Le transitaire en tant que logisticien

By 29 April 2011

3)     Le transitaire en tant que logisticien :

Si le terme d’entreposage est utilisé depuis bien plus longtemps que celui de la logistique, ces deux activités sont étroitement liées, l’entreposage étant déjà un embryon de logistique et la logistique ne pouvant se faire sans offrir une capacité d’entreposage. Bien souvent le terme de logistique est utilisé abusivement et ne tient compte que d’un ou de quelques éléments de cet ensemble. Le domaine de la logistique est un tout qui appartient à la chaîne d’approvisionnement, soit pour la production d’un bien ou de sa distribution.

Dans la logique du transitaire, le terme « logistique » s’entend comme une « prestation intégrée », si elle n’est que partie d’une chaîne d’approvisionnement ou de distribution intégrale, si elle fait partie d’une gestion globale d’un processus d’entreprise.
Il faut donc considérer la logistique comme un tout stratégique où les notions d’entreposage et de transport ne sont qu’une partie d’une prestation.

Le transitaire en tant que logisticienDans le terme de logistique on trouve aujourd’hui :

  • La prise en charge d’un produit à la fin de la chaîne de production
  • Le conditionnement
  • Le stockage
  • La préparation de commande
  • La distribution
  • La facturation
  • La gestion des retours

D’autres prestations peuvent être ajoutées à cette liste. La logistique est un métier en mutation et bien qu’elle soit connue depuis plus de quarante ans, ce n’est que ces dernières années qu’elle a pris une importance considérable.
Les exigences du « juste à temps » ou « flux tendu » (désignation anglophone : « Just in time ») ont amené certaines entreprises à transférer leurs opérations de logistique à des professionnels. Ces entreprises veulent ainsi se concentrer uniquement sur leur métier de base. La diminution ou la suppression des stocks sont quelques- uns des facteurs qui ont contribué au développement de l’outsourcing.

Aujourd’hui, c’est dans le cadre du « supply chain management » que la logistique devient un ensemble d’éléments indispensables. La qualification du logisticien et ses compétences en matière de planification, de gestion et de communication sont les critères requis pour servir les intérêts de ses clients et s’intégrer pleinement dans ces diverses opérations.
Comme maillon de cette chaîne, le transitaire peut exercer une influence déterminante sur la création de valeur ajoutée dont profite le producteur. La logistique industrielle peut être scindée en deux volets. L’un est la logistique physique qui trait des transports et distributions, magasinages et manutentions. L’autre est la logistique de gestion qui s’occupe d’organiser et gérer les flux des marchandises, de définir et gérer les informations y relations.

L’objectif de la logistique industrielle est de contribuer à l’essor de l’entreprise en assurant un approvisionnement efficace des usines et des clients, en qualité par la préservation des matières et produits, en quantité et en temps prescrit, à un coût défini et par un service optimal, enfin par les moyens les mieux adaptés au traitement de l’information et à la gestion des transports, de la manutention et du stockage.

Les transitaires font depuis plusieurs années des efforts considérables pour adapter leur outil informatique et pour proposer aux entreprises industrielles des solutions répondant à leurs attentes et exigences. Pour autant qu’ils soient considérés comme un véritable partenaire, ils seront prêts à s’investir, voire à s’identifier à leurs clients. Ainsi, c’est tout un pan du « know how » acquis par l’expérience qui va s’intégrer au sein des entreprises qui auront fait appel à leurs services.

Service export de l’entreprise DB Schenker
Mémoire de stage ITIP