Concept du logiciel libre

By 23 April 2011

3- Le concept du logiciel libre
L’immense majorité des logiciels vendus dans le commerce par les éditeurs comme Microsoft, Lotus, Oracle ou SAP, sont distribués en version « exécutable », alors que les logiciels libres sont Fournis avec leur «code source».

Source, exécutable? Une petite explication de ces termes s’impose pour éclairer un peu plus sur les principales différences entre logiciels propriétaires et logiciels libres quant au fond.

On peut considérer le code source d’un logiciel comme la partition de musique de celui-ci, et le code exécutable comme la même musique en version enregistrée. Une partition peut être lue par n’importe qui, modifiée par n’importe qui souhaitant étoffer ou améliorer la mélodie. Mais par contre, avec une version gravée, il n’est possible que d’écouter le résultat obtenu sans pouvoir modifier quoi que ce soit.

Le passage d’une version à l’autre s’opère grâce à une « compilation » qui traduit le code source (des lignes écrites en usant des langages de programmation maîtrisés par les programmeurs) en code exécutable (suite binaire uniquement compréhensible par l’ordinateur). Donc, avant d’arriver dans le commerce ou dans l’entreprise, une version en code source d’un logiciel est toujours construite par l’éditeur. Les logiciels libres sont livrés directement sous cette forme (à charge pour les utilisateurs de procéder eux-mêmes à la compilation ou de la faire réaliser par des intermédiaires), tandis que les éditeurs de logiciels propriétaires vendent uniquement le code « exécutable », le reste étant considéré comme secret industriel et non divulgué.

gnu logiciel libreSe définissant par opposition au logiciel « propriétaire », le logiciel « libre » a pour but de préserver la liberté des utilisateurs d’exécuter, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer le logiciel au travers de son code source, l’ensemble des lignes de code qui, une fois compilées en langage machine, donneront le logiciel fini. Ces logiciels sont d’ailleurs généralement distribués sous forme de lignes de code que l’utilisateur configurera selon ses attentes puis compilera au moment de l’installation.

La liberté de modifier et de distribuer des logiciels libres sans payer de droits d’auteur est fondée sur une licence. Celle-ci représente un contrat de type copyright (comme n’importe quelle licence propriétaire) mais qui confère ces avantages ou plutôt ces droits à l’utilisateur. Les licences les plus connues sont le contrat GPL (GNU Public licence) et la licence de type BSD (Berkeley).
Pour comprendre la légitimité du logiciel libre, il est nécessaire d’étudier les différentes licences sur lesquelles se base l’économie logicielle dans son ensemble.

Ensuite, la définition d’Open Source est apparue, elle à pour but de compléter celle qui existait avant. Cette nouvelle définition est équivalente à celle de « Free software » et peut être traduite en français par logiciel libre aussi, mais à l’inverse de la définition de la FSF Fondation (basée sur les libertés), celle-ci est plus orientée sur la vision économique.

Lire le mémoire complet ==> (Logiciels informatiques ( Logiciel propriétaire, non libre))