Le contrôle de gestion: Dispositif de management pour les organismes publics

By 18 January 2011

“… contrôle de gestion est tantôt assimilé à de l’autocontrôle -à-t-on assez dit, en particulier dans l’administration, que l’expression relevait de l’erreur de traduction –tantôt ramené à un simple reporting qui en est l’exact inverse.
Le contrôle de gestion …”

MINISTRE DE LA MODERNISATION
DES SECTEURS PUBLICS

Ecole Nationale D’administration ENA Rabat
CYCLE SUPERIEUR EN GESTION ADMINISTRATIVE
3ème promotion

Mémoire pour l’obtention du diplôme du cycle
supérieur de L’Ecole Nationale d’Administration:

Le contrôle de gestion
Le contrôle de gestion :
Dispositif de management pour les organismes publics

Sous la direction de
Mr: Mustapha Taimi

Les membres du jurys :
* Professeur Mustapha TAIMI : Président
* Professeur Omar IDALI : Suffragant
* Professeur Mohamed SBIHI : Suffragant

Préparé par:
Mr: Mohammed H.

Année universitaire
2005-2006

« Nos organismes sont des espaces de contradictions entre la rationalité politique et la rationalité technique, entre les projets et la résistance, entre l’austérité et le gaspillage, entre la connaissance et l’ignorance, entre la toute puissance et l’impuissance, entre la ressemblance et la différence entre la coopération et la compétition, entre l’ordre et le désordre».
LEONARDO SCHVARSTEIN

INTRODUCTION GENERALE :

Le contrôle de gestion est une source de défis pour les gestionnaires de l’administration. Son identité est difficile à cerner, son ancienneté contraste avec la modestie de la place qu’il tient actuellement, ses adages dominants débouchent sur un dilemme difficile à dépasser.

Le contrôle de gestion est chose curieuse. Il se trouve là où ne l’attend pas. Son périmètre semble à géométrie variable. Il fait peur de fausses raisons, en sens inverse, il donne quelquefois des espoirs illusoires…
Conçu parfois comme une extrapolation de la comptabilité, et plus particulièrement de la comptabilité analytique, il se concrétise alors par la confection et l’alimentation de tableaux de chiffres, fournissant, avancent même certains contrôleurs de gestion en entreprises amenés à effectuer leurs prévisions à intervalles de plus en plus fréquents, une justification sans égale de l’utilité des tableurs !

Le champ du contrôle prête à discussion , par exemple, suivant les organisations, il intègre le suivi de l’exécution budgétaire, voir même la confection budgétaire, ou les exclut . il est tantôt étroitement associé à la fonction finance, tantôt assez largement déconnecté de celle-ci ou en tout cas de la direction financière.
Le contrôle de gestion est tantôt assimilé à de l’autocontrôle -à-t-on assez dit, en particulier dans l’administration, que l’expression relevait de l’erreur de traduction –tantôt ramené à un simple reporting qui en est l’exact inverse.

Le contrôle de gestion s’est développé dans l’entreprise. Ses outils, méthodes, démarches ont été conçus depuis le début du XXe siècle pour apporter des réponses au problème de l’entreprise. La récupération de ces outils, méthodes et démarches par des administrations publiques ayant une finalité intrinsèquement différent de celle l’entreprise, même si l’on considère généralement qu’elles doivent obéir aux ardentes obligations d’efficacité et d’efficience, est légitime. Elle demande cependant un travail d’investigation, d’analyse sur ce qui est transposable et ne l’est pas, sur la nature et l’importance des transpositions ainsi que sur le développement de démarche de contrôle de gestion propres aux organisations publiques.

Le mémoire ci-après essayera d’apporter la lumière sur les différentes interrogations formulées, il est constitué de deux parties.
La première partie, définit, en deux chapitres ( 6 sections) le concept, les fondements, la portée et les principes généraux du contrôle de gestion, son positionnement par rapport aux autres grands chantiers de modernisation de la gestion publique et sa définition comme outils de pilotage.

La deuxième partie, développée elle aussi en deux chapitres, traite la manière d’intégrer le contrôle de gestion dans les organismes publiques, sa mise en œuvre et ses outils adaptés à la particularité de ces organismes, notamment les tableaux de bord ( leurs définitions et la méthode de leur mise en œuvre), pour finir par présenter une étude de cas relative à la mise en place d’un tableau de bord prospectif « Balanced Scorecards » au sein d’un établissement public de service.

PLAN DE MEMOIRE:

INTRODUCTION GENERALE
Première partie : La définition d’un système de contrôle de gestion dans les organisations publiques :
Chapitre I : Le Concept et les fondements du contrôle de gestion
Section 1 : La notion du contrôle de gestion,
1-1 : Le contrôle de gestion : une source de confusion
1-2 : Définition du contrôle de gestion
Section 2 : Les fondements du contrôle de gestion :
2-1 : Le contrôle de gestion : les objectifs
2-2 : Le contrôle de gestion : les caractéristiques
Section 3 : Le contrôle de gestion et les autres formes de contrôle ;
3-1 : Contrôle de gestion –audit interne
3-2 : Contrôle de gestion – contrôle organisationnel
3-3 : Contrôle de gestion interne
3-4 : Contrôle de gestion – audit externe
Chapitre II : Le positionnement du contrôle de gestion dans les organisations publiques
Section 1 : Analyse maroc-organisationnelle du besoin de contrôle de gestion
1-1 : l’émergence des NTIC
1-2 Le développement de la contractualisation
Section2 : Analyse micro –organisationnelle du besoin de contrôle de gestion,
2-1 :L’influence des professions comptables
2-2 :L’influence des professions d’audit et de conseil
Section 3 : L’unité du contrôle de gestion pour les organismes publics
3-1 : Le contrôle de gestion est un outil de pilotage.
3-2 : Le contrôle de gestion est un outil d’aide à la décision
3-3 : Le contrôle de gestion source de confiance dans les organisations
Conclusion de la 1ère Partie :

Deuxième partie : Intégration de contrôle de gestion dans la nouvelle gestion publique ( management public)
Chapitre I : Intégrer le contrôle de gestion dans les organismes public
Section 1 : Le contexte particulier des organisations publiques ;
1-1 : Les organismes publics
1-2 :Les contrôle de gestion et le management public
1-3 :Les contraintes à la mise en place
Section 2 : Les pré-requis pour une mise en place du contrôle de gestion
2-1 : Les pré-requis organisationnel
2-2 : Les pré-requis managériaux
Section 3 : Les outils de contrôle de gestion adaptés aux organismes publics
3-1 : Les outils de finalisations
3-2 : Les outils budgétaire
3-3 : Les outils de suivi de la performance
Chapitre 2 : Les tableaux de bord : un outil adapté aux organismes publics
Section 1 : Les tableaux de bord
1-1 : Définition
1-2 :Méthode de mise en œuvre
1-3 :Les conditions de réussite
Section 2 : Le tableau de bord prospectif ( TBP)
2-1 : Définition
2-2 : Méthode de conception et de mise œuvre
Section 3 : Etude de cas : La mise en place d’un TBP au sein de la CMR
CONCLUSION GENERALE.

Sommaire du mémoire :

  1. La notion de contrôle de gestion: Définition & Confusions
  2. Les fondements du contrôle de gestion: objectifs et caractéristiques
  3. Le contrôle de gestion et les autres formes de contrôle
  4. Analyse macro-organisationnelle du besoin de contrôle de gestion
  5. L’utilité du contrôle de gestion pour piloter les organisations publiques
  6. L’influence des professions comptable, audit, contrôle de gestion
  7. Intégration de contrôle de gestion dans les organisations publiques
  8. Le contrôle de gestion et le management public
  9. Les contraintes à la mise en place du contrôle de gestion
  10. Les pré-requis pour une mise en place du contrôle de gestion
  11. Les outils de contrôle de gestion adaptés aux organismes publiques
  12. Les outils comptables et Financiers de contrôle de gestion
  13. Les outils de suivi de la performance (management public)
  14. Les tableaux de bord – management publique
  15. Le tableau de bord prospectif TBP
  16. La mise en place d’un TBP au sein de la CMR – cas
  17. Les indicateurs clés de contrôle de gestion
  18. Mémoire – Le contrôle de gestion – CONCLUSION