Le rôle des banques centrales pour la crise des subprimes

By 18 May 2011

Le rôle des banques centrales pour la crise des subprimes [1]: (I-3)

En parallèle, la valeur boursière des titres chute, or ceux qui acceptent encore de prêter ne le font que contre des garanties : le gisement de collatéral disponible pour obtenir du refinancement tend également à s’assécher.

La crise actuelle, partie du marché du crédit avec la crise des subprimes, est particulièrement symptomatique de ce type de situation. Ainsi, la quantité de titres disponibles a même chuté dans la mesure où les émissions nouvelles d’actifs issus de la titrisation ont quasiment stoppé, et où les actifs titrisés présents sur le marché, y compris ceux qui pourraient en temps normal être considérés comme « sains », ont perdu considérablement de la valeur.

Dans ce contexte, que peuvent faire les banques centrales ? Tout d’abord il faut se convaincre qu’elles ne vont pas pouvoir, ni à court ni à moyen terme, agir sur les causes de la crise qui dépasse largement leur périmètre d’action. Par contre les outils dont elles se sont dotées peuvent leur permettre d’assouplir les tensions constatées sur le marché monétaire.

[1] Page wab : crise &inancière comment s’est-elhe aeplifiée) articles

  • Se substituer au marché interbancaire :

Dans l’immédiat, les banques centrales vont donc se substituer au marché interbancaire, bloqué, pour fournir davantage de liquidité en:

Allongeant la maturité des opérations de refinancement, ce qu’à fait la BCE en augmentant le montant de ses opérations à 3 mois, et en créant une nouvelle opération de refinancement à 6 mois.

Augmentant la fréquence et le volume des opérations d’apport de liquidité , la BCE a déclenché 6 opérations d’apport de liquidité à 3 mois et 2 opérations à 6 mois depuis juillet 2008 (les opérations à 3 mois ont normalement lieu tous les mois).

Elargissant l’éventail des créances ou titres admis en collatéral, ce qu’a fait la Fédéral Reserve en acceptant en garantie l’équivalent américain des billets de trésorerie (commercial paper).

Elargissant l’éventail des contreparties éligibles :(banques) au refinancement direct auprès de la banque centrale : la BCE l’a fait en autorisant l’ensemble des banques éligibles aux opérations principales à participer à certaines opérations plus spécifiques (non décrites dans ce document), dites de « réglage fin ». Sur ce plan la Fed est allée beaucoup plus loin en donnant l’accès à ses opérations à des agents non bancaires.

banques centralesRenforçant la coopération internationale entre banques centrales :

­Ainsi la Fed et la BCE ont conclu un accord de « swap » permettant aux établissements de crédit européens de venir se refinancer en dollar, via la « Term Auction Facility » de la Fed, auprès de la BCE contre du collatéral éligible aux opérations de refinancement en Euro. En effet depuis le début de la crise les établissements européens ont du mal à se refinancer en dollar.
­La récente baisse des taux directeurs s’est fait simultanément sur plusieurs places, en concertation entre les banques centrales concernées (Union Européenne, Etats-Unis, Canada, Grande-Bretagne, Suisse, Suède).
Intervention directe auprès des banques

La Fédéral Reserve est allée encore plus loin en intervenant directement auprès de certains établissements comme AIG, ce que la BCE n’a pour le moment jamais fait (et ne fera probablement pas, ni ses statuts ni ses moyens ne le lui permettant).

  • – Rétablir la confiance et pérenniser le marché :

Ces actions à court terme visent à rétablir la confiance au sein du marché interbancaire, mais il ne faut pas oublier que les banques centrales agissent également en tant que régulateurs et autorités de surveillance. A ce titre elles participent à la réflexion concernant les moyens de prévenir la survenance de crises de ce type, et participeront à la mise en œuvre des décisions qui en découleront. Il est encore trop tôt pour connaître les modifications du paysage réglementaire que la crise va induire, mais il est certain que seules une négociation et une mise en œuvre au niveau international leur donneront une réelle efficacité.

Lire le mémoire complet ==> (Les origines de la crise financière et son impact sur l’économie marocaine)
Mémoire pour l’obtention d’une licence en sciences économiques et gestion
Faculté de Sciences Juridiques, Economiques et Sociales