Impacts du PAGER et mesures d’amélioration

By 11 May 2011

Impacts du PAGER et mesures d’amélioration – Paragraphe 2

1- Impacts du PAGER sur la population rurale
Les impacts du PAGER, ont été très nettement ressentis par les populations bénéficiaires dans plusieurs domaines.

On citera en particulier:
Les impacts positifs sur la santé des populations, principalement celle des enfants, grâce à la réduction voire l’élimination de certaines maladies hydriques (Choléra) ;
L’amélioration très nette de l’hygiène du milieu en général et de l’hygiène corporelle en particulier ;
La réduction de l’impact des périodes de sécheresse, sur l’approvisionnement en eau potable des populations rurales ;
L’amélioration de la scolarité des enfants, en raison de la réduction de la corvée de l’eau, principalement pour les jeunes filles ;
Le gain de temps pour les femmes leur permettant d’exercer d’autres activités génératrices de revenus ;
L’instauration d’une dynamique de participation au développement local, le renforcement de la solidarité et de la cohésion sociale ;

Le développement d’un tissu de petites entreprises locales dans les différentes branches d’activité (puits, génie civil, équipements et moyens de pompage).

Par rapport à ces résultats positifs, certes très importants, il reste vrai que des améliorations et des ajustements devraient être opérés au niveau stratégique et opérationnel

2- Mesures d’amélioration
•  Au niveau de la gestion, il s’agit de :
Renforcer le cadre juridique des associations d’eau potable, en s’inspirant de celui des associations d’usagers d’eau agricole; ce qui leur permet de gérer les fonds en toute légalité et bénéficier éventuellement de subventions ;

Appuyer les associations et les comités de gestion, en vue de leur professionnalisme et de leur maîtrise de gestion technique, administrative et comptable;

Assurer des programmes d’appui technique et de formation au profit des opérateurs locaux de gestion (associations, communes rurales, ..) et de leur personnel en vue d’une prise en charge efficace des installations: documentation, formation comptable, sensibilisation sanitaire, suivi évaluation des réalisations, etc. ;

Développer de nouveaux modes de gestion, en particulier les possibilités de partenariat public privé, en s’inspirant de l’expérience de M’Haya.

• Pour l’amélioration de la qualité de l’eau et du cadre de vie:
Le renforcement de la protection des points de captage d’eau, la préservation et le suivi de la qualité de l’eau. La généralisation de l’équipement des installations en pompes doseuses est vivement recommandée ;

La mise en place et la promotion des programmes d’assainissement autonomes ou collectifs adéquats, chaque fois qu’un système d’approvisionnement en eau potable par branchements individuels est adopté.

• Au niveau interne de l’ONEP:
Mettre en place de nouvelles structures au niveau régional ou provincial, pour la prise en charge des actions de suivi, formation et encadrement des associations d’usagers ;

Doter ces nouvelles structures de moyens humains et matériels nécessaires pour faire face au nouveau plan de charge ;

Renforcer les moyens existants, nécessaires pour la mise en œuvre de l’approche participative et la sensibilisation de la population rurale aux bienfaits des projets d’alimentation en eau potable.

• Intégrer l’approche genre dans le secteur de l’eau :
L’approche genre est   pertinente dans le secteur de l’eau et assainissement, dans la mesure où ce sont particulièrement les femmes et les jeunes filles  qui interviennent dans  les tâches liées au transport, au stockage et à l’usage de l’eau. Ce sont elles également qui assument la plupart des tâches liées à l’entretien des ouvrages d’assainissement et l’éducation à l’hygiène.

Actuellement, même si le rôle des femmes dans la gestion de l’eau et de l’assainissement tend  à être reconnu de plus en plus au niveau politique, il s’avère que celles-ci restent encore insuffisamment impliquées dans les actions concrètes sur le terrain : alors qu’elles sont les principales usagères de cette ressource, les femmes sont rarement consultées lors de l’identification, de la mise en œuvre des projets, et encore rarement associées aux processus d’organisation de la gestion technique et financière des ouvrages. Ceci alors on peut conclure,  que le renforcement de leur participation représente une condition de réussite et de pérennisation des infrastructures.

L’évolution des mentalités et pratiques, est nécessaire pour sensibiliser et former les acteurs, à tous les niveaux, afin que ceux-ci prennent pleinement conscience des enjeux en présence, et qu’ils œuvrent sur des outils adéquats pour appliquer ces principes d’équité visant à une plus grande participation des femmes, et à une plus grande efficacité des projets d’eau et d’assainissement.

Gestion sociale de l’eau au MarocIl s’avérait  donc primordial de rappeler l’importance  qui a été donnée par la conférence de Johannesburg sur l’implication des femmes comme une question transversale. Ainsi, il est particulièrement important de mettre en lumière l’implication des femmes, au même titre que les hommes, dans la gestion de l’eau auprès des acteurs du secteur ; et de faire des propositions pour que cette situation évolue positivement.

conclusion de la deuxième partie
Afin de consolider les acquis et capitaliser les expériences vécues, et ce en vue d’améliorer les conditions de desserte des populations rurales, une étude de diagnostic de la situation de l’alimentation en eau potable en milieu rural marocain a été réalisée avec l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Cette étude a permis d’évaluer à l’échelle nationale : Le taux d’accès à l’eau potable qui est de 85%[1] et le taux de branchement à domicile de 22%[2] ; Le mode de gestion des systèmes d’approvisionnement en eau potable réalisés et la performance des différents opérateurs, en effet la gestion communautaire s’est révélée la prédominante avec 47%[3] des localités équipées et 45%[4] environ de la population desservie ; L’état de fonctionnement des installations réalisées, ainsi que leur répartition par gestionnaire, mode de pompage, type de point d’eau et mode de desserte ; La demande de la population rurale ;  Le patrimoine des ouvrages réalisés et les résultats de diagnostic de l’état de ces ouvrages.

Les résultats de cette étude ont permis d’ajuster les actions nécessaires pour la mise à niveau et la garantie de la pérennité des systèmes d’alimentation en eau potable réalisés.

Conscient de l’importance d’une gestion efficace sur la viabilisation des investissements, l’ONEP a mené des réflexions en collaboration avec ses partenaires en vue de mettre en œuvre de nouvelles formes de gestion appropriées. Ainsi il a initié de nouveaux modes et formules de gestion en encourageant l’externalisation, en renforçant l’encadrement des opérateurs locaux (collectivités locales, associations d’usagers, opérateurs privés locaux, micro entreprises, gardiens gérants) et en introduisant un mécanisme de financement de type OBA (output based aid = aide basée sur les résultats) qui est une sorte de rémunération fixée (par l’ONEP ou la Commune) par branchement installé, versée à l’opérateur privé.

C’est ainsi que le Maroc a pu gagner le défi sur la voix de la généralisation de l’accès à l’eau potable, mais un effort supplémentaire reste à être déployé pour renforcer le travail de pérennisation des systèmes d’alimentation en eau potable réalisés. De même, l’amélioration des conditions de vie des populations rurales nécessite davantage d’efforts dans d’autres domaines liés à l’eau, notamment l’assainissement, le renforcement de la mobilisation des ressources locales en eau et la protection contre les inondations.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion sociale de l’eau au Maroc)
Mémoire de la Licence en Sciences Economiques
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales
_____________________________________
[1] Source : dernières statistiques (concernant le taux d’accès national à l’eau) faites par L’ONEP en  2007
[2] Selon l’étude de diagnostic effectuée dans le cadre de la convention entre l’ONEP et la FAO en 2005
[3] Idem
[4] Idem