Le système bancaire : caractéristiques et acteurs

By 20 May 2011

La gestion du risque crédit au sein du crédit Agricole du Maroc Partie II
Le Crédit Agricole du Maroc a fait, pendant les 10 dernières années, l’objet de grandes mutations stratégiques.
Ces transformations profondes  visaient d’abord la mise à niveau et le redressement de la banque, objectif atteint en 2003 à travers le plan stratégique Oufok et ensuite le développement de la banque à l’horizon 2008 selon une logique de banque universelle ouverte sur l’ensemble des secteurs économiques outre que l’agriculture. Aujourd’hui, le CAM occupe la 4ème place dans le système bancaire avec plus de 10 % de part de marché.

Afin de consolider ces premières performances et dans le but de réussire la nouvelle stratégie de diversification, il devient nécessaire de moderniser les outils de gestion en générale et de qualifier le dispositif de gestion du risque crédit en particulier dans un souci de sécurisation de la croissance horizontale tout en respectant les exigences réglementaires en la matière.

Dans cette deuxième partie, nous essaierons d’établir un diagonstic du système de gestion du risque actuel adopté par le crédit Agricole du Maroc avant de proposer un ensemble de mesure pour améliorer les systèmes.

Chapitre I La gestion du risque crédit dans le secteur bancaire Marocain.
Avant d’axer notre analyse sur le système de gestion du risque crédit au sein du crédit agricole du Maroc, nous avons jugé important de présenter le contexte macro-économique et réglementaire dans lequel cette banque. Le but étant de situer des profondes transformations.

Pour ce faire, nous présenterons dans une première un aperçu général sur le système bancaire marocain et les enjeux que revêt la gestion du risque crédit. Ensuite nous exposerons, dans une deuxième section, d’une manière succincte, les pratiques du secteur et les exigences réglementaires en matière de gestion du risque crédit.

Section I : Aperçu sur le système bancaire
I-Historique :
Le lecteur de l’histoire du système bancaire marocaine, depuis l’indépendance à aujourd’hui permet de distinguer 3 grandes phases [1] : à savoir la construction, la consolidation et la réforme.

1- La mise en place des bases du système (1956)
Afin de répondre aux besoins de financement spécifiques à des secteurs économiques jugés prioritaires, l’Etat a procédé à la création d’organismes financiers spécialisés et à la restructuration de certaines institutions existantes. Cette phase a été marquée également par la création de la banque centrale.

2- La consolidation du système (1967)
La seconde étape de la mise en place et de la consolidation du système bancaire marocain a débuté avec la promulgation du décret royal n° 1-67-66 du 21 avril 1967 portant la loi relative à la profession bancaire et au crédit, dont les principaux apports consistent en une définition plus précise de l’activité des banques, une délimitation des attributions des autorités de tutelle et de surveillance et l’institution d’une réglementation plus appropriée.

3- Les réformes du système (1993/2006)
Le système bancaire marocain a fait l’objet, en 1993 d’une importante réforme avec la promulgation du dahir portant la loi 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relative à l’exercice de l’activité des établissement de crédit et à leur contrôle.Une seconde réforme a été opérée en février 2006 dans le cadre de la loi b° 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés.

II- Les acteurs du système :
En 2006, le système marocain compte :
-28 banques commerciales,
-6 banques offshores,
-19 sociétés de crédit à la consommation,
-2 sociétés de crédit immobilier,
-4 sociétés de gestion des moyens de paiement,
-2 sociétés de cautionnement,
-7 sociétés de crédit-bail,
-2 sociétés d’affacturage.

III-Les caractéristiques du système :
1- L’actionnariat du système bancaire :
Les banques commerciales marocaines ont une large prédominance de capitaux privés et ce suite aux multiples opérations de privatisation qu’a connu le secteur. Les banques marocaines gardent des liens étroits avec banques étrangères notamment françaises (Banque Nationale de Paris, Crédit Lyonnais, Crédit Agricole de France, Société Générale, Caisse d’épargne) qui détiennent une grande part de leur capital et en assure le contrôle et leur servent de correspondants pour les transactions internationales.

La structure du système bancaire2- La structure du système bancaire :
Ces dernières années, le paysage bancaire marocain a connu un mouvement de concentration à travers de multiples opérations de fusion- absorption la principale fut WafaBank–BCM pour constituer aujourd’hui cinq pôles :
-Banque populaire,
-Attijari Wafabank,
-Banque Marocaine du Commerce Extérieur,
-Banque Agricole du Maroc,
-Les filiales des banques françaises (BMCI, SGMFB,CDM, CIH),
On assiste également à une large opération de restructuration des banques de l’Etat pour les préparer à d’éventuelles opérations de privatisations.

3- La stratégie des banques marocaines :
Le système bancaire marocain fut profondément transformé et restructuré après l’indépendance du pays.

En effet au cours de ces dernières années il est apparu nécessaire de l’adapter aux évolutions liées principalement aux :
-Nouveaux besoins de financement de l’économie nationale,
-L’ouverture sur l’extérieur et aux opérations internationales,
-L’introduction de l’innovation financière et technologique.

Toutes les banques, qui opèrent actuellement, ont adopté une stratégie de banque universelle avec une spécialisation plus au moins développée dans des secteurs qu’on peut qualifier de naturels (traditionnels) et qui ont constitué dans le temps leur cheval de bataille. Pour plus de commodité, de sécurité, de souplesse et de rapidité dans les opérations et donc un meilleur service au public, les banques opèrent de profonds changements dans les processus organisationnels.

L’émergence de l’éconnomie marocaine, notamment l’ouverture à l’internationale, impose des défis majeurs au système bancaire notamment en matière de maitrise du risque.

Lire le mémoire complet ==> (Gestion du risque de crédit au Crédit Agricole)
Option : Economie et Gestion
Faculté des sciences Juridiques, Économiques et Sociales


____________________________________________
[1] -www.bkam.ma ( Bank al Maghreb)