Gestion de l’eau avant le protectorat

By 5 May 2011

Gestion sociale de l’eau au Maroc : Etat des lieuxPartie 1 :
Le Maroc a connu une dynastie royale ancienne, la plus ancienne au monde, la grande stabilité d’un Etat qui  s’est construit autour de la société ancienne, une société non pas féodale mais tribale, réunie par un royaume ; une société coloniale qui a imposé un certain nombre de modèles, notamment de modèles hydrauliques ; et puis cette société postcoloniale, très influencée par ces fameux modèles d’intervention hydraulique au profit des populations, pour la lutte contre la pauvreté et autour d’une gestion participative.

Il s’agit donc d’étudier les réseaux anciens à partir des pratiques paysannes, de comprendre les bases des réussites et des échecs du développement de ces pratiques et se préparer aux formes possibles de gestion sociale de l’eau dans le monde rural et à la dynamique des acteurs et organisation qui interviennent dans la gestion de l’eau .

De ce fait, il est important de s’arrêter sur l’évolution de la gestion de l’eau afin d’éclairer les différentes étapes qu’a connu ce secteur avant, pendant et après le protectorat (chapitre 1), d’autre part, un outil de gestion de l’eau a été mis en place par le gouvernement, en l’occurrence « le programme d’approvisionnement groupé en eau potable des populations rurales » afin d’apporter en matière d’alimentation en eau potable des solutions adéquates et adaptées aux capacités techniques, sociales  et  économiques despopulations rurales
(Chapitre 2).

Chapitre 1 : Gestion sociale de l’eau entre hier et aujourd’hui
Depuis des siècles, l’Homme a inventé l’irrigation pour sécuriser sa nourriture ainsi que l’alimentation du bétail, et pour ne plus dépendre de la nature. La création de relations sociales et l’intégration de l’Homme en société ont été à l’origine de l’adoption de règles de partage de la ressource entre les éléments de la société[1]. La première ère de la gestion de l’eau dans l’histoire a été donc mise en œuvre. Ces règles essentielles étaient orales et acceptées par toute la société, puisqu’elles sont élaborées en concertation avec tous les utilisateurs de la ressource.

C’est ainsi que dans l’époque  moderne, les sociétés inquiètes de la nécessité d’une gestion centralisée de la ressource ont élaboré des lois pour la cerner.

L’intérêt de ce chapitre est de contribuer à la connaissance de l’histoire de la gestion de l’eau dans notre pays. Nous essayerons de passer en revue les différentes étapes de l’évolution de la gestion de l’eau depuis l’aube de l’histoire ancienne qu’a connu le Maroc avant le protectorat  jusqu’à l’adoption de la loi sur l’eau en 1995.

Section 1 : Gestion de l’eau avant et pendant le protectorat
Avant le protectorat, les populations ont adopté des règles de partage de l’eau et ont inventé des techniques et systèmes ingénieux  pour la mobilisation et la gestion de l’eau, sans oublier aussi l’importance que l’islam a donné à cette ressource comme source de vie et de purification (paragraphe 1).

Avec l’arrivée du protectorat, un nouveau système de gestion a été introduit basé sur la centralisation de la gestion. Cette période a connu l’introduction d’une législation nouvelle pour la gestion de l’eau. Elle s’est matérialisée par la mise en place d’un arsenal juridique, calqué sur le modèle français (paragraphe 2).

Paragraphe 1 : Gestion de l’eau avant le protectorat
Il s’agit de remonter au passé et voir comment la communauté (jmaa) a pu gérer elle-même l’eau, et comment les principes de l’islam ont pu contribuer à la valorisation de l’eau.

A- L’importance de la gestion de l’eau avant l’arrivée de l’islam
L’histoire a révélé l’existence d’une succession de sociétés qui utilisaient des techniques ancestrales dans le domaine de gestion des eaux et notamment chez les anciens habitants du Maroc à savoir les amazighs et ceux qui vivaient dans les montagnes. Ces sociétés ont pu contrôler d’une manière efficace des techniques de l’irrigation, et bâtir des constructions hydrauliques malgré leur complexité.

Avec l’arrivée des romains au Maroc, on a assisté à une économie basée sur le développement du commerce et de l’agriculture.

A cette époque, selon des références historiques[2], le Maroc a connu des précipitations énormes, ce qui explique l’existence d’une richesse hydraulique qui a contribué au développement de la vie économique romaine.

On note aussi que la civilisation romaine a utilisé plusieurs techniques dans la gestion de l’eau, surtout en ce qui concerne la construction des « hammamat » dans les cités qui sont bien équipées d’eau, et des canaux pour l’irrigation des surfaces agricoles.

En plus l’eau était sacrée et divinisée chez les romains, qui présentaient des sacrifices pour concrétiser leur sacralisation aux dieux.

L’approvisionnement de l’eau dans les cités romaines était basé sur la mise en place de diverses installations notamment la technique d’élargissement des canaux hydrauliques.

De ce fait, chaque opération était encadrée et dirigée par un responsable spécialiste nommé « amine almaa » ou bien une autre personne qui la prend en charge par ses propres moyens. En plus cette technique a connu un aménagement hydraulique, ceci s’explique par des gravures archéologiques qui prouvaient l’existence des canaux pour alimenter les cités romaines en eau.

La construction des canaux était liée aux « hammamat », par contre les puits, les citernes et les sources servaient à approvisionner les habitants en eau potable[3].

Gestion sociale de l’eauLes institutions militaires à cette époque, à part le rôle de défendre et de protéger leur société, avaient un autre rôle majeur qui est la participation dans la construction et le financement des opérations liées à l’approvisionnement en eau. Ces opérations sont effectuées par deux acteurs : soit l’Etat ou bien le privé à travers des dons ou bien tous les deux à la fois.

L’Etat a procédé à la mise en place des textes juridiques pour la gestion de l’eau et pour faire face aux conflits surtout quand la ressource devient rare. Sur ce principe, l’Etat s’est engagé dans le processus de protection des eaux, en plus les terres sur lesquelles passaient les canaux hydrauliques, posaient un problème au niveau de leur propriété, et de la manière dont elles sont achetées ou expropriées.

D’une façon générale, on peut conclure que les romains ont contribué à la construction des canaux hydrauliques qui ont dépassé parfois des dizaines de Km et ils ont pu développer des techniques sur les plans juridique, financier et géométrique pour améliorer la gestion de l’eau.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion sociale de l’eau au Maroc)
Mémoire de la Licence en Sciences Economiques
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales
______________________________________
[1] « La gestion sociale de l’eau au Maroc: De Azerf à la Loi sur l’eau », article publié par  Mohamed OUHSSAIN : Administration du Génie Rural (AGR), Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime
[2] Publications de la faculté des lettres et des sciences humaines-Ain chock , université hassan 2 Casablanca ; série n°11 «  L’eau dans l’histoire du Maroc » 1999
[3] Idem