La valorisation des ressources en eau et l’économie de l’eau

By 30 October 2010

3-3 Gestion des ressources en eau solidaire et intégrée entre bassins

Dans le but d’assurer un aménagement du territoire équilibré du bassin du Sebou la gestion des ressources naturelles et en particulier les ressources en eau devrait être faite de manière globale et intégrer assurant d’une part, une solidarité entre les régions par un équilibres entre les bassins l’amont et l’aval du bassin et d’autre par des équilibres de développement entre les bassins du loukkos du Sebou, du Buregreg et de l’oum et Rbia.

Les possibilités de transfert d’eau d’une part à l’intérieur du bassin pour assurer.
Les possibilités de transfert d’eau d’une part à l’intérieur du bassin pour assurer un équilibre entre les régions et d’autre part à l’extérieur du bassin notamment vers le sud , seront examinés dans le cadre de l’actualisation du PDAIRE du bassin du Sebou que mène actuellement l’agence.

Dores et déjà, sur la base des études préliminaires un volume de 125 Millions de m3 peut être transféré vers la plaine du sais  à partir  du Haut Sebou sans compromettre l’irrigation dans le Gharb. Par ailleurs, les volumes d’eau déverres en mer après satisfaction des besoins en eau potable et d’irrigation à l’horizon 2030 sont estimés sont de 1500 à 2000 millions de m3 par an selon les efficiences d’irrigation.
Il convient d’étudier  les aspects techniques et économiques pour mobiliser en partie ou en totalité ce potentiel.

3-4 Valorisation des ressources en eau et économie de l’eau

Valorisation des ressources en eau L’approche adoptée par notre concernant la problématique de l’eau enregistre un tournant majeur qui, tout en consacrant le caractère fortement stratégique du secteur, prône une nouvelle démarche bâtie autour d’une gestion intégrée et durable de l’eau selon une approche basée sur la gestion de la demande.
Dans un contexte de rareté et de forte utilisation des ressources en eau disponibles, l’économie de l’eau revêt un caractère urgent et primordial.

L’économie de l’eau, qui constituera à l’avenir dans le cadre de la gestion intégrée de l’eau une solution pour maintenir la satisfaction des besoins en eau à leur niveau initial, devra être soutenue par l’Etat à travers une politique volontariste visant à  .
-Favoriser les techniques d’irrigation économes d’eau
-Introduire de nouvelles technologie et pratiques permettant
La diminution de la  consommation dans les secteurs industriels et domestiques.

La rationalisation de l’utilisation  de l’eau suivant les objectifs fixés à l’avance doit être une condition à tout nouvel investissement dans les secteurs d’eau potable et d’irrigation, notamment par l’amélioration des rendements des réseaux. Le décalage entre les superficies dominées par les barrages et les superficies équipées devra être rattrapé par la mise en place de contrats et de pratiques culturales permettant la valorisation du m3 d’eau mobilisé.

Les performances techniques des modes d’irrigation pratiqués peuvent être atteintes en agissant sur :
-La tarification et le recouvrement des redevances d’eaux d’irrigation,
-La facturation doit se baser sur les volumes réellement consommés,
-L’amélioration de l’entretien et de la maintenance des équipements et des ouvrages,
-Le respect des méthodes d’application de l’eau à la parcelle prévues par le modèle d’aménagement,
-La maîtrise des transferts d’eau dans les systèmes d’irrigation,
-L’implication des usagers dans la gestion de l’eau.

Le secteur de l’eau potable et industrielle, bien que ne consommant que 11% au niveau du bassin, n’est pas moins important en terme de recherche d’économie de l’eau . En effet, les 6 grandes villes ( Fès , Meknès, Kénitra, Taza, khémisset, et Sidi kacem) à elle seules consomment prés de 80 % du volume d’eau potable dans tout le bassin.

L’amélioration des rendements des réseaux de distribution des villes qui varient de 50 % pour la ville de Fès à 75 % pour la ville de Kénitra , permettra de réduire les pertes d’eau dans les réseaux et de récupérer environ 40 Mm3 /an.

Les actions pour améliorer les rendements sont de plusieurs types :
-Sensibiliser la population contre le gaspillage de l’eau
-Mieux gérer les bonnes fontaines
-Détection des fuites et réhabilitation des réseaux
-Lutte contre les branchement non autorisés

III- Principales orientations
Chapitre II : L’action de l’agence de bassin hydraulique du Sebou

Lire le mémoire complet ==> (La gestion de la demande en eau: cas de bassin versant du Sebou)
Mémoire de licence en Science Economique et Gestion
Faculté des Sciences Juridiques – Meknes
______________________________
– voir hbhs.ma
– – voir hbhs.ma
– voir hbhs.ma