Choix du transitaire par les entreprises exportatrices

By 29 April 2011

La question qui se pose aux entreprises est souvent de savoir quel transitaire choisir face à leur nombre actuel ? :
Pour les entreprises exportatrices, l’intérêt de recourir à un transitaire est de les conseiller et de les assister au moment de la rupture de charge. En retour, celui-ci a donc tout intérêt à agir comme un véritable partenaire, c’est la politique actuelle de transitaire afin de gagner la confiance de ses clients. Cette politique relativement nouvelle de la profession répond vraisemblablement à une prise de conscience du rôle qu’elle peut avoir face aux problèmes du Commerce Extérieur de la France.
Dans la pratique, le choix dépendra de la nature de l’activité, tout dépend également du ou des modes de transport utilisés, de la nature des marchandises commercialisées et de leurs valeurs.

Les entreprises de dimension réduite rechercheront en priorité des coûts acceptables. Elles recourent au rapport qualité- prix. La rapidité, la sécurité et la qualité de service seront privilégiées pour les marchandises à haute valeur ajoutée, même si le coût de service est plus élevé.
Les critères de choix sont généralement: l’efficacité, la fiabilité, la rapidité, la sécurité et le coût. Certaines entreprises confient toutes leurs opérations à un seul et même transitaire, dont ils obtiennent le meilleur service ;

entreprises exportatrices D’autres préfèrent utiliser plusieurs transitaires afin de leur mettre en concurrence.
Ces derniers donc organisent des appels d’offre. Dans ce cas, le nombre de transitaires consultés est limité à maximum 5.

L’appel d’offre se fera de façon strictement identique aux transitaire retenus, au siège du transitaire, à personne dénommée pour avoir un interlocuteur unique, sous pli fermé et avec les pièces suivantes :

  • Une lettre d’intention précisant les grandes lignes de la consultation envisagée.
  • Une liste de colisage décrivant avec précisions les marchandises
  • Un échéancier des expéditions
  • Une grille de réponse pour les prestations requises et fixer une date limite pour les réponses.

Mais les opérateurs auront intérêt à se tenir au courant de nouveaux produits , constamment mis au point par les transitaires au niveau de leurs nouvelles techniques pour améliorer leur rapidité , pour respecter les délais garantis depuis la fourniture de « package de distribution » jusqu’aux expéditions domicile- domicile. De son côté le transitaire cherchera à agir comme un véritable partenaire de l’entreprise exportatrice, mais il ne faut pas oublier que le transitaire est aussi un commerçant : il vend ses propres produits, il propose d’éventuels changements dans la façon d’expédier, de dédouaner, mais ceux-ci retient dans l’éventail des services pour lesquels il est performant.
Il arrive aussi que les exportateurs choisissent leurs transitaires en fonction de leurs implantations à l’étranger, ou en fonction de leurs opérations de groupage.

Après avoir parlé du choix du transitaire, il est intéressant de savoir comment les exportateurs savent s’ils ont choisi les bons opérateurs de transit, c’est-à-dire offrant de bonnes qualités de service. Quelques repères permettent de vérifier si le service est bon ou médiocre. On prendra quelques exemples à cet effet; Si un service de douane fonctionne correctement, il dédouane rapidement et obtient rapidement les documents visés par la douane.

Un service camionnage efficace enlève ou livre les marchandises le jour dit et à l’heure dite. Le client peut se fier à lui.
Les retards de livraison et perte de documents, incidents et contentieux douaniers représentent, par contre, de mauvaises qualités de services. C’est de même le cas lorsque la marchandise a manqué d’être embarquée sur un navire, suite à un retard du transitaire.

Autres exemples, une fois que le transitaire a rempli ses missions la facture d’intervention du transitaire doit être expédiée rapidement. Une facturation tardive signale une mauvaise gestion.
En dehors des opérations réalisées au jour le jour par le transitaire et de ses coûts d’intervention, le transitaire est à même de rendre gratuitement un certain nombre de services, tels qu’établir des cotations pour optimiser les services et pour que les exportateurs puissent remettre des propositions à leurs clients selon l’incoterm retenu. Il doit être en mesure également de demander à ses clients les renseignements nécessaires.

Aujourd’hui les fonctions du transitaire sont très difficiles à délimiter, puisqu’elles regroupent un très large spectre. Cependant, afin de mieux les cerner, nous allons étudier en trois parties ses obligations, ses activités et on termine par ses fonctions.
Service export de l’entreprise DB Schenker