Facteurs de l’abandon de l’allaitement maternel

By 19 April 2011

L’allaitement maternel
“… l’allaitement maternel menace le monde entier. Considéré comme le moyen le plus naturel et le plus adapté pour nourrir un enfant, l’allaitement maternel …”

Ministère de la santé – Maroc
IFCS Beni Mellal

MEMOIRE DE FIN D’ETUDE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME D’ETAT
(INFIRMIERS POLYVALENTS)

Facteurs de l’abandon de l’allaitement maternel

Facteurs de l’abandon de l’allaitement maternel
Cas de centre de santé GHDIRA LHAMRA Beni Mellal

ENCADRE PAR:
Dr : Khalid BENRAHAL

ELABORE PAR: Mohamed B. & Rachid O. & Sharaf E.

Année universitaire 2009/2010
Promotion 2007/2010

PHASE CONCEPTUELLE
ENNONCEE DU PROBLEME :
Bien que ses avantages ne soient plus à démontrer, le déclin de l’allaitement maternel menace le monde entier. Considéré comme le moyen le plus naturel et le plus adapté pour nourrir un enfant, l’allaitement maternel exclusif est reconnu aussi bien au plan nutritionnel qu’au plan affectif.

Si l’allaitement maternel est bénéfique pour tous les nouveau-nés, il est vital pour ceux des pays en développement et tous les efforts doivent être engagés pour préserver cette pratique naturelle.
En septembre 1990, le sommet mondial pour les enfants qui s’est tenu à New York a fait figurer la promotion de l’allaitement maternel parmi les 25 objectifs de la déclaration mondiale en faveur de la survie, de la protection et du développement de l’enfant.

Selon l’OMS, Pas plus de 35 % des nourrissons dans le monde bénéficient d’un allaitement maternel exclusif pendant les quatre premiers mois (OMS : Stratégie mondiale pour l’alimentation du nourrisson et du jeune enfant, 2003), et 38% seulement des nourrissons de moins de 6 mois dans les pays en développement sont nourris exclusivement au sein (OMS, la célébration de la Semaine mondiale de l’allaitement du 1er au 7 août 2009). Or, l’importance d’un allaitement exclusif jusqu’à 6 mois n’est plus à démontrer., et le fait que les enfants ne soient pas toujours allaités exclusivement au sein pendant les six mois suivant la naissance entraine plus d’un million de décès par an. (OMS, Aout 2009).

En France, l’allaitement maternel reste peu pratiqué : moins de 50% des enfants nés en 1995 ont été allaités avec un taux légèrement croissant ces dernières années pour atteindre 54,8 % des enfants nés en France en 2001. Il s’agit ici du pourcentage des enfants qui ont été mis au sein sur la foi du certificat du huitième jour. Ce taux est très bas si on le compare à ceux des pays anglo-saxons et singulièrement nordiques, 98 % en Finlande par exemple. Seuls 5 à 15 % des enfants français sont allaités à trois mois , ce qui est très en deçà des recommandations édictées par l’Organisation Mondiale de la Santé et par L’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé (ANAES) qui préconisent un allaitement maternel exclusif jusqu’à au moins six mois.

Dans le département de la Manche, d’après les sources de la Protection Maternelle et Infantile, seulement 44 % des enfants nés en 2001 ont été allaités au sortir de la maternité et 10 % pour une durée supérieure à deux mois. [M. SINEUX Damien : « L’allaitement maternel: les représentations des mères et la place des professionnels de santé », université de CAEN (2003), P13.]
Au Maroc, les études disponibles tirent une réelle sonnette d’alarme face au déclin observé concernant la pratique de l’allaitement maternel.

Avant les années 80, l’allaitement maternel ne préoccupait guère les professionnels de santé au Maroc, sa pratique était universelle. Vers la fin des années 80, commençait déjà un déclin de l’allaitement maternel en faveur de l’allaitement artificiel. Ainsi, de 1992 à 1997, le taux d’allaitement maternel exclusif est passé de 62 % à 46 %. La durée moyenne de l’allaitement maternel a, elle aussi baissé durant la même période passant de 15.5 mois à 14 mois. (Ministère de la santé: Enquêtes nationales sur la population et la santé, 1992,1997). En 2003, le taux est passé à 32%, et la durée moyenne à 13,9 mois (Ministère de la santé : Enquêté nationale sur la population et la santé familiale, 2003-04), puis en 2008 ce taux est passé selon l’UNICEF de 41 à 32%.(Bureau de l’UNICEF au Maroc : Rapport sur la situation des enfants au Maroc, 22 janvier 2008).de plus et selon l’enquête nationale à indicateurs multiples et santé des jeunes ; seulement 15 % des enfants âgés de 0 à 5 mois sont allaités exclusivement au sein.

Cette pratique semble plus répandue parmi les enfants du milieu rural (18%) que ceux du milieu urbain (12%) et parmi les enfants dont les mères sont de niveau d’instruction primaire (14%) que parmi ceux dont les mères ont un niveau d’instruction secondaire (8%). Les résultats montrent aussi que la pratique de l’allaitement maternel exclusif est plus répandue chez les enfants âgés de 0-5 mois appartenant aux ménages les plus pauvres (21%) contre 10% parmi les enfants appartenant aux ménages les plus riches. (Ministère de la santé : Enquête Nationale à Indicateurs Multiples et Santé des Jeunes ENIMSJ 2006-2007).

A l’heure actuelle, l’abandon de l’allaitement maternel constitue un problème de santé publique au Maroc. En effet, malgré les efforts d’information et d’éducation, la situation se dégrade comme en témoignent les données des enquêtes nationales sur la population et la santé (1987, 1992, 1995, 1997 et 2003). Cette réalité a été le point de départ de toute une série d’actions et de réflexions sur la question et ont amené les responsables en matière de santé maternelle et infantile au niveau du Ministère de la Santé à décider en 2004 d’élaborer une stratégie nationale pour la promotion de l’allaitement maternel et aussi de bonnes pratiques en matière d’alimentation de l’enfant conformément aux directives de la stratégie mondiale d’alimentation du nourrisson et de l’enfant lancée en 2004 par l’OMS et l’UNICEF.
Pour cela, le programme national de prise en charge intégrée de la santé de l’enfant a parmi ses objectifs d’atteindre un taux d’allaitement maternel exclusif à 6 mois de 20% en 2009 et 30% en 2012.

À partir de ces données mondiales et nationales, il s’avère que l’abandon de l’allaitement maternel constitue vraiment un problème de santé d’où l’importance de mener une étude pour mettre en évidence les différents facteurs qui peuvent le déclencher et analyser les principales difficultés qui peuvent être en partie responsables de ce déclin observé et proposer certaines recommandations en vue d’améliorer la situation.

QUESTION DE RECHERCHE :
Quels sont les facteurs qui engendrent l’abandon de l’allaitement maternel ?
La réponse à cette question va nous permettre de déterminer la situation de l’allaitement maternel dans le milieu d’étude.

BUT DE RECHERCHE :
Décrire les facteurs responsables de l’abandon de l’allaitement maternel chez les femmes au niveau des centres de santé de BENI MELLAL (cas de C/S GHDIRA ALHAMRA).

Objectifs spécifiques :
1- Mettre en évidence les principaux facteurs qui engendrent l’abandon de l’allaitement maternel
2- Connaître la durée et le taux d’allaitement
3- proposer les actions à entreprendre pour encourager l’allaitement maternel.

 Sommaire :

  1. L’allaitement maternel – Définitions de concept
  2. Les catégories d’allaiment maternel
  3. Types d’allaitement – Enfant
  4. L’abandon de l’allaitement maternel
  5. Factueurs influençant l’allaitement maternel
  6. Choix personnel – l’abandon de l’allaitement maternel
  7. Connaissances, croyances et l’allaitement maternel
  8. Pratique de l’allaitement et des soins au bébé
  9. L’arrêt de l’allaitement maternel lié à l’accouchement
  10. L’abandon de l’allaitement maternel lié au bébé
  11. L’entourage et l’abandon de l’allaitement maternel
  12. Système de santé et l’allaitement maternel
  13. CADRE DE RÉFÉRENCE – l’allaitement maternel