Le transfert de risque de crédit : les différents modèles

By 19 May 2011

II- Présentation des différents modèles de transfert de risque de crédit:
1- L’approche structurelle ou le modèle de la firme :

L’approche structurelle appréhende le risque de crédit comme la probabilité d’insolvabilité, c’est à dire le risque que la valeur des actifs d’un débiteur ne couvre plus le montant de ses dettes.

Sur la base de l’article de Black et Scholes, intitulé «  The pricing of options ans corporates liabilities » 1973, Merton, en 1974, puis d’autres auteurs vont développer cette approche en représentant le défaut comme un processus endogène directement lié à la structure du capital d’une firme, plus préscisément, le profil de gains asymétrique des actionnaires et des créanciers est comparable à celui des options.

On peut donc utiliser le modèle d’option de Black–Scholes pour déterminer la valeur des dettes de l’entreprise. L’information contenue dans le prix des actifs, qui est le sous-jacent du modèle, contient ainsi une information implicite sur le dafaut.

2- Mesure du risque par les spreads

Plutôt que de chercher à calculer une probabiltié de défaut, une autre approche consiste à l’extraire directement des spreads. C’est la nécessité de tarifer les produits dérivés de crédit et la difficulté des modèles de Merton à y parvenir qui ont été le moteur dans le développement de cette approche.

Le transfert de risque de créditCe modèle flexible distingue le taux sans risque qui correspond à l’espérance du rendement des actifs et déduit la probabilité de défaut (dite risque neutre) du spreads, qui contient deux éléments distincts :
-Taux sans risque
-Taux de défaut.

3-  Approche macro-économique des probabilités de défaut

La théorie macroéconomique du risque de crédit considère, quant à elle, le défaut comme une fonction de la position d’un secteur dans le cycle économique. Cette approche consiste à évaluer comment différents scénarios macro-économiques peuvent affecter le risque d’un portefeuille.

Plutôt que de considérer celui-ci comme une agrégation bottom up du risque propre à chaque entreprise, l’approche top down évalue des déterminants communs et applicables à différentes populations de débiteurs. Dans cette optique, cette théorie à pour ambition de transformer les matrices inconditionnelles de transition en matrices conditionnelles à la position de l’économie dans le cycle

En période de marasme, les probabilités de défaut et de migration vers le défaut augmentent, alors qu’en situation de forte croissance, c’est l’inverse. Un modèle multifactoriel est utilisé pour simuler les probabilités jointes de distribution de défaut et de migration pour les débiteurs dans différentes industries et pour chaque pays, Elles sont déterminées conditionnellement en fonction des facteurs macro-économiques comme le taux de croissance, le taux de chômage le niveau des taux d’intérêt longs les taux de change, les dépenses publiques.

4- La démarche actuarielle

La théorie assurancielle participe également à la création d’outils pour le management du risque de crédit. Cette conception intellectuelle rompt avec les modèles conditionnels. Le risque de défaut n’est pas relié à la structure capitalistique de l’emprunteur ou à la situation économique du secteur auquel il appartient. cette approche est ainsi similaire à celle du management du risque de marché, où aucune hypothèse n’est faite sur la cause des mouvements de prix du marché. Le défaut est pensé comme un événement aléatoire et, de la même façon qu’un sinistre en assurance dommage, chaque défaut à une faible probabilité de se réaliser.

La construction de tables de défaut (dites «  de mortalité ») nécessite préalablement d’établir des profils de risque et de rassembler les séries historiques de défauts passées correspondantes les tables les plus connues sont celles fournis par les agences de notation. Elles mettent à disposition les taux de mortalité marginale (pour un horizon d’un an) et cumulée (horizon de plusieurs années) par classe, mais également les probabilités historiques de changements de rating sur l’horizon d’un notamment.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion du risque de crédit au Crédit Agricole)
Option : Economie et Gestion
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales