Pourquoi faut-il choisir un logiciel libre?

By 24 April 2011

Pourquoi faut-il choisir un logiciel libre 5 *Section III:
Voici quelques raisons de choisir le Libre Logiciel, toutes redondantes car découlant du même principe de liberté: le Libre Logiciel met fin au monopole du fournisseur sur la modification d’un logiciel, y compris la correction de ses bogues et l’intégration d’innovations technologiques.

Tous les points positifs du Libre Logiciel proviennent de ce qu’à un monopole (et aux inconvénients et aux abus associés) fait place un Libre Marché.

  • Pour l’utilisateur de logiciel,
      • Le Libre Logiciel est l’assurance qu’il ne sera jamais soumis aux caprices ou aux aléas de santé des fournisseurs: la disponibilité des sources, et la licence de les modifier, assure qu’il pourra toujours en sous-traiter l’adaptation par des tiers.
      • Le Libre Logiciel est gage de qualité: du fait de la visibilité des sources, tous les bogues et trous de sécurité deviennent apparents, et donc corrigibles; le fournisseur ne peut plus tricher par paresse ou malveillance. Rapporter l’existence de bogues devient facile et rentable, au profit de tous les utilisateurs; alors que le logiciel exclusif rend cet acte coûteux ou sans espoir de résultat.
      • Le Libre Logiciel est garantie de flexibilité: les sources modifiables permettent d’adapter le logiciel très exactement aux besoins de l’utilisateur, plutôt que de requérir que l’utilisateur s’adapte aux déficiences du logiciel.

    Le Libre Logiciel est gage de pérennité des programmes et des données: alors que les architectures matérielles évoluent à une vitesse fulgurante, seule la disponibilité des sources permet d’adapter les logiciels à cette évolution, et d’éviter que les logiciels achetés à prix d’or s’avèrent complètement inutilisables quelques années plus tard.

    • Le Libre Logiciel assure une documentation et une assistance technique de qualité à prix raisonnable, de par l’existence d’un libre marché plutôt que d’un monopole. Par comparaison, les fournisseurs de logiciels exclusifs, quand ils ont une petite audience, ne peuvent supporter la charge d’une assistance technique adaptée à tous les utilisateurs; et quand ils ont un succès de masse, sont submergés par les sollicitations de débutants ou d’incompétents, et n’ont plus d’incitation de satisfaire les problèmes véritables, qui n’intéressent plus qu’une minuscule fraction de leur clientèle.
    • Le Libre Logiciel assure qu’il aura à sa disponibilité pour régler ses problèmes logiciels des partenaires responsables, donc sérieux et compétents, tandis que le logiciel exclusif, quand il est développé dans des grandes structures, déresponsabilise les informaticiens, et quand il est développé dans des petites structures, ne permet pas aux informaticiens d’être pleinement disponibles pour toutes les tâches nécessaires à l’ensemble des clients.
    • Le Libre Logiciel est gage de pérennité du support technique: plutôt que d’être soumis aux choix stratégiques aussi bien qu’aux aléas de santé de l’éditeur ayant monopole sur le logiciel, l’utilisateur est assuré par la libre disponibilité des sources qu’il pourra indéfiniment trouver quelqu’un pour fournir du service. Dans le régime de logiciel exclusif, l’utilisateur est obligé de suivre l’évolution de la politique commerciale de l’éditeur; ceci se passe à marche forcée ou au ralenti, selon le bon vouloir de l’éditeur, jusqu’à ce que celui-ci, ce qui arrive inéluctablement, abandonne finalement son produit, auquel cas l’utilisateur se retrouve sur le cul (pardonnez-moi l’expression). Souvent, après quelques années, les personnels compétents sur le logiciel utilisé quittent l’éditeur, qui détient cependant toujours le monopole sur l’accès au sources, et donc sur le service après-vente.
      Même quand l’éditeur maintient son projet logiciel, celui-ci peut évoluer considérablement, en désaccord avec les besoins de nombreux clients; ceux-là se retrouvent alors avec une installation qui ne leur convient plus (parce que leurs besoins ont évolués, et qu’ils se sont heurtés aux limites du logiciel), mais qu’ils ne peuvent pas adapter; une “mise à jour” logicielle auprès de l’éditeur leur fournirait un logiciel complètement incompatible, qui demanderait de plus un investissement matériel et humain considérable; et si de tels efforts corrigeraient (peut-être) les quelques défauts dont le logiciel souffrait, ils en introduiront (sûrement) bien d’autres, sans apporter exactement les nouvelles fonctionnalités souhaitées.

     

    • Pour tous,
      • Le Libre Logiciel ouvre la possibilité d’un libre marché des services informatiques, au lieu d’autant de monopoles qu’il y a de logiciels. Les utilisateurs peuvent donc se trouver des fournisseurs de services au juste prix, tandis que les programmeurs trouveront toujours à qui offrir leurs services, sans être obligé de se prostituer auprès de corporations qui accaparent des “droits d’exploitation”.
      • Le Libre Logiciel ouvre la possibilité d’un libre marché du matériel informatique, sans contraintes monopolistiques de compatibilité avec des “standards exclusifs” (un oxymore s’il en est). Les utilisateurs bénéficieront du meilleur de la technologie sans avoir à se soucier de compatibilité matérielle des unités de traitement de l’information. Les innovateurs technologiques pourront faire valoir leurs compétences sans voir leurs efforts rendus vains par le poids de monopoles établis.
      • Le Libre Logiciel permet d’intégrer librement des aspects logiciels expérimentaux et des aspects éprouvés, sans décourager les tentatives encore incertaines au début par des barrières légales, financières ou techniques, favorisant ainsi l’apparition.
      • Le Libre Logiciel permet de se libérer des contraintes coûteuses, qui s’accumulent, de compatibilité de bas niveau avec des systèmes antédiluviens: la possibilité de modifier et de recompiler les sources permet de réparer les erreurs, plutôt que de les contourner. La compatibilité est plus que jamais possible grâce au Libre Logiciel, et à court terme, elle fait merveille; mais alors qu’elle est utile à court terme, elle est un fardeau à long terme dont le Libre Logiciel permet de se passer.

       

    • Pour le programmeur,
      • le Libre Logiciel, est gage qu’il pourra directement exprimer ses compétences sur la base logicielle librement existante, plutôt que d’être réduit à payer extrêmement cher (à coups de millions, ou en abandonnant sa liberté aux ayants-droit) le droit de s’exprimer sur des logiciels exclusifs, ou d’avoir à réécrire des systèmes équivalents en entier depuis zéro.
      • Le programmeurLe Libre Logiciel est gage de ce que son autorat sera reconnu, alors que les éditeurs de logiciels exclusifs lui volent son œuvre et son nom.
      • Le Libre Logiciel, s’il est universel, est gage qu’il ne sera pas désavantagé par une concurrence biaisée en faveur de gros éditeurs; il pourra donc épanouir librement ses compétences au lieu que d’avoir le choix entre se soumettre ou être écrasé.
      • Le Libre Logiciel est garantie qu’il pourra travailler en collaboration avec des administrateurs compétents et à son écoute, plutôt que d’être attaché à un administrateur incompétent et méprisant par les chaînes l’empêchant d’exercer ses compétences en dehors de la structure détentrice de droits.
      • Le Libre Logiciel assure qu’il n’aura pas besoin pour créer un logiciel à succès d’assurer lui-même la totalité de l’assistance technique relative à son logiciel. Le Libre Logiciel favorise donc l’innovation technologique en réduisant considérablement les immobilisations de capitaux nécessaires pour initier puis répandre cette innovation.

       

    • Pour l’administrateur,
      • le Libre Logiciel est la garantie qu’il pourra travailler en collaboration avec des programmeurs compétents et à son écoute, plutôt que d’être attaché à des programmeurs par la barrière d’entrée du coût de leur formation à des logiciels exclusifs et douteux, et la barrière de sortie de la peur qu’il ne divulgue les “secrets” liés à cette appropriation.
      • Le Libre Logiciel est la garantie qu’il ne paiera que les services informatiques dont il aura besoin, sans avoir à se soumettre à des droits d’entrée.
      • Le Libre Logiciel est la garantie qu’il pourra payer les services informatiques à leur juste valeur sur un libre marché, car les informaticiens, pouvant librement voir ce qu’ils font les uns les autres, seront à même de faire marcher la concurrence, et de donner des évaluations techniquement objectives du travail des uns et des autres, plutôt que des seules études intéressées.

       

    • Pour le fabricant de matériel informatique,
      • Le Libre Logiciel est la garantie qu’il pourra toujours faire inter opérer son matériel avec les logiciels existants, sans avoir à se conformer aux standards logiciels coûteux, encombrants, inutiles, mal conçus et obsolètes qui sont le lot commun de l’industrie du logiciel exclusif.
    • Pour l’utilisateur de matériel informatique,
      • Le Libre Logiciel est la garantie que la compatibilité des applications pouvant se faire au niveau logiciel, il ne sera plus soumis aux diktats de la compatibilité matérielle, qui l’oblige actuellement à acheter des matériels coûteux dont la conception obsolète est vieille de plusieurs décennies.
      • L’un dans l’autre, aussi bien les consommateurs que les producteurs effectifs de services logiciels sont gagnants avec le Libre Logiciel. Ceux qui ne sont pas gagnant sont les intermédiaires monopolistes que constituent les éditeurs logiciels, qui se nourrissent actuellement des forces vives mêmes de l’industrie du service logiciel, en prétendant fallacieusement être nécessaire à sa survie.

Lire le mémoire complet ==> (Logiciels informatiques ( Logiciel propriétaire, non libre))
_______________________________
5: http://fare.tunes.org/libre-logiciel.html