Définition des modèles de décision – Contrôle de gestion

By 6 April 2011

Le système de contrôle de gestion : Outil de décision, d’action et outil de dialogue – Chp II:

Le contrôle de gestion a la tâche prioritaire de faire gérer les facteurs clés de succès (FCS) de l’entreprise en garantissant que leur perception est partagée par tous les responsables.

Il a ainsi une fonction double: concevoir ou faire évoluer le système de gestion lui même d’une part et animer le processus d’autre part (P.L. Bescos, 1995, p95-97).

– Concevoir et faire évoluer le système de gestion: par l’établissement de la structure globale de gestion (DAS, finalités, structure, culture) et l’établissement des procédures destinées à formaliser le système (inventaire des informations existantes demandées, organisation des flux d’information, rédaction d’un manuel de procédures).

Le contrôleur de gestion garantie en partie la rationalité de la démarche suivie pour prendre les décisions, à défaut de pouvoir maîtriser absolument la rationalité des choix effectués.

– La deuxième grande mission du contrôleur de gestion est l’animation du processus: informer, former, inciter et conseiller.

C’est ainsi que le contrôle de gestion constitue un outil de décision et d’action d’une part et un outil de dialogue d’autre part.

I- Le système de contrôle de gestion: un outil de décision et d’action

1- Les modèles de décision

A -Définition :

La décision peut être définie comme un choix délibéré parmi plusieurs possibilités, dans le but de résoudre un problème donné.(M. Laaribi, 1997, p53-55).

modèles de décisionIl s’agit alors d’un choix qu’il faut faire et de manière plus rationnelle. Plusieurs théoriciens se sont intéressé au problème de la décision dans les organisations. On cite les travaux de SFEZ, de SIMON, de MARCH et CYERT, etc.
L.SFEZ distingue trois théories de la décision .(M. Laaribi, 1997, p53-54)

  • La théorie classique: selon laquelle le décideur, supposé parfaitement rationnel, agit dans une organisation considérée comme un système fermé. La décision est linéaire et optimale.
  • La théorie du processus politique: la rationalité des acteurs est limitée dans la mesure où ils peuvent collaborer et se manipuler mutuellement pour influencer la décision devenue relative et incertaine.
  • Enfin, SFEZ parle de la théorie du processus psychologique. Selon cette théorie, la décision optimale n’existe pas. Ainsi, la notion de l’homo économicus parfaitement informé et parfaitement rationnel, sur laquelle se base la théorie classique, n’est qu’une utopie et un modèle idéale mais non réaliste. La réalité étant marquée par l’incertitude et les turbulences de l’environnement.

Les trois théories de SFEZ marquent le passage d’un modèle classique optimal et idéal à un modèle plus réaliste où l’incertitude joue un rôle perturbateur.

Les décisions dites stratégiques concernent directement la survie et la pérennité de l’organisation. Ils sont prises par les dirigeants en se basant sur les informations fournies par les systèmes de gestion.

Lire le mémoire complet ==> (Le contrôle de gestion et la performance de l’entreprise)
Mémoire pour l’obtention d’une licence en sciences économiques et gestion