Le e-merchandising et Le merchanfeeling

By 14 March 2011

Le e-merchandising [1] – Section 7

De nos jours l’Internet intervient dans plusieurs domaines, qu’en est –il pour le merchandising ?

Une partie de la distribution peut se faire via Internet, de l’alimentaire aux biens d’équipement. L’avantage majeur du site Internet si l’on peut y venir et revenir sans cesse et sans perte de temps en déplacement.

Les internautes sont souvent des gens pressés qui veulent trouver rapidement ce qu’ils cherchent avec des garanties suffisantes.

Pour bien réussir ses ventes en ligne, il existe sept règles du e-merchandising à respecter:[2]

Ø Simplicité : des écrans, pour privilégier clarté, lisibilité, et rapidité.
Ø Sobriété : le spectaculaire est peu efficace, pas trop d’entrées à la fois.
Ø Patience : l’internaute est long à se décider, il visite plusieurs fois.
Ø Organisation : arborescence limitée, hiérarchisée, logique et intuitive.
Ø Imagination : trouver des astuces saisonnières, événementielles.
Ø Séduction : jouer le rédactionnel, l’image ne suffit pas à séduire.
Ø Adaptabilité : permanente, en fonction des modifications de l’environnement.

Le merchanfeeling [3] – Section 8

Le merchanfeeling qu’on appelle également merchandising émotionnel s’applique essentiellement au merchandising des achats d’impulsion –textile, mode, luxe- plutôt qu’à celui des produits de grande consommation.

Les cinq sens neurophysiologiques VOTOG (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût) ont un rôle déterminant dans le merchandising.

Ø La vue : principal sens utilisé dans le merchandising, l’attractivité visuelle permet de déclencher les actes d’achat.
Ø L’ouïe : certains sons spécifiques (oiseaux, bébés, ambiance, de stade …) sont connus pour influer sur les achats du consommateur.
Ø Le toucher : est fondamental pour beaucoup de produits, en particulier le textile, les flacons de parfums ou de cosmétique. Un produit touché est presque acheté, le client commence à se l’approprier.
Ø L’odorat : les odeurs ont une grande capacité à évoquer des souvenirs ou susciter des émotions surtout au niveau des produits alimentaires. Par exemple: une bonne odeur de café grillé répandue dans l’allée aura une influence sur les ventes du rayon café.
Ø Le goût : il est fortement sollicité par tout l’alimentaire lorsque les consommateurs peuvent profiter d’un échantillon ou d’une dégustation.

Outre les cinq sens « neurophysiologiques » (VOTOG), les cinq sens « psychophysiologiques » (IPIVE) jouissent d’un rôle important au niveau du merchandising:[4]

Ø Identification : le consommateur ressent une empathie avec le produit, une sorte de symbiose non consciente avec le produit, c’est un sens explicable correspondant à un état d’esprit.
e-merchandising et merchanfeelingØ Possession : c’est un comportement majoritairement féminin exacerbé au moment des soldes, principalement dans le domaine du textile. Mais les hommes sont aussi concernés, avec des forts désirs de possession, ne serait-ce que dans l’automobile.
Ø Intuition : c’est à la fois une réassurance de l’achat et une satisfaction d’avoir le bon marché. C’est un peu comme une justification logique.
Ø Valorisation : l’achat de valorisation fait appel au raisonnement, dans le désir de donner une image de soi-même une image dans différents domaines.
Ø Emotions : Ce n’est ni de la possession, ni de l’identification, ni de l’intuition, c’est un peu plus large. Le produit quel qu’il soit, déclenche chez le consommateur une émotion positive non consciente mais qui reflétera une envie d’achat fondamental.[5]

Conclusion :

Le merchandising est un concept chargé d’action et de mouvement, c’est un mouvement de la marchandise vers le consommateur, il permet d’assurer une homogénéité au niveau du magasin, d’adapter l’offre aux spécificités locales et d’organiser l’itinéraire suivi par le client à l’intérieur du magasin, ceci se réalisent par l’utilisation d’un ensemble de techniques qui feront l’objet du chapitre suivant.

Chapitre 1: Approche conceptuelle du merchandising
Parite II: Le merchandising: Approches et techniques

Lire le mémoire complet ==> (Merchandising des grandes surfaces de distribution: comportement d’achat)
Mémoire de fin d’études pour l’obtention d’une licence – Economie d’entreprises
Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales

___________________________________________________
[1] Alain WELLHOFF, Jean –Emile MASSON, op.cit, p 227 suiv.passim.
[2] Idem, p 231.
[3] Idem, p320-321.
[4] Alain WELLHOFF, Jean –Emile MASSON, op.cit, p 321 suiv.
[5] Alain WELLHOFF, Jean –Emile MASSON, op.cit, p321suiv.