BANK AL-MAGHRIB : Banque d’Etat du Maroc

By 11 June 2011

BANK AL MAGHRIB

la Banque d’Etat du Maroc qui va devenir plus Bank AL Maghrib aussi une question se pose pourquoi la création de ce banquet quelle sont les grandes traits de sa évolution ?…

BANK AL MAGHRIB

Introduction
Il n’est guère douteux que les noyaux institutionnels sont les moteurs de chaque politique. Ainsi tout particulièrement  dans le secteur monétaire, le Maroc s’est doté d’un appareil institutionnel depuis l’époque du protectorat en vue d’assurer l’émissions de la monnaie judiciaire sur tout le territoire marocain  et d’assurer le rôle d’agent financier du gouvernement, en l’occurrence BANK AL-MAGHRIB. Ainsi cette institution est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financier, elle criée en 1959 en substitution à la Banque d’état du Maroc.

Ce pendant une bonne compréhension de cette institution est impossible si l’ont fait abstraction du contexte histoire dans lequel elle a été créé.

Il est a noter que chaque garant a des  limites, BANK AL MAGHRIB  n’a pas échapper à cette constatation de ce fait . Elle a fait l’objet de plusieurs restructurations.

A partir de cette configuration deux parties révèlent d’une importance majeure relatant à la foi le contexte dans lequel fut criée BANK AL MAGHRIB  et l’évolution qui a subi depuis sa création sous le non de la banque d’Etat du Maroc.

I : Le contexte de la création de BANK AL MAGHRIB
Pour bien  se replacer dans ce contexte il convient de tenir compte, les nouvelles données, permisses d’adaptations  du Maroc à la réorientations des échanges internationaux (A) et l’enduction des ruptures économiques et  financières, reformes, progressivité et sélectivité d’intégration au capitaux mondiale.

A- Les nouvelles données, permisses d’adaptation du Maroc à la réorientation dans les échanges internationaux
Les bases durent ainsi, Elle s’amplifiait au fur et a mesure que s’accusaient la pénétration financier européenne  et l’endettement public . celui ci dépasse les 200 million F.F à la veille du protectorat la crise financière de la fin de 19 et du début de 20 accélérait progressivement la raréfaction de la monnaie or (DINAR ou MITHQAL ), la fuite de la monnaie -argent (Dirham) désirée par les européens et l’augmentation très de stock de monnaie cuivre (flous ou ouquya) faisant l’objet de frappe imparfaite et aisément falsifiable.

L’endettement extérieur, les fortes perturbations de la production agricole et la sujétion à l’échange international inégal provoqueront la dépréciation de la monnaie nationale à un taux moyeu d’environ 3 % par an.

Parfois, elle faisait concurrencer dans  le cités et ville portuaires par les monnaies, tels les pesta et le Franc.

Servant de model contractuel avec les autres puissances européennes la convention 1856 avec la grande Bretagne instaurait, la libéralisation du commerce extérieur (droit à l’importation limités à 10 % seulement au sujet anglais sont accordés garanties juridiques et privilèges ).

Il concerneront en fait abusivement et de proche en proche leurs protégés nationaux (courtiers et employés) il s’agit essentiellement d’exonération fiscales (autres que droits de douanes) et de concession judiciaires (limitation de compétence de la juridiction marocaine).

Le première conférence internationale (celle de Madrid 1880 reconnaissaient le droit de propriété  aux européens, Elle affermissait de la protection.

Mes reformes sont entreprises pas le Makhzen, celles de Moulay AL HASSAN (1873 – 1894) concernèrent l’administration, les finances, l’armes , l’envoi de mission d’étudiant à l’étranger, les transports, l’installation de fabriques , mais du 16 au 18 l’économie et la société marocaine, au voisinage immédiat de l’Europe, subissait les impacts du capitalisme mondiale à dominante commerciale, mais les véritables débuts de leur intégration à sa logique ne se firent sentir qu’un siècle plut tard. une fois repoussée sa vocation industrielle et financier. Aussi malgré ou a cause de donnée nouvelles du marche international, les types des secteur productifs restaient sans modification.

Au fur et à mesure que s’achevaient le 16. la sociale se restructurait le système productif est revivifie, l’intermédiation commerciale entre l’Afrique  et l’Europe est établie l’occasion en fut la re captation par Ahmed El Mansour, le Saâdiens du trafic caravanier de l’or a partir de Tourbauctour au Soudan.

La possibilité pour l’Echange international ne se configurant alors seulement pour l’or mais aussi pour le cuivre , les salpêtre , le cuire ….

Au 17 , les expulsions des morisques » d’Espagne et le développement du commerce au large des cotes de l’ouest acculèrent salé à cultivé la pratique de la course.

A l’échelle national, la restructuration de l’économie et de la société s’opérait par la rétablissement de l’ordre et de la sécurité , la réorganisation administrative et l’encouragement des activités productives et de commerce. Ce processus est consacré fin 17 et le de but de 18 par Moulay Ismail .

Le développement des relations diplomatique révélatrices d’ouverture sur l’extérieur et soucieuses   de tisser des liens de coopération un monde nouveau des conventions de paix, et de commerce sont établie avec l’Europe. Notamment le France en 1666 et en 1682 et la Hollande en 1984 dénotant la volonté de régire contractuellement la liberté de  commerce et la sécurité des biens des services et des personnes elles se multiplièrent au 18. (France en 1767 .Espagne en 1767 et 1799. Portugal en 1773, la grande Bretagne en 1722 et 1760. Hollande en 1752 et en 1772 suède en 1763 Autriche en 1784 etc.).

D’une manière générale la fin de 18 manqua la confirmation de l’orientation du commerce extérieur marocain vers les parts de l’atlantique a dynamisme jamais  atteint au paravent.

Essaouira nouvellement fondé, Ejadida reprise aux portugais dans une certaine mesure Casablanca objet de travaux d’urbanisation était le point de départ de distributions des flux intéressés d’échange.

Désormais le commerce maritime s’inclasse notablement le commerce caravanier.

B- induction de ruptures économiques et financière, réformisme progressivité d’intégration au capitalisme mondiale.
Sur fond de résistance aux exactions étrangers et lors d’un processus de transformation structurelles assez perceptibles , une bataille, une guère, un modèle de convention commerciale et deux conférences internationales constituent le Maroc du 19 et jusqu’à l’avènement du protectorat de faits particulièrement significatifs .

La bataille ISLY et la guerre Tetouan 1859-1860 furent révélation de vulnérabilité militaire.

La première la France fut engagée par la solidarité magrébine pour l’Algérie subissant la colonisation directe en 1830.

Le seconde avec l’Espagne, occupant les présides rendit l’évacuation de Tetouan liée au paiement d’une indemnité exorbitant de 100 million de pesetas. Ce début de guerre accula le Maroc a payer en monnaie forte et à contracter les emprunts à l’étrangers notamment en 1862 auprès de l’Angleterre reformes ne pouvaient tout à fait aboutir.

Quant à la seconde, notre regains d’intérêt, est la conférence d’Aljasiras en 1906 , elles confirmait le régime de la porte ouverte (égalités économique de tous les Etats) Elle renfermait des disparitions de reformes administratives , financières ainsi, c’est dans ce contexte que fut crée la Banque d’Etat du Maroc qui va devenir plus Bank AL-Maghrib aussi une question se pose pourquoi la création de ce banquet quelle sont les grandes traits de sa évolution ?

BANK AL-MAGHRIB : Banque d’Etat du Maroc

Sommaire du mémoire :