Outils de l’analyse patrimoniale : analyse de la liquidité, de la solvabilité et de l’équilibre financier

By 17 April 2011

Les outils de l’analyse patrimoniale – Paragraphe 3:

Les outils de l’analyse patrimoniale sont de trois nature et relatifs à la liquidité, la solvabilité et l’équilibre financier (8).

 (8) marc gaugain “gestion de la trésorerie” (page 7) édition economica

a. L’analyse de la liquidité

La liquidité c’est la capacité de l’entreprise à faire face à ses dettes à moins d’un an à l’aide de son actif circulant à moins d’un an (10). Elle est appréhendée par diverse indicateurs: le fonds de roulement (FDR) patrimoniale et les ratios de liquidités.
FDR=capitaux permanents – actif immobilisé net

FDR=actif circulant – dettes à court terme.

b. L’analyse de la solvabilité

L’analyse du bilan liquidité permet également de déterminer la solvabilité de l’entreprise, c’est-à-dire sa capacité à faire face à ses engagements.

Deux notions de solvabilité peuvent être prises en compte: la solvabilité immédiate appelée liquidité est la capacité à payer ses dettes à échéances avec des disponibilités; la solvabilité globale suppose que l ensemble des éléments de l’actif soit supérieur à l’ensemble des dettes du passif, et de garantir une gestion précis d’analyse financier de l’entreprise’ (page34) édition 2003

c. L’analyse de l’équilibre financier

équilibre financierL’analyse patrimoniale est à l’origine de l’étude de l’équilibre financier globale de l’entreprise qui exige un certain de nombre de règles de prudence celles-ci doivent être respectées par les financiers afin d’assurer un maximum d’autonomie financière saine à Leurs entreprises. Elles sont exigées par les banquiers soucieux aux niveaux.

De risque engagé chez leurs clients.ces règles dites d’orthodoxie financière, déterminées à partir d’un certain nombre de ratios, sont les suivantes:
la règle de l’endettement maximal,
la règle du financement maximum,
La règle de l’équilibre financier minimum.

Lire le mémoire complet ==>
(Gestion de la trésorerie: Cas des PME)