La gestion permanente de la trésorerie

By 20 April 2011

La gestion permanente et prévisionnelle de la trésorerie – Section I.
I- La gestion permanente de la trésorerie
Comme le préconisent les principes comptables, les opérations de l’entreprise sont enregistrées au jour le jour et suivant la chronologie de leur réalisation. L’importance d’une gestion quotidienne de la trésorerie se situe dans le fait qu’elle permet d’avoir chaque jour une idée des soldes de la trésorerie (excédents ou déficit) afin d’opérer des décisions adéquates pour les transactions. Elle permet aussi en tenant compte des dates de valeur de réduire les frais financiers.

1-Le suivi des mouvements de la trésorerie
Il consiste au suivi des mouvements de la banque et de la caisse, et est constitué des enregistrements comptables des opérations, de la tenue d’un tableau de gestion de la trésorerie, et de l’établissement des brouillards de caisse.

a) Les écritures comptables
La « MA.BU.CIG »utilise pour la saisie des opérations comptables, le logiciel de gestion « SAGE » version COMPTABILITÉ. Pour la saisie des mouvements de la trésorerie, le Trésorier introduit de la manière suivante les informations pour renseigner le logiciel:
le journal de trésorerie concerné (journal de banque ou de caisse),
la date de la pièce,

l’imputation par ligne:
Numéro de compte,
Services destinataires (pour les besoins de la comptabilité analytique,
Le montant (au débit ou au crédit),
La nature de l’opération (explicité en dessous),
Le libellé indiquant la finalité de l’opération.

le numéro de la pièce (étape facultative car la numérotation est automatiquement effectuée par le logiciel. Il suffit de porter manuellement le numéro sur le support bancaire: bordereau de versement avis de crédit);

la codification flux de trésorerie (« flux de trésorerie ») qui permet un regroupement des différents mouvements par centres d’intérêts et une facilité dans l’établissement du flash (récapitulatif des mouvements mensuels) de la trésorerie.

Exemple de codes de flux de trésorerie:
· CHG: encaissements clients
· EMP: encaissements emprunts
· PFIHG: encaissements intérêts DAT et intérêts créditeurs
· FA: décaissements fournisseurs matières hors groupe
· FG: décaissements fournisseurs matières et services ITG
· FS: décaissements fournisseurs services
· IS: décaissements impôts sur le résultat
· RBEMP: décaissements remboursements emprunts
· P: décaissements frais de personnel
· DVVG: décaissements dividendes versés hors groupe

la date de la pièce et l’échéance.

La nature de l’opération donne son sens en termes de débit ou de crédit. Exemples des différentes natures débitrices que nous avons sont:
· ENCE encaissement d’effets
· ESP versements d’espèces
· PROF produits financiers
· RCEB remise de chèques en banque
· VIRB virements reçus à l’étranger
· VIRE virement reçus étrangers

Les différentes natures créditrices sont:
· CHQI chèques émis
· PREF prélèvements frais
· VIEB virements émis à l’étranger.
gestion de la trésorerie · VIEE virements émis étrangers

b) Le tableau de gestion quotidienne de la trésorerie
L’objectif de la tenue du tableau de gestion quotidienne de la trésorerie (T.G.Q.T) est la récapitulation des opérations quotidiennes de trésorerie. Vu l’importance en montants des opérations qui se font par la banque par rapport à celles de la caisse, le TGQT récapitule seulement les mouvements de la banque. Il est tenu en dates de valeur et est dressé à partir du logiciel EXCEL, dans un classeur nommé « VALEURTRESO ». Dans ce classeur, une feuille est attribuée à chaque banque sans différenciation d’agences. Le TGQT sur ces feuilles est constitué en colonnes par les dates et en lignes par les natures d’opérations (encaissements et décaissements). Il est rempli chaque jour à partir des relevés bancaires reçus ou extraits sur les sites web des banques. Le trésorier y porte pour chaque banque et par date les montants correspondants à chaque nature (encaissement ou décaissements) et à des dates ultérieures seulement les décaissements engagés mais qui n’ont pas encore eut un dénouement à la banque.

L’importance du TGQT est qu’il permet d’avoir chaque jour une idée des disponibilités en banque et globalement de la trésorerie afin de permettre le choix des banques pour effectuer les règlements fournisseurs, TVA, droit d’accise,…

c) Le brouillard de caisse
Le brouillard de caisse est un registre dans lequel le Caissier note les encaissements et les décaissements de fonds au jour le jour et en tire le solde. Il permet à tout moment d’avoir une idée des disponibilités en caisse. Le brouillard de caisse est remplit sur la base d’une pièce de caisse indiquant la nature de l’opération (dépense ou recette)

d) Le tableau de trésorerie mensuel méthode directe Recettes/Dépenses
Le tableau de trésorerie mensuel méthode directe Recettes/Dépenses est établit lors du reporting. Il est dressé chaque mois et récapitule tous les mouvements de la trésorerie. La méthode directe consiste à faire une confrontation entre les prévisions de recettes et de dépenses et leurs réalisations au cours du mois afin d’en évaluer les écarts.

Instrument du contrôle de gestion, ce tableau permet d’alerter le Trésorier et les dirigeants sur les niveaux d’atteinte des objectifs à partir de l’analyse des écarts prévisions réalisations. Il permet également de voir le cumul des flux de trésorerie budgétés et réalisés depuis le début de l’exercice, ainsi que celui des écarts de réalisation des prévisions.
Lire le mémoire complet ==>
(Gestion de la trésorerie: Cas des PME)