Les conditions de développement local relatifs aux acteurs

By 26 February 2011

Les Conditions de Développement local – Section III :

Une telle Développent local ne peut se faire que s’il soumis à un certain conditions qui sont d’un côté relatifs aux acteurs et à leur mobilisation et d’autre côté à la gestion de développement.

A- Les conditions relatifs aux acteurs et leur mobilisation :

1- Une volonté Politique locale :

C’est la condition indispensable de l’existance et de la réussite d’une politique de développement. Elle se matérialise par un projet de développement et des moyens adéquats pour la réaliser.
Son importance tient au fait que cette volonté doit être partagée par nombre de partenaires locaux, au premier rang desquels figurent les élus, et qu’il n’y a à cela aucune exception.

2-Une  interdisciplinarité économique, sociale et culturelle.

Cette seconde condition est inéhérente a l’appréhension du territoire et de ses problémes dans leur globalité. Elle concerne trois aspect indépendants:

  • Le mode d’appréhension du territoire, celui-ci est nécessairement global, Il s’interesse à ses principales caractéristiques et il s’appuie pour cela sur l’ensemble des descriplines capables d’appoetre un éclairage sur son diagnostic.
  • La coopération active entre les acteurs investis dans l’élaboration des politiques de développement et leur implication dans leur mise en œuvre.
  • Les choix méthodologiques qui favorisent ce mode d’appréhension globale et les outils capables de faciliter ctte coopération entre les acteurs locaux.

L’enjeu général de cette condition est absolument fondamental, dans la mésure où elle interpelle la représentation que chacun des acteurs locaux se fait du territoire et l’appréciation qu’il porte sur son potentiel de développement.  Le mode d’appréhension choisi doit permettre à la fois de restituer la singularité de chacun des territoires et de rechecher l’unicité des processus et des combinaisons qui favorisent les transferts d’expériences et de connaissances, et facilitent un traitement concerté.

En bref, il s’agit de proposer aux partenaires un ensemble conceptuel qui permettre de gérer au mieux le paradoxe de la diversité et de l’unicité.

2- Le partenariat :

Dans cette troisième condition, les acteurs agissent comme s’ils avaient des droit et des devoirs réciproque et l’approche consensuelle qu’elle met en œuvre ne gomme jamais les différences. Dans ce sens le partenariat fait le lit de la création institutionnelle. C’est  aux institutions, porteuses de projets de développement qu’il appartient de rendre durable une coopération concurrentielle et conflictuelle.
Le partenariat se caractérise également par le rôle nouveau des pouvoirs publics. Ce rôle est celui d’un médiateur qui rassemble les acteurs privés autour d’un projet commun, celui d’un catalyseur qui suscite les initiatives par des mésures d’incitation.

C’est aussi celui d’un investisseur indirect qui participe activement au financement de la formation et à la réalisation de programmes d’aménagement, est souvent même d’un  investisseur direct chaque fois que le secteur privé néglige les services nécessaires au développement économique du territoire.
C’est enfin celui d’un régulateur chargé de défendre l’intérêt public, et de compenser les effets destructeurs de l’économie de marché.

En bref, le partenariat apparaît comme une des conditions de transformation du système d’action local. Reposant sur « l’existane de partenaires égaux dans la coopération »(11) et recherchant le décloisonnement des secteurs de compétences, des légitimités et de logique d’action,il permet de caractériser le système social émergent.

4- Une démarche de création institutionnelle :

Pour une meilleur façon de dépasser les oppositions entre logique d’action différentes, il faut que les partenaires locaux réussissent à trouver un accord pour coopérer. La concrétisation de cet accord nécessite la réunion des acteurs consentis, de même la démarche de création institutionnelle ne peut être concrétisé que par une volonté d’adapter les services existants, en particulier les services de la collectivité, aux exigences de la politique de développement, et par la création des structures capables de faciliter l’échange, la confrontation et la négociation entre partenaires issus de milieux sociaux et de secteurs d’activités différents.

démarche de création institutionnelleEn ajoutant que cette démarche s’appuie tout d’abord sur un diagnostic de la situation locale qui peut être provoqué au société par une ainitiative ou par  une procédure.
Aussi l’échange de la concertatation autour du diagnostic de territoire n’a qu’un seul but de dégager les éléments consensuels en facilitant l’appropriation par les acteur locaux et confortent le partenariat.

En fin la démarche création institutionnelle repose sur un veritable pari sociologique : ce lui de produire l’action collective à partir de la stimulation des différences culturelles et identitaires. Sur un territoire donné, ce pari dépend de la capacité du système local à réguler les nouveaux rapports de force en présence que la démarche de création institutionelle à pour effet de modifier.

5- La mobilisation des identités :

La succés de telle politique de développement repose sur deux aspects, d’un côté sur la qualité du processus de diversification des ressources et d’autre côté sur la capacité de mobilisation  des acteurs.

Pour mobilser, ces politiques mettent bien évidemment en œuvre l’essentiel des principes que nécessite la conduite des actions collectives et en particulier l’animation d’un mouvement social.
Parmi ces principes d’action, l’appel à l’identité occupe une place toute particuliére dans la  mésure où nombre de revendication dans presque tous les secteurs de la vie sociale en appellent à la défense d’une identité collective ou personnelle. Cet appel à l’identité concerne l’appartenance à une communauté et / ou à un territoire, définis par des valeurs et par des attribus naturelles et historiques.

Il faut à noter que l’appel à l’identité à des limites et d’après, Alain Touraine:
« L’appel à l’identité comporterait deux aspects contradictoires, d’un coté, un appel contre les roles ,à la vie , à la libérté, à la créativité » et  de l’autre côté, un appel de moins en moins social et de plus en plus naturel  « qui se traduit par une conduite défensive séparée de toute conduite contre-offensive »(12).

CHAPITRE I: Les Principes et les conditions de Développement local
Première Partie: Analyse de développement local

Lire le mémoire complet ==> (Développement des NTIC au Maroc : Apport économique et contraintes)
Mémoire de Licence en Sciences Economiques
Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales
____________________________________
(11)– P.DOMMERGUES « La société de partenariat » P.15.
(12)– P.TEISSERENC « Les Conditions des politiques de developpement »