avec les non-conformités et remarques auxquelles elle aura une réponse, mais dont la résolution sera vérifiée lors du prochain audit.

Les étapes de l’Audit QualitéIl est évident qu’il vaut mieux essayer de faire relever les remarques par l’auditeur, pour cela, la réponse doit être rapide et circonstanciée, mais surtout, ne pas renforcer le formalisme inutilement (beaucoup d’entreprises le font suite à l’audit). Il peut être utile de faire appel à un consultant en cas de doute ou d’appeler l’auditeur lui-même.

Répondant ensuite de façon détaillée, joindre les méthodes et procédures modifiées, des premiers enregistrements de façon à être convaincants. Si l’auditeur doute encore, cela aidera le comité de certification à prendre la bonne décision.

4- Le suivi de l’audit :
L’audit est inséparable de la certification, vouloir l’une implique donc d’accepter l’autre. Autant faire en même temps œuvre utile. L’audit permet alors de maintenir dans l’entreprise un esprit d’ordre et de méthode, ce qui n’est pas négligeable. Il peut également aider à résoudre des dysfonctionnements car la critique est parfois plus simple de l’extérieur.

Essayons donc de profiter au mieux de ces audits, en utilisant, tous les apports utiles tout en canalisant les remarques ou suggestions trop formalistes.

« Ce n’est pas assez d’avoir l’esprit bon, mais le principal est d’appliquer bien » disait Descartes dans le discours de la méthode. Ce n’est pas donc tant l’audit qui compte que son utilisation par l’entreprise.

Conclusion de la partie I :
Ces différentes démarches entrent dans le cadre du programme ambitieux visant le développement de la culture qualité et l’amélioration de la compétitivité de nos entreprises pour faire face aux défis de la concurrence et de l’ouverture de notre économie sur le marché international.

A cet effet le SNIMA[4], étant l’organisme certificateur le plus connu au Maroc, met à la disposition des entreprises des outils normatifs volontaires pouvant favoriser l’application et l’intégration de ses principes aux entreprises.

Les entreprises sont donc invitées à utiliser davantage ces outils volontaires consensuels afin d’améliorer leurs capacités compétitives et mieux répondre aux nouvelles exigences du marché mondial.

Lire le mémoire complet ==> (ISO 9000 Réalités et Perspectives des Entreprises Marocaines)
Mémoire de licence en Sciences économiques
Faculté Des Sciences Juridiques – Economiques et Sociales
_________________________________________________
[1] Espace qualité, Revue périodique n° 23 /05
[2] Espace qualité n° 25/05
[3] SOURCE : qualité 2003.Espace qualité n° 23, page 5
[4] SNIMA : Service de Normalisation Industriel Marocain