Prévention, acte professionnel de l’orthophoniste

By 13 April 2011

L’orthophoniste et la prévention :

Prévention, acte professionnel de l’orthophoniste :

L’orthophoniste est le thérapeute qui assure la responsabilité de la prévention, de l’évaluation, du traitement et de l’étude scientifique de la communication humaine et les troubles associés.

Il intervient a chacun des trois stades de prévention afin de prévenir l’apparition ou l’aggravation d’un trouble du langage par la formation, par l’information et par un dépistage en vue d’une détection  précoce d’un trouble chez l’enfant.

Les troubles du langage et leurs conséquences sur la communication ont des retentissements tellement importants  sur la personnalité aux plans :
–         affectif
–         scolaire
–         social
–         professionnel
–         et même culturel.

Il est donc indispensable de prendre en compte sérieusement  cette nouvelle dimension (la prévention et le dépistage).
En général pour le dépistage précoce des problèmes du langage, l’orthophoniste partage cette compétence avec d’autres professionnels (médecin, instituteurs, infirmières, psychologues…). Plusieurs instruments et outils de dépistage ont été créés dans ce but tel que : PER2000 (TDP81), PEL92, ERTL4, ERTL6, DPL3…

L’OMS a défini la prévention au niveau médical en trois stades, selon cette définition la prévention  au niveau  de l’orthophonie peut être divisée comme tel :

–          prévention primaire :

ce stade de la prévention concerne tous les actes destinés à « diminuer l’incidence d’une maladie dans une population et donc à réduire les risques d’apparition de nouveaux cas ». En orthophonie, cela concerne essentiellement l’information et l’éducation sanitaire d’une population ainsi que la formation de tous ceux qui ont un rôle à jouer auprès de cette population et plus précisément les professionnels  qui s’occupent de la petite enfance.

–          Prévention  secondaire :

elle recouvre les actes destinés à « diminuer la prévalence d’une maladie dans une population donc à réduire sa durée d’évolution ». En orthophonie, cela concerne essentiellement le repérage et le dépistage précoce des anomalies de la voix, de la parole, et du langage oral et écrit. La détection précoce et la prise en charge pourraient entraîner l’élimination du trouble du langage (oral et/ou écrit)  voire réduire la progression du trouble.

–          Prévention tertiaire :

elle vise à « diminuer la prévalence des incapacités chroniques ou des récidives dans une population, donc à réduire les modalités fonctionnelles consécutives à la maladie ». En orthophonie, cela concerne les soins, c’est  à dire  la rééducation, les techniques diverses de médiation  et d’intervention au niveau de l’environnement du patient visant à prévenir d’autres problèmes que pourrait engendrer un trouble.

La prévention et le repérage en milieu scolaire :

  • Repérage des enfants en difficulté :

Il existe un lien étroit  entre le développement du langage oral avant 6 ans et les capacités d’apprentissage de l’écrit à l’école élémentaire.

Jean-Charles Ringard (2000), dans son rapport « À propos de l’enfant dysphasique et de l’enfant dyslexique »* souligne l’importance de la maîtrise du langage comme élément de réussite scolaire, d’intégration sociale et d’insertion professionnelle. Cependant, certains enfants rencontrent, dès le plus jeune âge, des difficultés dans l’acquisition de leur langue maternelle (retard de langage, retard de parole, trouble d’articulation, bégaiement…)

L’action  de l’orthophoniste s’inscrit dans une démarche de prévention visant à repérer dès 3-4 ans les enfants présentant de telles difficultés, à leur apporter, au sein de l’école, une aide établie élaborée en partenariat par les enseignants et les orthophonistes, et à orienter vers des bilans complémentaires et éventuellement vers des rééducations, ceux pour lesquels ils sont jugés utiles.
Il paraît essentiel d’apporter le plus précocement possible à chacun de ces enfants en difficulté les aides pédagogiques et éventuellement rééducatives adaptées, pour leur permettre d’exprimer leurs potentialités et leur éviter l’échec scolaire.
Les démarches de dépistage se multiplient. Des outils de repérage existent, jugés efficaces, rapides, et qui devraient permettre de repérer les enfants en difficulté et de les orienter vers les professionnels spécialisés de l’éducation nationale ou de la santé…  parmi ceux :

  • D.P.L.3 : pour enfants entre 3 ans à 3 ans 6 mois

Le DPL 3 (dépistage et prévention du langage à 3 ans) vise le repérage des difficultés de communication et langage. Il traite 4 domaines:
–  socialisation
–  graphisme
–  compréhension
–  Expression

  • ERTL 4 : 3 ans 9 mois à 4 ans 6 mois

Le ERTL4 (Epreuve de repérage des troubles du langage pour l’enfant de 4 ans) est une evaluation rapide (5mn) de la parole et du langage, de la voix, en 4 épreuves:
• Répétition de mots de la langue française «les petits nains» et de logatomes «les petits indiens »
• Répétition de phrases à voix chuchotée.
• Dénomination lexique topographique.
• Langage sur images: « la toilette ».

  • ERTL A6 : 5 ans 6 mois à 6 ans

Le ERTL6 (Epreuve de repérage des troubles du langage pour l’enfant de 6 ans) vise l’évaluation des :
• Compétences phonético-articulatoires
• Compétences linguistiques
• Compétences de traitement phonologique
• Compétences attentionnelles et mnésiques
• Compétences logicomathématiques
• Organisation spatio-temporelle
• Compétences praxiques
• Compétences graphiques
La passation se fait en 20 minutes

  • PER-2000 : 3 ans 6mois à 5 ans 6 mois

Le PER 2000 (protocole d’évaluation rapide)
• Domaines explorés:
– audition
– reproduction de rythmes
– aptitudes instrumentales hors langage
– aptitudes auditivo-perceptives
– articulation des phonèmes
– parole
_ Langage oral: compréhension, complexité syntaxique du discours

  • La BREV : 4 à 9 ans

La BREV (batterie d’évaluation des fonctions cognitives)
• Outil clinique pour l’examen neuropsychologique
– Langage oral (expression et réception)
– Fonctions non verbales (graphisme, planification, raisonnement)
– Attention et mémoire
– Apprentissages scolaires
• 2 objectifs : détecter les troubles cognitifs et préciser leur profil.

  • – L’ensemble des ces outils ont été élaborés afin de :

–  dépister précocement les enfants présentant un retard de langage avéré, mais aussi ceux que nous qualifierons d’enfants « à risques » de difficultés scolaires.
–  essayer d’aider ces enfants, en orientant ceux pour lesquels cela est jugé utile vers des bilans et des rééducations éventuels.

  1. Information des parents et des enseignants :

Le rôle préventif de l’orthophoniste dans le milieu scolaire ne se limite pas seulement à repérer et dépister des enfants en difficultés, mais avant à sensibiliser, informer et former les parents et l’ensemble des professionnels concernés (les enseignants).
Il est souhaitable que se généralise l’information auprès des enseignants et des parents quant au développement du langage, aux attitudes éducatives positives, aux relations langagières interactives à instaurer, et que se développent des moyens pour repérer précocement les difficultés qui peuvent apparaître.
Il est essentiel également de leur expliquer que ces enfants en difficulté de langage – oral ou écrit – ne manquent pas d’intelligence et qu’une intervention précoce et adaptée leur permet de mieux s’adapter et suivre les processus d’apprentissage dans les meilleures conditions.

I. CADRE DE REFERENCE :

CADRE DE REFERENCE

IV. BUT DE  LA RECHERCHE :

Décrire le rôle préventif de l’orthophoniste dans le programme de santé scolaire et relever les facteurs qui entravent son intégration dans ce système au Maroc.

V. QUESTIONS DE RECHERCHE :

–         quelle est l’utilité  de l’intégration de l’orthophoniste  dans le programme de santé scolaire ?
–         quels sont les facteurs qui entravent son intégration ?
Phase conceptuelle

Lire le mémoire complet ==> (Le rôle préventif de l’orthophoniste dans le milieu scolaire)Mémoire de fin d’étude Du premier cycle des études paramédicales
Institut de formation aux carrières de santé – option: paramédicales

_________________________________________
(*)  http : //www.santé.gouv.fr/htm/actu/36.dyslexie,htm