L’arrêt de l’allaitement maternel lié à l’accouchement

By 20 April 2011

B) facteurs de l’abandon de l’allaitement maternel liés à l’accouchement :

Des recherches indiquent que l’expérience obstétrique des femmes peut influencer le comportement d’allaitement.

Concernant le mode d’accouchement, il semble que l’accouchement par voie vaginale puisse avoir une influence positive sur le comportement d’allaitement (Peters 2005).
D’après le rapport de l’Anaes, l’analgésie péridurale pendant le travail peut retarder le réflexe de succion mais ne compromet pas le devenir de l’allaitement. Selon un des auteurs cités (Halpern 1999), la réussite ou l’échec de l’allaitement sont plus à mettre sur le compte de la qualité du soutien global dont bénéficient ou non les mères notamment au moment de la mise en œuvre de l’allaitement.

L’effet de la longueur du séjour à l’hôpital n’est pas clair. Dans l’étude de Waldenström, en Suède, ce facteur n’est pas associé à la durée de l’allaitement, quel que soit le type d’allaitement (exclusif ou partiel). Par contre une autre étude suédoise récente portant sur 488 mères montre qu’une sortie rapide de l’hôpital (endéans les 72 heures) était associée à une durée plus courte d’allaitement exclusif mais pas d’allaitement partiel.

l'accouchementSelon les résultats de l’enquête périnatale de 1995, l’allaitement maternel était significativement plus fréquent chez les femmes qui avaient suivi une préparation à l’accouchement (60,5 % contre 45,8 %) [Crost M, Kaminski M. L’allaitement maternel à la maternité en France en 1995. Enquête nationale périnatale. Arch Pédiatr 1998; 5(12):1316-26].

L’allaitement au sein était associé, dans les groupes sociaux plus favorisés, à d’autres comportements préventifs généraux : 57 % des femmes qui allaitaient à la maternité étaient « non fumeuses habituelles » ; 61 % avaient participé à la préparation à l’accouchement [Crost M, Kaminski M.(1998)]
Ces séances de préparation à l’accouchement représentent une opportunité très intéressante pour une information sur l’allaitement, et pour permettre à des femmes ne projetant pas d’allaiter de dialoguer avec des femmes qui ont pris la décision de le faire.

Les connaissances acquises, quoiqu’intégrant un grand nombre de facteurs susceptibles d’influencer le recours à l’allaitement, sont toutefois considérées comme un élément insuffisant à engendrer des résultats, de manière autonome. Kaplowitz & Olson (1983) ont montré que la distribution seule de documents écrits durant la grossesse permettait aux femmes d’améliorer leurs connaissances, mais n’opérait pas de changements au niveau de leurs attitudes, pas plus que sur la fréquence du recours à l’allaitement ou sur sa durée. Les auteurs ont suggéré qu’une approche de personne à personne posséderait plus de résultats.

Fournir aux mères des informations favorables à l’allaitement est donc susceptible d’influencer celles qui hésitent encore ; mais il apparaît qu’un soutien social permettra d’asseoir la décision finale plus efficacement. Dans cette perspective, il s’avérera peut-être nécessaire de recourir à de nouvelles stratégies, telle que la participation aux programmes de préparation prénatale du conjoint, de la mère, de proches amis ou de paires. la préparation prénatale peut favoriser un recours plus fréquent à l’allaitement.

L’organisation de cours semble particulièrement efficace. Dans une étude quasi expérimentale de petite envergure, Wiles (1984) a évalué les résultats d’un cours prénatal sur l’allaitement dispensé auprès de femmes vivant une première grossesse et à qui l’on destinait une préparation à l’accouchement. Le groupe sur lequel une action était menée s’avérait nettement plus favorable à l’allaitement que le groupe témoin

Lire le mémoire complet ==> (Facteurs de l’abandon de l’allaitement maternel)
Mémoire de fin d’études pour l’obtention du diplôme d’Etat – Infirmiers polyvalents
Ministère de la santé – Maroc – IFCS Beni Mellal

Sommaire :